WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Freemium et presse quotidienne numérique


par Thomas GUSTAVE
Université d'Aix en Provence - Master 2 2013
  

précédent sommaire suivant

Conclusion :

Ce mémoire s'est constitué autour de la presse écrite numérique et des modèles Freemium des différents quotidiens du paysage français. Pour cela nous avons étudié l'économie du gratuit, son origine et son fonctionnement pour correctement interpréter les bouleversements qu'elle entraine au sein du monde de la presse et de l'édition.

C'est à partir de ces bases théoriques que nous avons pu nous focaliser sur les formules Freemium de certains quotidiens pour en dresser des caractéristiques communes de réussite. Puis dans un dernier temps nous avons confronté cette analyse aux nouveaux usages de l'actualité des lecteurs-consommateurs de presse dans le but de formuler des réponses concises à notre problématique.

Ainsi les éditeurs devront correctement développer à la fois la presse écrite papier ainsi que la presse numérique qui a besoin de réelle valeur ajoutée.

Les lecteurs quant à eux demandent de la personnalisation et de la proximité avec leur journal, les éditeurs devront à l'avenir inventer des moyens de faire vivre la presse numérique comme un acteur à part entière et la rendre plus attractive.

Mêler le numérique et le papier de façon intuitive semble être la principale voie de développement aujourd'hui, la disparition du papier n'étant pas encore d'actualité.

Ce travail ne comporte pas toutes les réponses au développement de la presse numérique, mais si cette dernière continue dans ce sens à savoir l'utilisation du modèle Freemium comme fer de lance de son développement numérique, ce mémoire comporte les principales clés pour adapter et développer au mieux son offre.

Ce travail permet aussi de prendre du recul et d'avoir une vue d'ensemble sur le secteur de la presse quotidienne qui fonctionne et réagit différemment des magazines hebdomadaires et mensuels.

Cependant l'élaboration de ce mémoire m'a confronté à certaines difficultés, mon sujet étant d'actualité, la presse numérique cherche encore un modèle solide et nous manquons de recul. Peu de travaux ont été réalisés sur le modèle Freemium et la presse en ligne, cela concerne en grande partie des articles de presse ou des essais de journalistes, c'est pourquoi ce mémoire s'appuie sur une large revue de vulgarisation, les ouvrages et articles scientifiques étant rares sur ce sujet.

Une autre difficulté fût la collecte de données, je n'ai pas pu trouver par exemple d'information sur les taux de conversion des quotidiens étudiés, ces données n'étant pas publiées. Elles auraient pu nous être utile pour analyser les taux de conversion par type de journal et ainsi segmenter un peu plus nos préconisations.

Dans ce sens ce mémoire comporte aussi des limites, il serait maintenant intéressant de travailler sur le « journal interactif » évoqué lors des préconisations finales, dans le but de déterminer des services numériques dont les lecteurs souhaiteraient voir le jour, étudier le format, la distribution et la viabilité de ce journal 2.0.

Ce travail est très certainement dans les cartons des grands groupes de presse, en préparation ou en pure réflexion il aurait fallut pouvoir investir un de ces groupes pour répondre à cette question, tentatives malheureusement restées veines pour ma part.

De même, un travail intéressant pourrait être porté sur la conception d'un plan de communication autour de ce journal interactif, puisque pour que ce concept se développe il faudra surtout savoir le vendre et le faire connaître.

La presse écrite traverse une période de mutation dont il faudra savoir tirer son épingle du jeu. Peut-être que le modèle Freemium ne sera pas la solution tant attendu par les éditeurs pour la presse en ligne, personne ne peut le dire, la presse évolue au jour le jour et il s'agira d'être attentif pour correctement répondre aux besoins des lecteurs d'un côté et aux besoins de rentabilité des éditeurs de l'autre.

Quand à ceux qui annoncent la disparition pure et simple de la presse écrite, je répondrais qu'il n'est jamais bon de s'enfermer dans une certitude.

La liberté de la presse étant l'un des piliers de notre démocratie, c'est toute une partie de notre société qui vacillerait avec elle.

« La presse est un élément jadis ignoré, une force jadis inconnue [É1 ; c'est la parole à l'état
de foudre ; c'est l'électricité sociale [É1 Plus vous prétendez la comprimer, plus l'explosion
sera violente. Il faut donc vous résoudre à vivre avec elle. »
François-René de Chateaubriand (1768-1848)

113

précédent sommaire suivant