WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Evaluation de l'efficacité des moustiquaires à  longue durée d'action sur la prévalence du paludisme dans la localité de Libamba


par Hokameto Rodrigue Junior EDORH
Institut Sous-régional de Statistique et d'Economie Appliquée - Ingénieur d'Application de la Statistique 2013
  

précédent sommaire suivant

3.1.2 Evolution spécifique

Morbidité suivant le sexe

A

Au vue du taux de morbidité suivant le sexe (Graphique 2), il est à noter que les hommes semblent légèrement plus malades que les femmes. En effet de 2007 à 2010, le taux de morbidité est plus élevé chez les hommes que chez les f emmes. Cependant son évolution suivant les deux sexes est quasiment la même avant 2010. Le taux de morbidité est élevé chez les deux sexes en 2007 et diminue considérablement en 2008. Ensuite, ce taux augmente en 2009 atteignant le même niveau qu'en 2007. En 2010, lorsque ce taux est pratiquement le même chez les hommes qu'en 2009, il diminue par contre légèrement chez les femmes. partir de 2011, il évolue de façon contraire chez les hommes et les femmes. Lorsque la situation semble s'améliorer chez les hommes (passant de 41% en 2010 à 31% en 2011 et 11% en 2012), elle s'aggrave chez les femmes (passant de 20% en 2010 à 37% en 2011 et 39% en 2012).

EVALUATION DE L'EFFICACITE DES MOUSTIQUAIRES IMPREGNEES A LONGUE DUREE D'ACTION SUR LA REDUCTION DU PALUDISME DANS LA LOCALITE DE

LIBAMBA

Juin

2013

Graphique 2: Evolution de la morbidité suivant le sexe

2012

2009 2010 2011

2007 2008

Homme Femme

0,5

0,4

0,3

0,2

0,1

0

Morbidité suivant l'âge

La variable âge qui au départ était quantitative a été rendu qualitative

de la manière suivante

:

 

AGEi

?

?

= ?

?

??

1si 5=Age=17
2si 18=Age=34
3si 35=Age=64

4 si Age=65

 

Rédigé par Hokameto Rodrigue Junior EDORH , Elève Ingénieur d'Application de la

Statistique, 4ème Année

33

Le choix de ce découpage de l'âge a été fait pour faire ressortir les enfants/adolescents (5 à 17 ans), les jeunes ( 18 à 34 ans), les adultes (35 à 64 ans) et les vieux (65 ans et plus).

L'évolution du taux de morbidité n'est pas la même suivant les différents couches d'âges (Graphique 3).En 2007, le taux de morbidité est le plus élevé chez les jeunes enfants de 5 à 17 ans (près de 80%) alors que chez les autres groupes d'âges il varie de 10 à 40%. En 2008, on note une chute du taux chez les enfants passant à 20% . Ce taux chute également mais légèrement chez les adultes (35-65 ans). Par contre, ce taux reste constant chez les autres. Si on suppose qu'en 2008 les MILDA ont permis de réduire les cas de paludisme, il serait vraisemblable de penser que l'effet a été plus ressenti chez les jeunes. En 2009, le taux de morbidité augmente dans tous les groupes d'âges sauf chez les 17- 35ans. En 2010, il diminue

chez les enfants et les adultes

; par contre il augmente chez les jeunes (17-

35ans) et les vieux

 

(65 ans et +). En 2011, il augmente

dans toutes les couches sauf chez les enfants. En 2012, le

 

taux de morbidité diminue dans toutes les couches.

EVALUATION DE L'EFFICACITE DES MOUSTIQUAIRES IMPREGNEES A LONGUE DUREE D'ACTION SUR LA REDUCTION DU PALUDISME DANS LA LOCALITE DE

LIBAMBA

Juin

2013

90,00%

80,00%

40,00%

70,00%

60,00%

50,00%

30,00%

20,00%

10,00%

0,00%

2007 2008 2009 2010 2011

5-17 17-35 35-65 65 et +

2012

Rédigé par Hokameto Rodrigue Junior EDORH, Elève Ingénieur d'Application de la

Statistique, 4ème Année

34

Graphique 3 : Evolution du taux de morbidité suivant les groupes d'âges

Globalement, le taux de morbidité évolue de façon aléatoire. Il n'a pas de tendance à la hausse ou à la baisse. Cependant, il est à noter que les périodes faisant suites aux distributions des MILDA, le taux de morbidité diminue comparativement à la période précédent les distributions. De plus, signalons que les enfants (5- 17ans) ont globalement les taux les plus élevés ce qui fait penser qu'elle est la couche d'âge la plus vulnérable dans la population des plus de cinq ans.

précédent sommaire suivant