WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Impact des ouvrages de génie civil sur l'environnement: cas de la décharge finale des déchets de la ville de Bangui


par Stephane KODYBELET
Universite de Bangui - DIT 2011
  

précédent sommaire suivant

5.2.4- Impact sur la faune et la flore locale

Les travaux d'excavation et d'aménagement du site de la décharge contrôlée sont à l'origine de la perturbation du milieu naturel, notamment celui de la faune et la flore existante. L'importance de l'impact à ce niveau dépend essentiellement de la surface touchée par le projet. Dans ce cas la surface est de 3,6 ha, surface relativement petite, d'où l'impact du sous projet sur la faune et flore locale pourrait être considérée comme négligeable.

5.2.5- Impact de transport des déchets

Les impacts de transport des déchets solides ménagers se manifestent essentiellement à proximité de routes et des circuits de transport vers la décharge de Kolongo. Les impacts se ressentent au niveau du trafic routier par :

- Augmentation du trafic du matériel roulant desservant les sites des décharges

- Perturbation du trafic routier par la circulation des engins lourds sur les routes d'accès aux décharges lors de la période des travaux.

D'autres impacts sont également présents, tel que :

- L'émanation des gaz d'échappement

- Le bruit et les vibrations dues au bruit et aux vibrations générées par les véhicules du chantier et de la décharge contrôlée.

5.2.6- Pollution de l'air

Cette pollution provient essentiellement des mauvaises odeurs et des poussières.

Les décharges des déchets urbains sont connues comme des sources de nuisances olfactives. En effet, elles relâchent dans l'air de nombreux composés organiques volatils (COV) malodorants, formés lors de processus biochimiques de décomposition, notamment de substances organiques fermentescibles, et qui sont à l'origine de fortes nuisances pour le voisinage. Ces odeurs peuvent atteindre un périmètre de 500 m autour du site.

D'une façon générale, la composition des polluants relâchés par une décharge contrôlée est la suivante (Kreith, 1995): 50-56% de méthane (CH4), 40% de CO2, plus un pourcentage imprécisé de composés organiques volatiles (COV). Leur nature et proportion dépendent de la nature des déchets et des processus de traitement. Ces substances malodorantes peuvent provenir directement des déchets eux-mêmes, mais surtout de la décomposition biochimique de la matière organique qu'ils contiennent (Brosseau et al. 1994); aux alentours d'une décharge contrôlée le niveau des polluants peut être 2-10 fois celui mesuré en zone urbaine, où les sources sont très élevés.

Dans le cas de la décharge de Kolongo, les déchets seront directement enfouis d'où une réduction de mauvaises odeurs et élimination des odeurs provenant de la fermentation. Un système de dégazage est prévu pour la collecte et l'élimination des gaz formés dans la décharge d'une façon écologique et rationnelle.

précédent sommaire suivant