WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

L'impact de deux types d'échauffement "classique" et "russe" sur la performance sportive


par Said ZERZOURI
Université de Dijon - Diplome Universitaire de Préparateur Physique 2014
  

précédent sommaire suivant

2-b- Justification du choix des épreuves d'effort :

Plusieurs épreuves physiques, issues des diverses recherches permettent d'évaluer ces deux qualités physiques telles que la vitesse sur une courte distance et la détente verticale. Ces épreuves ont été retenues car ce sont des épreuves de terrain qi ne présentent aucun risque pour les élèves, elles permettent avec le matériel le plus simple d'évaluer ces deux compétences physiques des élèves, elles ne demandent pas un apprentissage au préalable pour passer le test, elles sont faciles à réaliser, à interpréter leurs résultats et adaptées à la population testée.

2-b-1- L'épreuve de course de vitesse de 20 mètres en ligne droite :

Dans le cas le plus simple il s'agit de chronométrer le sportif sur distance de 20 mètres en ligne droite, le chronomètre étant déclenché manuellement au moment où le sportif décolle sa pied arrière du sol et il est arrêté bien sûr en franchissant à la ligne d'arrivée.

Ce test est le plus répondu dans les sports collectifs, il est révélateur de l'aptitude à imposer une force importante dans un temps très court. Il est considéré comme une épreuve mesurant la vitesse (Cometti G. 1989 ; Fox E. L. et Mathews D.K., 1980).

Nous sommes conscients que le moyen choisi pour mesurer cette épreuve n'est pas l'idéal mais nous ne disposons d'aucun autre matériel plus efficace.

2-b-2- L'épreuve du saut vertical (le CMJ) :

L'épreuve prévoit un saut à partir d'une position bien droite avec les mains sur les hanches, et avec une action libre de contre-mouvement (plier les jambes et enchainer par une réaction rapide en poussant). La performance de cette épreuve correspond à la différence des hauteurs atteintes sans sauter (position debout, droit pieds à plat au sol) et les hauteurs atteintes lors du saut. Pour cette épreuve nous avons fabriqué un appareil qui ressemble à celui d'Abalakov : une pièce métallique à laquelle nous avons accroché un ruban de 3 mètres avec un système d'arrêt du déroulement du ruban une fois le sportif atteint la hauteur maximale (voir annexe 1).

Avant de commencer la phase expérimentale, nous avons due mesurer le degré de fidélité de cet appareil.

2-b-2-a- Validité :

Selon Leger L. et coll. (1984), un test est valide lorsqu'il mesure bien ce qu'il est censé mesurer. Ainsi l'appareil que nous avons fabriqué mesure bien la détente verticale. Donc nous pouvons dire que ce test est valide pour la mesure de la détente verticale.

précédent sommaire suivant