WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Les contes et les mythes en pidgin : facteur d'éducation de l'enfant dans la société africaine traditionnelle dans la région du sud- ouest (BUEA)


par Anne OBONO ESSOMBA
Université de Yaoundé I - Doctorat en littérature orale et linguistique 2014
  

précédent sommaire suivant

III.2.2. L'enfant dans le rôle d'agent conservateur

L'agent conservateur est celui-là qui maintient la situation initiale du patient. C'est dans ce sens qu'il oppose aux processus qui ne sont pas encore amorcés ou n'ont pas encore produit leurs effets des contre-processus visant à protéger ou à frustrer le patient. Autrement dit, l'enfant qui est ici agent, mène ces processus pour maintenir une situation précise. Ces rôles conservateurs sont: le rôle de protecteur et celui de frustrateur.

III.2.2.1. L'enfant dans le rôle d'agent protecteur

Dans ce rôle, l'agent tend à maintenir le patient menacé d'une dégradation de son sort dans l'état de satisfaction où il se trouve. Nos pouvons noter que, cet agent peut être protecteur du sort d'autrui ou parfois, de son propre sort.

v L'enfant, agent protecteur volontaire

Ici, c'est l'enfant qui entreprend délibérément et volontairement ce processus. Dans ce rôle, nous avons quatre contes de notre corpus qui le decrivent de manière explicite.

Ø Agent protecteur éventuel

Ici, les informations que reçoivent l'agent sur un état de démérite, d'injustice ou d'un processus de dégradation (mené à l'encontre du patient) qui n'est pas encore amorcé ou est en cours peuvent l'amener éventuellement à se muer en agent protecteur.

Le conte : les cadets d'lDIRIWONG fait partie du cycle des contes « des enfants jumeaux » de Pierre NDAK.Ce conte présente une mère avec ses jumeaux: Bidias et Igom. Ceux-ci après avoir grandi, demandent à leur mère, s'ils n'avaient pas d'aîné à qui rendre visite. Informés de ce qu'ils avaient effectivement une soeur aînée nommée Idiriwong qui était allée en mariage au pays des cannibales quelques années auparavant, ils décident d'aller la secourir.

Dans Trahoré et le mauvais chef, le mauvais chef, monte un plan pour déposséder les habitants propriétaires d'un troupeau de boeufs de leurs avoirs. Il leur ordonne de se livrer à une course au terme de laquelle, le gagnant remportera tous les troupeaux du village. Mais, le père de Trahoré qui a été affecté par sa déchéance, est trop vieux et peut à peine marcher.Cependant, il ne souhaite pas perdre les seuls biens qui lui restent, c'est ainsi qu'il se lamente auprès de son fils Trahoré qui sèche ses larmes.

Dans Sense pass King, le chef qui a connu un affront devant le conseil des anciens face au jeune enfant Sense pass King, décide de le faire périr. C'est ainsi qu'il creuse dans sa maison un trou dans lequel le jeune enfant serait enterré ; trou auquel il couvre avec une belle natte. Afin de mettre son plan à exécution, le roi décide de l'inviter chez lui, mais ce que ce dernier ignorait, c'est que son plan allait être dévoilé au jeune Sense pass King.

Du temps où, dans un jeuneenfant sauve l'humanité, l'existence des hommes était paisible. Ceux-ci décident de venir s'établir près d'une forêt mystérieuse sans bruit et sans animaux. Cette forêt constituait un problème car,chaque fois qu'un homme s'y aventurait, un monstre avait tôt fait de l'avaler. Aussi, lorsqu'un jour,un jeune enfant constate que le nombre des hommes diminuait considérablement, il eut pitié de son peuple et décide de les venir en aide.

Ø Agent protecteur en acte

Ici, l'agent protecteur qui était jusqu'alors « éventuel» décide de passer à l'acte pour réaliser la mission qu'il s'est fixée.

Dans le conte, les cadets d'IDIRIWONG, Bidias et Igom décident de voler au secours de leur soeur IDIRIWONG mariée au pays des cannibales. Après avoir pris les provisions que leur mère leur avait préparées, ils s'envolent munis d'ailes d'oiseaux qu'ils ont au préalable tués. Arrivés au pays des cannibales, ils retrouvent leur soeur aînée qui leur révéle qu'elle finirait par être mangée tôt ou tard. Pour éviter cette éventualité, ils profitent de ce que le mari soit sorti, pour rassembler les objets de celle-ci. Ses frères lui confectionnèrent des ailes puis ils s'envolèrent ensemble avec leur soeur pour retrouver leur mère qui était restée seule à la maison.

Dans Trahoré et le mauvais chef, pour protéger le troupeau de boeufs de son père qui ne peut plus compétir à cause de sa vieillesse, Trahoré décide de courir à sa place. Après avoir rassemblé le troupeau, le jeune Trahoré monte sur l'un des boeufs du troupeau puis, souffle dans une flûte ; ce qui poussent les boeufs à se mettent dans une course folle. Le mauvais chef qui était sûr d'être le gagnant fut désagréablement surpris de trouver le jeune enfant Trahoré seul, à la ligne d'arrivée.

Dans Sense pass King, le jeune Sense pass King honore le rendez-vous que lui avait fixé le chef chez lui. Il fut reçu royalement par celui-ci. Mais, lorsque le jeune garçon s'assit sur la natte que son hôte lui avait désignée afin de discuter après le repas, il tomba dans le trou qui fut immédiatement recouvert. Mais, ce que le chef ignorait, c'est que, le jeune Sense pass King avait été informé de son plan bien avant qu'il prenne acte. Ainsi, il s'était chargé de creuser un tunnel qu'il avait connecté au trou creusé. C'est ainsi que le jeune Sense pass King se sauvera des griffes du chef.

Dans un jeune enfant sauve l'humanité, muni d'un paquet où il avait pris un couteau, du sel et du piment, le jeune enfant s'engagea dans la forêt, décidé de ce faitd'éliminer l'orgue qui menaçe l'humanité de disparition. Arrivé dans la forêt, il provoque l'orgre et se fait avaler par celui-ci. Dans le ventre du monstre, il retrouveà sa grande joie tous les hommes disparus. Sans attendre, il entreprend de faire le dépeçage du ventre de l'orgue afin de sauver tous ceux qui avaient mis leur confiance en lui.

Ø Résultats obtenus par l'acte volontaire

Ici il y a achèvement de l'acte de protection et succès de l'agent initiateur de ce processus de protection.

Dans Les cadets d'Idiiriwong, Igom et Bidas réussissent dans leur mission à ramener leur soeur aînée ldiriwong à la case maternelle. Ils réussissent ainsi à la protéger d'une mort certaine.

Dans Trahoré et le mauvais chef, Trahoré en gagnant la course réussit à protéger non seulement les troupeaux de boeufs de son père, mais en recevant du chef tous les autres troupeaux en guise de récompense, il réussit même à accroître leur nombre.

Le jeune Sense pass King en creusant un tunnel qu'il connecte au trou que le roi avait creusé pour le faire enterrer, réussit à protéger sa propre vie. Une fois de plus, l'intelligence extraordinaire du jeune garçon dans le conte Sense pass king lui permit de vaincre la cruauté du mauvais roi.

Dans Un jeune enfant sauve l'humanité, le jeune enfant en réussissant à libérer les hommes qui avaient cru en lui dans le ventre du monstre, réussit aussi à protéger leur vie car, ils étaient condamnés à une mort certaine.

v L'enfant, agent protecteur involontaire

Ici, l'action engagée par l'agent n'est ni voulue, ni consentie.C'est au terme de son action que le rôle de protection involontaire se confirme. Dans notre corpus de contes nous avons 1 (un) seul qui fait état de ce rôle.

Dans le conte: kaye et Gollo, le jeune garçon Gollo qui a entrepris au préalable de retrouver le lion qui a mangé sa soeur Kaye afin de la protéger d'une mort certaine, retrouve l'animal avec l'aide du devin. Obligé par tous les animaux y compris le jeune Gollo de vomir Kaye, le lion sortit de son ventre deux jeunes enfants ainsi que Kaye. C'est ainsi qu'involontairement Gollo protégea la vie de deux jeunes enfants.

v L'enfant dans le rôle d'agent frustrateur

Ici, comme le dit Claude Bremond, l'agent tend à maintenir le patient susceptible de bénéficier d'une amélioration de sa condition de vie dans l'état relativement déficient où il se trouve. Ici aussi, notons-le, l'agent peut être frustrateur du sort d'autrui ou même parfois de son propre sort.

v L'enfant, agent frustrateur volontaire

Dans notre corpus, nous avons quatre contes qui font état de ce processus.

Ø Agent frustrateur éventuel

A cette étape, l'action est envisagée comme une possibilité. Mais, les conditions qui peuvent motiver l'agent frustrateur à agir dans la voie qu'il a choisie sont déjà réunies.

Dans le conte Frère et soeur, un jeune garçon et sa soeur se livrent à une relation incestueuse alors qu'ils étaient partis pourune partie de pêche. A la suite de cette relation, la soeur conçoit et accouche. Au moment de rentrer au village les jeunes gens, ne voulent pas qu'on découvre le résultat de cet acte réprimé sévèrement.Alors ils décident d'abandonner le nouveau né dans la foêt. Mais chemin faisant, ils s'aperçoivent que le bébé les suivait en entonnant une chanson dévoilant leur acte.

Dans le conte : Les trois frères, trois enfants reçoivent de leur père mourant chacun un fruit en guise d'héritage. Instruction leur est donnée, d'aller chacun casser le fruit dans la maison paternelle et ceci après avoir fermé tous les trous de la maison. Mais, l'aîné s'étant précipité, casse son fruit dans la forêt avant même d'arriver à la maison. Il trompe ensuite le cadet qui casse aussi le sien. C'est ainsi qu'ils perdirent leurs richesses. Voyant que le benjamin allait casser son fruit à la maison, ils eurent l'idée de le tromper également.

Le jeune enfant dans Un jeune enfant sauve l'humanité, est décidé d'aller à la rescousse des hommes qui étaient menacés de disparition par un orgre. Muni d'un couteau, du sel et du piment qu'il avait mis dans un paquet, il déchire le ventre de l'orgue. Arrivée à l'antre du monstre, il le provoque et se fait avaler par celui-ci. Dans le ventre du monstre, il retrouve tous les hommes disparus et leur demande, s'ils ont confiance en lui. Tous avaient effectivement confiance en lui à l'exception d'un, c'est-à-dire celui qui n'avait jamais cru qu'en lui-même.

Dans le conte NDODOKWAM, l'enfant maillet: le jeune Ndodokwam et sa soeur qui ont été abandonnés jàdis par leurs parents sont devenus, à cause des prodiges faits par Ndodokwam, riches et propriétaires non seulement d'un village entier, mais aussi de boeufs, de chèvres, des greniers pleins à craquer. Ils vivaient dans l'opulence et la tranquillité lorsque leur mère qui avait appris qu'ils étaient riches, décide enfin de venir les voir.

Ø Agent frustrateur en acte

Ici, l'agent qui n'était qu'éventuel se mue en agent entreprenant d'exécuter sa tâche frustratrice.

Dans Frère etsoeur, le garçon et sa soeur, voyant que le nouveau-né s'était mis à les suivre en entonnant une chanson qui décrivait leur acte,ils lui sautèrent dessus, le muselèrent, le tuèrent et ensuite l'entèrent. Mais, ils ne crurent pas leurs yeux lorsqu'ils le virentà l'entrée du village décidé de dévoiler le secret que les jeunes enfants se donnaient tant de mal à cacher.

Dans les Trois frères: Ayant perdu leur fortune pour avoir désobéi aux conseils de leur père, les frères aînés du benjamin, s'étaient décidésà tromper ce dernier afin qu'il soit, lui aussi, dépossédé de sa part de fortune. Ils firent tout pour le convaincre de casser son fruit, mais le benjamin était intransigeant et ferme, il entendait exécuter à la lettre les recommandations du père.

Dans NDODOKWAM, l'enfant maillet, la mère des deux enfants vient à leur rencontre. Mais, elle est froidement accueillie par Ndodokwam.Son fils lui reprochait de les avoir abandonnés quelques temps plutôt. Il la chasse de chez lui après lui avoir offert quelques cuisses de boeuf. Puis, il répand des substances magiques pour que, ni son père ni sa mère, ne puisse retrouver le chemin qui conduit vers la demeure si jamais ils avaient l'intention de revenir.

Dans Un jeune enfant sauve l'humanité: le jeune enfant, dans le ventre de l'orgue reçoit la confiance de tous les hommes qu'il trouve à l'exception d'un seul : l'homme qui n'avait jamais cru qu'en lui même. Il entreprend de faire une large ouverture sur le flanc du monstre avec son couteau, c'est ainsi qu'il fait sortir tout le monde à l'exception d'un. Il referma aussitôt l'ouverture après y avoir appliqué du sel et du piment.

Ø Résultats obtenus par l'acte volontaire

Ici, nous voyons les résultats de l'action de l'enfant frustrateur en termes d'échec ou de réussite.

Dans le conte Frère et soeur, le garçon et sa soeur échouent dans leur entreprise de frustration du nouveau-né. Ils échouent dans leur mission de cacher la vérité sur leur acte incestueux. L'enfant qu'ils avaient mis au monde, qu'ils avaient ensuite muselé, tué et enterré s'était chargé de tout révéler au village.

Les deux frères aînés, dans Les trois frères échouent dans leur voeu de déposséder leur benjamin de sa part de fortune laissée par leur père. Celui-ci devient très riche et respecté.

Dans NDODOKWAM, l'enfant maillet, ne sachant pas que leur fils Ndodokwam avait répandu les substances magiques pour qu'ils ne retrouvent pas le chemin qui conduisait chez lui, les parents de ce dernier se perdirent dans la brousse. C'est ainsi qu'à la méchanceté de ses parents, Ndodokwam y opposa la frustration.

Dans Un jeune enfant sauve l'humanité, à cause de son orgueil, l'homme qui n'avait jamais cru qu'en lui-même, au lieu d'être sauvé comme tous les autres hommes, fut abandonné par le jeune enfant. Celui-ci opposa à l'orgueil de cet homme la frustration qui entraîna sa mort dans le ventre de l'orgue.

L'orgueil et la méchanceté sont souvent punis avec sévérité. Aussi, lorsque l'action frustrative va à l'encontre des normes sociales comme dans le conte Frère et soeur, les contrevenants doivent s'attendre eux aussi à une punition sévère.

v L'enfant, agent frustrateur involontaire

Dans ce registre, l'agent mène une action qui a un but autre que le résultat final de son acte. Ce résultat n'est par conséquent ni voulu, ni consenti. Nous avons dans notre corpus un seul conte qui fait état de ce processus.

Dans le conte Tout n'est pas d'être aîné, encore faut-il avoir du bon sens ! Dansce conte,l'aîné qui était resté pauvre depuis la mort de son père est convié (dans les rêves) à un rendez-vous dans la forêt. Le père entreprend de demander des richesses aux fantômes pour améliorer les conditions de vie de son enfant. D'abord, il lui apprend une formule incantatoire pour appeler les êtres mystérieux. Mais, celui-ci, étourdi, ne peut retenir la formule, même après plusieurs tentatives. Dans une ultime tentative, le père et les fantômes fatigués et exaspérés disparaissent et laissent le fils aîné aussi pauvre qu'il était. Nous coderons donc son rôle de frustrateur involontaire de soi-même et d'autrui (car il frustre son père) en entreprenant une tâche d'amélioration de son propre sort.

Tableaux representatifs des différentes fonctions de l'enfant

Tableau N° 1 : L'enfant, sujet d'état (ou patient)

Contes

Bénéficiaires

Victime

Amélioration

Protection

Dégradation

Frustration

Tout n'est pas d'être l'aîné, encore faut-il avoir du bon sens.

 
 

Le fils aîné

Le fils aîné

L'orpheline et la vieille femme

La jeune orpheline

 
 
 

Un jeune enfant

sauve l'humanité

 
 
 
 

Frère et soeur

 
 
 
 

L'union fait la force

Les fils de kouma

Les fils de kouma

 
 

La jeune fille désobéissante

 
 

Ngo Lipem

 

Les trois frères

Le benjamin et ses frères aînés

 
 
 

Les cadets d'idiviwong

 
 
 
 

Noana et ses soeurs

Noana et ses soeurs

Noana et

ses soeurs

 
 

Les poussins têtus

 
 

Dudu

Dudu

The orphan Boy

Le jeune orphelin

Le jeune orphelin

 
 

Sense Pass king

 
 

Le fils du chef

 

Dylin's children

Les enfants de dylim

 
 
 

La mort tragique

des trois frères

 
 

Gros ventre

Petites-jambes

Petite bouche

 

Ndodokwan, l'enfant maillet

La soeur de Ndodokwan

 
 
 

Kayeet Gollo

Kaye

Kaye

 
 

Les mauvais génies du champ de Mil

La fille du paysan

 
 
 

Le mauvais frère

La soeur du mauvais frère

 
 
 

Trahoré et le mauvais chef

 
 

Les jeunes fils du chef

 

Tableau N°2 : L'enfant, sujet de faire (ou agent)

Contes

Agent modificateur

Agent conservateur

Améliorateur

Dégradateur

Protecteur

Frustrateur

Volontaire

Involontaire

Volontaire

involontaire

Volontaire

involontaire

volontaire

involontaire

Tout n'est pas d'être l'aîné encore faut-il avoir du bon sens

 
 
 

Le fils aîné

 
 
 

Le fils aîné

L'orpheline et la

vieille femme

 
 
 
 
 
 
 

Un jeune enfant

sauve humanité

Le jeune enfant

 
 
 

Le jeune enfant

 

Le jeune enfant

enfant

Frère et soeur

 
 

Le garçon

et sa soeur

 
 
 

Le garçon et

et sa soeur

 

L'union fait la force

 
 
 
 
 
 
 
 

La Jeune fille désobéissante

 
 

Ngo Lipem

 
 
 
 
 

L. trois frères

Le benjamin

 
 
 
 
 

Les deux frères aînés

 

Las cadets

d'ldiviwong

 
 
 
 

Bidias et igom

 
 
 

Noana et ses

soeurs

Noana

 
 
 
 
 
 
 

Les

poussins têtus

 

Dudu

Dudu

 
 
 
 
 

The orphan Boy

 
 
 
 
 
 
 
 

Sens Pass king

Sense Pass king

 

Sense Pass king

 

Sense pass king

 
 
 

Dylin's children

 
 
 
 
 
 
 
 

La mort tragique des trois frères

 
 
 
 
 
 
 
 

Ndodokwan,

L'enfant maillet

Ndodokwan

 
 
 
 
 

Ndodokwan

 

Kayeet Goilo

 
 
 
 
 

Gollo

 
 

Les Génis du champ da Milmauvais

 
 
 
 
 
 
 
 

Le mauvais frère

 
 
 
 
 
 
 

Trahoré et lemauvais chef

Trahoré

 

Trahoré

 

Trahoré

 
 

CONCLUSION PARTIELLE

L'application de la théorie structuraliste de Claude Bremond, nous a permis de ressortir à travers notre corpus des contes et des mythes, les interrelations de rôles entre les personnages au cours de l'action narrative. Dans une large mesure, elle nous a présenté dans un cadre purement humain, l'action de l'homme pris dans notre perspective traditionnelle. Celle-ci peut permettre, comme nous le verrons, l'engendrement d'une multiplicité de sens. Et dans cette perspective, nous dirons que le conte et le mythe sont l'expression de la culture traditionnelle, leurs études par extension nous a plongés au coeur des sociétés camerounaises traditionnelles prises dans leur manifestation les plus simples et les plus ordinaires. A travers l'étude que nous avions faite, c'est la vie sociale des populations du Sud -ouest qui nous a donné une vision à la fois éclatée et cohérente de ce qui pourrait être leurs attentes, leurs aspirations et surtout leurs conceptions sur ce qui constitue la personne même de l'enfant.

Il ressort de notre analyse générale qu'un même personnage peut jouer plusieurs rôles selon les événements que raconte le récit. De plus, une brève observation des tableaux représentatifs des différentes fonctions de l'enfant6(*), nous montre que l'action décrite par les récits se résume en une suite de personnages qui sont soit  patients, soit agents.

Lorsque nous essayons de faire une analyse profonde de l'apparition du personnage de l'enfant dans chacun des rôles de patient et d'agent, nous sommes frappés par une sorte de dichotomisation : un même personnage pouvant jouer plusieurs rôles. Plus loin, un même récit pouvant se ranger dans une catégorie comme dans une autre.

Même si notre analyse fait abstraction de cette dichotomisation pour ne pas compliquer les démonstrations, il est important de dire que dans notre corpus, il existe sept (7) contes où l'enfant joue exclusivement le rôle de patient, trois (3) contes où il joue exclusivement le rôle d'agent et, dans neuf (9) autres contes, il joue tant dans l'un que dans l'autre ces deux rôles.

Partant du fait que cette alternance tant dans l'un que l'autre de ces rôles (patient, agent) a une signification précise que nous allons dégager, nous n'allons pas en tenir compte à l'intérieur de chacun de ces rôles où les alternances sont encore beaucoup plus présentes.

Dans le cas de l'enfant dans le rôle de patient et principalement de l'enfant dans le rôle de bénéficiaire, une observation brève et rapide nous montre que nous avons dans notre corpus, dix (10) contes qui décrivent ce rôle. Et, l'analyse nous a montré que ceux qui maltraitent les enfants, subissent toujours un châtiment exemplaire: c'est le cas des méchantes femmes dans les contes Noana et ses soeurs et l'orpheline et la vieille femme.

Toujours dans ce rôle de bénéficiaire, nous avons remarqué que les parents peuvent parfois être des obstacles au bonheur de leurs enfants.Le cas des parents de Ndodokwam et de sa soeur ou encore du père du jeune orphelin dans The orphan boy, en sont des cas illustrateurs.

Mais, heureusement comme ce l'était pour la plupart des cas, certains êtres de l'au-delà comme les mères défuntes à l'image de la mère défunte du jeune orphelin dans The orphan boy ou encore celle de Noana et de ses soeurs dans Noana et ses soeurs, viennent s'opposer aux forces qui visent à dégrader le sort déjà pas enviable de leurs enfants. A celles-ci, viennent s'ajouter le rôle positif des pères qui font tout pour assurer une bonne éducation à leurs enfants, c'est par exemple le cas de Kouma dans l'union fait la force ou du père dans le conte les trois frères.

Dans les autres contes où l'enfant est une victime effective et achevée des processus de dégradation et de frustration, plusieurs conclusions peuvent être observée d'une façon prononcée. Dans ces contes, la remarque importante est que: ce sont les enfants eux-mêmes, par leur désobéissance ou part leur non respect des morales ou prescriptions sociales qui deviennent victimes des processus de dégradation ou de frustration qu'ils ont eux-mêmes enclenchés. Et dans ce dernier cas, l'exemple de Dudu dans les poussins têtus ou de Ngo Lipem dans la jeune fille désobéissante vient nous rappeler, combien il est important d'écouter les conseils des parents.

D'un autre côté, la remarque que nous avons aussi faite dans ce rôle de victime est la suivante: la faute des parents retombe toujours sur leurs enfants. Et dans ce cas, la mort du fils du chef dans le conte Sense pass King ou encore celle des jeunes du chef dans Trahoré et le mauvais chef, montre surtout aux parents combien ils doivent faire attention aux conséquences de leurs actes.

Après avoir analysé les fonctions de l'enfant, nous passons maintenant à l'autre étape de notre travail à savoir l'analyse mytho-critique. Il faut noter que cette analyse également va en droite linge avec l'être même de l'enfant. Nous allons démontrer en quoi est ce que le mythe à travers une analyse ressort le rôle de l'enfant et les différentes leçons qu'il en tire.

* 6 Cf.tableaux n°2.

précédent sommaire suivant