WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Réhabilitation des ouvrages en béton armé

( Télécharger le fichier original )
par Nabila BOUALLA
Université des Sciences et de la technologie d'Oran - License  2011
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

2. SUIVI D'UN OUVRAGE

Le suivi d'un ouvrage a pour principale fonction de mesurer l'évolution des pathologies dans le temps. Ce suivi peut se faire notamment sur la fissuration d'un ouvrage, mais aussi sur l'avancement du front de carbonatation ou encore l'évolution de la teneur en chlorures.

On distingue deux types de suivi d'ouvrages. Il y a le suivi ponctuel et le suivi continu.

2.1. LE SUIVI PONCTUEL

Le principe de ce suivi est qu'une personne vient relever l'évolution des pathologies à échéances régulières, par exemple deux fois par an, afin d'effectuer des prélèvements pour analyses ou faire des essais sur place. Cela se fait principalement pour la teneur en chlorures, pour laquelle des poudres de béton son prélevées en vue de déterminer la quantité de chlorures présente.

Il est aussi possible de suivre l'avancement du front de carbonatation, en effectuant des tests à la phénolphtaléine sur un élément afin de déterminer la vitesse à laquelle le béton le constituant se carbonate. Il est aussi possible de procéder à ce type de suivi pour l'ouverture de fissures.

Cela permet de déterminer si la fissure est passive, stabilisée ou active. Par contre, la précision sera moindre que pour un suivi continu.

2.2. LE SUIVI CONTINU

Le fonctionnement de ce suivi est de mettre en place des capteurs afin de relever, l'évolution de la pathologie, plusieurs fois par jour sur une période donnée. Cette méthode est généralement employée pour le suivi de l'ouverture de fissures.

Ainsi, il est possible de corréler la variation de l'ouverture avec l'évolution des températures. Cela permet là aussi de déterminer si la fissure est passive, stabilisée ou active, mais avec plus de précision afin d'être sûr que la fissure évolue avec les températures ou non.

J'ai rencontré ce type de suivi sur l'instrumentation et suivi microclimatique du barrage Vauban à Strasbourg. Le principe de l'étude est de voir si les fissures du barrage ont un comportement cyclique correspondant à l'évolution des températures sur une année, ou si elles ont un caractère dégénératif indépendant de la température.

Pour se faire, chaque fissure est équipée de trois capteurs, l'un mesurant la composante perpendiculaire à la fissure sur le plan horizontal, le deuxième mesurant la composante oblique à la fissure sur le plan horizontal, et le dernier mesurant les déformations sur le plan vertical.

Figure 44 Différents capteurs

précédent sommaire suivant