WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Le projet de politique de la migration de l'ONM: contraintes et perspectives.


par Carline JOSEPH
FASCH-UEH - Post gradué en population et Développement 2004
  

précédent sommaire suivant

VI.- CONCLUSION ET RECOMMANDATIONS

6.1.- Conclusion

Les contraintes et les perspectives du projet de politique de la migration de l'ONM ont été relatées à la lumière des problèmes économiques, des techniques de planification, et de la réglementation haïtienne en matière de migration. Le projet de politique migratoire en tant qu'instrument de gestion de la migration cherche à surmonter les obstacles migratoires haïtiens à la fois sur le plan de la migration interne que de la migration internationale. Pour ce faire, un objectif général est fixé auquel s'ajoutent des objectifs spécifiques portant sur cinq axes : la rétention, la régulation, l'intégration des rapatriés et des déportés, la réintégration des haïtiens vivant à l'étranger et l'harmonisation. Il est vrai que l'ONM a pour mission d'élaborer une politique migratoire, un document préliminaire a été présenté. Et, le Ministère des Haïtiens vivant à l'étranger est mandaté pour la mise en place de cette politique.

Nous avons fait un état des lieux de la question migratoire en Haïti et nous avons présenté le Projet de politique de la migration de l'ONM de 2000. Nous avons essayé de montrer les conditions d'application de ce document, en nous référant aux caractéristiques de la société haïtienne, de la réglementation haïtienne et du cadre institutionnel existant. Nous avons essayé d'exposer les considérations juridiques et les techniques de planification qui mettent en lumière le degré d'application de ce projet et son aptitude à atteindre ses objectifs. Nous avons relaté les programmes et actions prévus. La résistance aux normes, le manque de volonté des autorités, le manque de moyens financiers et éducatifs ont été présentés. L'imbroglio du système haïtien, l'absence de perspectives, l'imprécision des prérogatives chez les décideurs et leaders représentent les obstacles à la mise en oeuvre de ce projet. De plus, l'ignorance des citoyens, la prise de conscience de l'incidence des courants migratoires tant qu'a l'intérieur du pays que vers l'extérieur, ont débouché, d'une part, sur la prolifération des quartiers précaires, la dégradation de l'environnement, la délinquance juvénile et le développement du secteur informel; et d'autre part, les envois de fond et de nourritures à bon nombre de ménages et l'exode de compétences. Le refus de faire appliquer strictement les normes légales a contribué á l'embarras des institutions locales et les sanctions pénales n'ont pas abouti. Concrètement, l'élaboration et l'exécution d'une politique migratoire en Haïti devront se dessiner dans le cadre du processus d'actualisation des prévisions établies antérieurement, l'application de la loi sur les migrations et la création d'un cadre juridique et institutionnel adapté.

précédent sommaire suivant