WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Etudes de la pierre de taille à  travers les temples commémoratifs d'Antananarivo: essai d'ethnologie des techniques


par Haja Mampionona Hillarion RAJERISON
Université d'Antananarivo- FLSH- Etudes Culturelles- Madagascar - Maitrise 2011
  

précédent sommaire suivant

CHAPITRE I LES DIVERSES UTILISATIONS DE LA PIERRE EN IMERINA

La pierre occupait déjà une place considérable dans la vie des Malagasy d'hier. Ce fait s'explique probablement par la présence en abondance de cette matière presque partout. D'ailleurs, les notices géologiques du Docteur Catat (L.)1 ainsi que les descriptions de Copalle2 les confirment. L'Homme Malagasy a autour de lui des matériaux inépuisables. Cette importance était également, du fait de son usage, observable dans le quotidien de nos ancêtres. En effet, la pierre était utilisée dans plusieurs domaines de leur vie. Nos ancêtres ont exprimé leurs capacités et leur savoir faire par l'intermédiaire de cette matière. La pierre était intimement liée à la vie des Malagasy d'autrefois. Nous allons donc par la suite, expliciter étape par étape ce lien qui attachait la matière pierre et le Malagasy de l'Imerina dans sa civilisation bien avant l'édification des Tranovato.

I-1 LA PIERRE DANS LES FORTIFICATIONS- PROTECTION DE LA CITE

Conquérir des terres afin d'agrandir le territoire et le royaume était toujours dans l'objectif des souverains qui se sont succédés à Madagascar. La plupart des anciennes cités de la grande ile, surtout en Imerina, étaient pourvues de Hadivory (littéralement : fossés). Ces sortes de grands canaux étaient aménagées dans l'ultime but de protéger, un village et son peuple contre toutes sortes d'invasions extérieures. En plus de ces fossés qui entouraient la cité, il y avait également le kodiavato (portail en disque de pierre). La pierre a été grossièrement façonnée pour obtenir une forme circulaire. Cette forme a été prise de façon à ce qu'on pouvait facilement la manier quand vient le matin pour sortir ou la fermer le soir ou en cas de guerres ou présence d'envahisseurs. La présence de telle construction montre déjà les savoir faire et les capacités créatrices des anciens. En effet, même s'ils n'avaient en leur possession que des techniques et outils rudimentaires, nos ancêtres, avec les matériaux existant, créaient des objets monumentaux. Des questions sur les moyens de transports de ces matières méritent également d'être élucidées. En effet, vu que nos techniciens avaient à faire à des mégalithes, on se demande comment ils étaient transportés ? Qui se sont chargés de cette lourde tâche ?... Il est également à noter que le disque de pierre, pour éviter qu'il ne tombe facilement, était toujours accompagné de deux autres pierres qui ont des formes (grossièrement) allongées, appelées poternes. Ces dernières qui se trouvent à l'intérieur du mur de protection servaient de cale pour le disque de

1 « Antananarivo est située sur un massif rocheux de gneiss et de granite. Le gneiss à feld- spath et à quartz grisâtre émergent du sol, en gros blocs dans les quartiers de Faravohitra ; Fiadanana ; Ambohipotsy ... » in Etude du patrimoine architectural urbain de Tananarive

2 Madagascar d'autrefois in Revue de Madagascar 3é- 4é trimestre 1969 pp 5- 61

pierre. Il y a également la grosse dalle de pierre qui sert de traverse au portail, appelée linteau en haut des deux poteaux de pierre.

Photo1 : un portail d'entrée d'un village d'Ambatomanga avec disque de pierre à droite (Le portail a été déjà modifié pour que les véhicules puissent entrer au village)

Photo. 2 Photo. 3

Photos 2 et 3 : Un portail sis à Andohalo (cliché de l'auteur) et une ancienne porte

(Ambatofisaorana) in Histoire de Madagascar (G. BASTIAN et H. GROISON) p71

Ces techniques de protection s'observaient également ailleurs mais pas seulement en Imerina. Dans le pays Betsileo par exemple, on observait d'autres formes de protection du village. A une certaine époque, l'agglomération était établie sur la pointe extrême des montagnes. Les parties basses, marécageuses étaient malsaines, inhabitables1 .Cet aménagement était bien protégé du coté des pentes

1 Histoire de Madagascar p54 par G. BASTIAN et H. GROISON, Paris 1967

douces par des remparts de pierres surmontés d'épines fixés par des blocs mobiles. Les portes des multiples enceintes se fermaient par d'énormes pierres que l'on poussait de l'intérieur1.

précédent sommaire suivant