WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Evaluation de l'efficacité des moustiquaires à  longue durée d'action sur la prévalence du paludisme dans la localité de Libamba


par Hokameto Rodrigue Junior EDORH
Institut Sous-régional de Statistique et d'Economie Appliquée - Ingénieur d'Application de la Statistique 2013
  

précédent sommaire suivant

2.2.2 Evaluation analytique en épidémiologie

Les enquêtes analytiques consistent à étudier les relations existantes entre les facteurs de risque et les états pathologiques dans les populations. L'étude de ces associations consiste, à partir d'une observation faite sur un nombre limité de cas, à conclure à l'existence d'une relation dont la validité est supposée universelle et à la quantifier. Ces études reposent sur un principe simple qui consiste à comparer l'incidence de la maladie chez des sujets exposés et non exposés, ou la fréquence de l'exposition chez des malades et des non malades (Arnaud, 2011).Les outils privilégiés de l'épidémiologie analytique sont: les enquêtes de cohorte (exposés - non exposés), les enquêtes cas-témoins.

· Les enquêtes de cohorte : elles consistent à comparer la morbidité (ou la mortalité) observée dans un ou plusieurs groupes d'individus initialement indemnes de la maladie et définis en fonction de leur exposition à un facteur de risque soupçonné de la maladie faisant l'objet de l'étude. On les appelle également enquêtes longitudinales.

· Les enquêtes cas-témoins : elles comparent la fréquence de l'exposition antérieure à un facteur de risque dans un groupe de sujets malades (les cas) et dans un groupe de sujets témoins, indemnes de la maladie étudiée.

Dans notre étude, une évaluation sur les enquêtes cas-témoins paraît être la meilleur méthode d'autant plus qu'il ne s'agit pas du suivi d'une cohorte.

L'évaluation de type cas -témoin permettra de comparer la situation du paludisme à Libamba et dans un autre village voisin : Kaya. Le choix de ce village n'est pas le faite du hasard. Kaya est un village du centre au même type que Libamba. Kaya jouit ainsi des conditions climatiques similaires à Libamba. Kaya et Libamba sont en permanente interaction. De plus, Kaya n'a pas bénéficié de la distribution de MILDA de YIF en 2008. Ainsi, Kaya est le

Rédigé par Hokameto Rodrigue Junior EDORH, Elève Ingénieur d'Application de la

Statistique, 4ème Année

23

village adéquat pour permettre de voir si la distribution des MILDA a eu un effet sur la santé à Libamba.

2.2.3 Présentation et évaluation des enquêtes cas -témoin

- Présentation des enquêtes cas -témoin

Comme nous l'avons dit plus haut, le principe de l'enquête cas-témoin est de comparer la fréquence de l'exposition antérieure à un facteur de risque dans un groupe de sujets malades (les cas) et dans un groupe de sujets témoins, indemnes de la maladie étudiée (source). Dans notre cas le facteur est bien entendu l'utilisation des MILDA.

La planification d'une enquête cas-témoins commence par le choix de la population (dont seront issus les cas et les témoins) qui fera l'objet de l'enquête. Par définition, les cas seront atteints de la pathologie étudiée et représentatifs, pour l'exposition au facteur de risque, de l'ensemble des malades ayant cette pathologie. Le groupe témoin est construit pour servir de référence (ils seraient représentatifs pour l'exposition au facteur de risque de la population dont sont issus les cas) et fournir une fréquence de base de l'exposition au facteur de risque dans la population dont sont issus les cas. Deux sources sont le plus souvent utilisées pour le choix des témoins : la population générale et les malades hospitalisés. Le choix entre ces deux sources principales de témoins dépend de considérations pratiques et de la comparabilité avec les cas. L'inconvénient majeur du choix de témoins hospitalisés est qu'il s'agit de patients hospitalisés, ne présentant plus souvent que la population générale des facteurs de risque et qu'il est possible que la maladie dont ils sont atteints aient des facteurs de risque communs avec la maladie dont sont atteints les cas.

Pour chacun des sujets inclus dans l'enquête (cas et témoins), des informations concernant l'exposition aux facteurs de risque vont être recherchées dans leur passé. On les appelle souvent pour cette raison des enquêtes rétrospectives. Différents modes de recueil sont utilisables : recherche dans les archives, interview des sujets, auto-questionnaires etc.

Schématiquement les enquêtes cas témoins se présentent comme ceci :

EVALUATION DE L'EFFICACITE DES MOUSTIQUAIRES IMPREGNEES A LONGUE
DUREE D'ACTION SUR LA REDUCTION DU PALUDISME DANS LA LOCALITE DE

LIBAMBA

Juin

2013

 
 
 

Figure 2: Processus de réalisation d'une enquête cas -témoin

Population

Echantillon des cas

Echantillon des témoins

Comparaison statistique

% des exposés

% des exposés

Temps

· Evaluation des enquêtes cas-témoins

Dans le cadre de notre travail, le recueil des données est fait à partir des registres de laboratoire des adultes du dispensaire de Libamba pour la période allant de 2007 à 2012. Pour évaluer une enquête cas témoin, les données doivent se présenter d'une façon particulière. On construit une table de contingence avec les malades et les non malades de Libamba et Kaya comme l'indique le tableau suivant.

Tableau 2: Illustration d'une table de contingence

 

Exposés (Libamba)

Non exposés (Kaya)

Total

Cas (Malades)

a

c

M1

Témoins (Non malades)

b

d

M0

Total

E1

E0

n

 

Avec a : nombre de malades de Libamba E1 : la population hospitalière de Libamba

b : nombre de non malades de Libamba E0 : la population hospitalière de Kaya

c : nombre de malades de Kaya M1 : la population des malades

d : nombre de non malades de Kaya M0 : la population des non malades
n = E0 +E1= M0+ M1 : la population hospitalière totale de Kaya et Libamba

Après la constitution du tableau de contingence, on teste l'existence d'une association à l'aide du test de Khi-deux6. Lorsque le test du khi-deux conclut à l'existence d'un lien, on calcule l'odds ratio.

6 Principe du test de Khi-deux en annexe A encadré 3

Rédigé par Hokameto Rodrigue Junior EDORH, Elève Ingénieur d'Application de la

Statistique, 4ème Année

24

 

EVALUATION DE L'EFFICACITE DES MOUSTIQUAIRES IMPREGNEES A LONGUE DUREE D'ACTION SUR LA REDUCTION DU PALUDISME DANS LA LOCALITE DE

LIBAMBA

Juin

2013

Rédigé par Hokameto Rodrigue Junior EDORH, Elève Ingénieur d'Application de la

Statistique, 4ème Année

25

L'odds ratio est le rapport des cotes de la maladie chez les exposés à ceux qui ne l'ont pas. C'est une mesure statistique, souvent utilisée en épidémiologie, exprimant le degré de dépendance entre des variables aléatoires qualitatives. En le notant OR on a :

OR

a/b ad

c/d bc

Si l'odds ratio est :

· proche de 1, la maladie est indépendante du facteur ;

· supérieur à 1, la maladie est plus fréquente chez les cas que chez les témoins donc le facteur est à risque ;

· inférieur à 1, la maladie est moins fréquente chez les cas que chez les témoins donc le facteur protecteur ;

Cependant la seule connaissance de l'odds ratio ne suffit pas à conclure à la causalité. Il faut calculer l'intervalle de confiance de cette ration. Ainsi si la valeur 1 est dans l'intervalle de confiance, alors la valeur de l'odds ration n'est pas significative. Dans le cas contraire, on peut conclure à une significativité de cette valeur. Plus l'odds ratio est proche de 0 plus le facteur est protecteur et plus il est supérieur à 1 plus le facteur est à risque.

précédent sommaire suivant