WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Etudes de la pierre de taille à  travers les temples commémoratifs d'Antananarivo: essai d'ethnologie des techniques


par Haja Mampionona Hillarion RAJERISON
Université d'Antananarivo- FLSH- Etudes Culturelles- Madagascar - Maitrise 2011
  

précédent sommaire suivant

CHAPITRE IV : LES ORIGINES DES CONSTRUCTIONS RELIGIEUSES

IV-1 RADAMA II AU POUVOIR ET LA LIBERTE DE RELIGION ET DE CULTE

Le terrible règne de Ranavalona I prit fin le 15 aout 1861. Son fils Rakotondradama montait au pouvoir. Ce nouveau roi était adoré et respecté par le peuple. Une nouvelle ère commençait. En effet, Radama II proclamait la liberté religieuse. On parlait souvent du passage du Tany maizina au Tany mazava. Une fois cette liberté déclarée, le royaume n'était plus concentré sur un seul pôle de la notion du sacré. Il y avait d'un coté, le vieux Malagasy attaché aux coutumes et traditions et d'un autre, les catholiques et les protestants3. Dès son arrivée au trône, Radama II ordonna la libération de tous les

1 Ce roi peut ainsi disposer d'armes supérieures à celles des voisins (sagaies à pointe de fer). Il était aidé par les Taimorona ; forgeait également des angady pour assécher les marécages in « Histoire de Madagascar » p52

2 ROBIN, un Français apprenait à lire et écrire au roi, fonde la première école puis les missionnaires britanniques en créaient une trentaine en Imerina.

3 Annales de l'université de Madagascar, série Sciences Humaines n°11, 1970 RAISON-JOURDE (F.)

détenus sous Ranavalona I1. Quand la liberté religieuse était proclamée, les chrétiens dans chaque village essayaient de construire une église. Il y avait eu par exemple, le Trano zozoro, premier temple à Amparibe, à Ambondrona puis à Ambatonakanga. Ces temples ont été tous fondés en 1861. Le roi, voulant changer le cours de l'Histoire avait fait une proclamation à Tamatave2 qui autorisait tous les étrangers à résider à Madagascar s'ils le voulaient.

Coté coopération, contrairement à son père Radama I qui favorisait les Britannique durant son règne, Radama II, quant à lui optait pour une nouvelle direction. En effet, ce souverain était en proche contact avec plusieurs vazaha. Laborde jouait un grand rôle dans son éducation. Il a été même dit que c'était lui qui avait poussé Radama II à aimer le christianisme et les Français. On peut dire donc que les Français avaient l'Avara-patana : le privilège et les traitements de faveur du roi. Beaucoup de conventions et de contrats furent signés durant son règne. Les Français savaient bien « parler » aux jeunes nobles qu'ils réussissaient à les faire signer des papiers d'accaparation de terre.3Néanmoins, face à ce privilège, Radama II avait quand même autorisé les Britannique à continuer leurs oeuvres après 30 années d'absence. Les missionnaires britannique par l'intermédiaire d'Ellis, un des délégués de la mission avaient des grands projets pour honorer les martyrs de la foi de Madagascar.

La grande île n'était plus isolée du reste du monde. Les coopérations se multiplièrent en nombre. Aussi bien que les Britannique, les Français recevaient une grande part. Signé le 10 septembre 1862, la charte Lambert était la plus importante. Plusieurs dirigeants et la grande partie du peuple éprouvaient du mécontentement envers cette charte et envers le roi. D'autres comportements4 du roi également avaient incité des nobles dirigés par Rainivoninahitriniony à l'assassiner le 11 mai 1863.

précédent sommaire suivant