WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Les contes et les mythes en pidgin : facteur d'éducation de l'enfant dans la société africaine traditionnelle dans la région du sud- ouest (BUEA)

( Télécharger le fichier original )
par Anne OBONO ESSOMBA
Université de Yaoundé I - Doctorat en littérature orale et linguistique 2014
  

précédent sommaire suivant

LISTE DES ABREVIATIONS

CPC : Cameroon pidgin English

CP : Cameroon pidgin

NPE : Nigerian Pidgin english

CDC: Cameroon development Corporation

PE: Pidgin English

RESUME

Depuis l'introduction de l'école par le biais de la colonisation, l'école est restée non seulement un instrument d'assujettissement des consciences et des esprits, mais, elle s'est montrée incapable d'enraciner l'enfant africain dans son milieu de vie immédiat, se contentant pour l'essentiel de le déraciner. Cet état de chose, susceptible de concourir à l'évanouissement de notre patrimoine culturel et à nos modes d'éducation et le souci d y mettre un terme explique le choix de ce thème.

Le but de ce travail est de monter que, la revalorisation de notre patrimoine culturel passe par une redéfinition des objectifs de l'éducation en vue de l'avènement d'un citoyen non seulement enraciné dans sa culture, mais aussi et surtout ouvert au monde. De même, il ressortira de ce travail que, la meilleure éducation de l'enfant, adulte en devenir est loin d'être l'apanage des seuls models occidentaux, stéréotypés et dominateurs, mais, que le retour aux sources profondément africaine, peut faire jaillir à nos enfants des valeurs plus fiables , durables , et de nature à contribuer plus efficacement au développement de l'Afrique. L'un des principaux objectifs de ce travail est de monter que l'éducation de l'enfant dans la société traditionnelle renferme plusieurs valeurs très séduisantes qu'il importe non seulement d'identifier, mais aussi de sauvegarder et de préserver de la destruction et du caractère mouvant des sociétés contemporaines.

Cependant, il importe de rappeler que, pour qu'il y ait transmission des valeurs et des connaissances, il faut qu'il y ait communication. Aussi, importe t-il de dire que la communication use de plusieurs canaux .Pour les êtres humains, le principal outil de communication reste la langue. La langue sert de moyen de transmission, de conservation de nos valeurs dans une communauté bien précise et qui se reconnait comme telle.Mais, le pidgin ne remplit pas toutes ces conditions. Alors, les récits que nous avons récoltés dans cette langue et dans la communauté linguistique où il est majoritairement utilisé, sont issus de la transposition ou de l'interprétation des autres langues. Ce qui nous intéresse ici, c'est la langue pidgin, car nos contes et nos mythes ont été récoltés dans cette langue. Le corpus récolté dans cette langue a pour but de monter que ce « no man's language » évolue avec l'histoire, elle n'est plus simplement une langue de commerce mais, elle est devenue au fil du temps, une langue littéraire et par conséquent peut servir de support à l'éducation, à l'immortalisation et à la transmission des connaissances à la jeune génération.

Les méthodes qualitatives et quantitatives ont été utilisées lors de la collecte des données. Aussi, avons-nous également eu recours aux questionnaires, aux interviews et à des observations. Notre approche de l'éducation de l'enfant dans la société africaine traditionnelle s'est faite aussi à partir d'une étude fonctionnelle de 15 contes et de 10 mythes en pidgin, récoltés précisément à Buea. Cette étude, faite à l'aide de la méthode structuraliste de Claude Bremond et de la mythocritique de Gilbert Durand, nous a permis au regard des interrelations de rôles au cours de l'action narrative, de comprendre, au delà du texte oral, les différentes formes du comportement humain. L'étude à travers les contes et les mythes en pidgin nous révèle que les sociétés traditionnelles visaient toutes par l'action de divers membresque nous avons nommés, acteurs de l'éducation, à donner à l'enfant une éducation qui tend à valoriser le respect scrupuleux des normes de conduites codifiées par des ancêtres. Par ailleurs, le conte et le mythe sont non seulement une école d'apprentissage de la vie sociale ; ils sont aussi une institution éducative qui apporte à tous les membres de la communauté, en général et aux enfants en particulier, les différents savoirs que sont le savoir, le savoir- vivre, le savoir- être et le savoir -faire et le savoir faire faire.

L'analyse minutieuse de ces corpus et des valeurs qu'ils véhiculent dans le contexte considéré ici, nous a conduit à la conclusion que, l'éducation moderne reçue dans les écoles occidentales, si associée à l'éducation traditionnelle africaine telle que étudiée ici, peut avoir un impact psycho-affectif, et pédagogique, plus accru. Il n'est pas question ni de s'enfermer dans une tour d'ivoire, ni de se diluer dans l'universel.

Nous avons terminé notre travail sur une partie qui à pour titre : « Pidgin et la Problématique d'une Identité Culturelle Camerounaise ». Cette partie dévoile en quoi les textes en Pidgin expriment les réalités propres au Cameroun. De même, l'ouverture a été donnée à notre travail de recherche à l'étude de la littérature orale en Pidgin comme expression de la société Camerounaise avec un encrage important vers une proposition de fondement de l'identité camerounaise autour de la langue Pidgin.

précédent sommaire suivant