WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Dynamique des paysages végétaux autour d'une ville moyenne et sa périphérie. Cas de Meiganga (de 1987 à  2015)


par Issouhou MOUHAMAN
Université de Ngaoundéré - Master 2015
  

précédent sommaire suivant

3.3.3.De 1999 à 2015, un intervalle de temps marqué par une forte pression sur la végétation

Entre 1999 et 2015, des changements notables se sont effectués au niveau du département de Mbéré en général et sur Meiganga et sa proche périphérie particulièrement. En effet, le développement des infrastructures et celui de certaines activités génératrices de revenus se sont faits au détriment du couvert végétal. Parmi ces multiples actions, on peut citer le bitumage de l'axe Garoua-Boulaï - Ngaoundéré qui a entrainé l'émergence de certaines activités dont la plus dégradante est la vente du bois dans les localités traversées par cette infrastructure. En outre, le passage du pipeline Tchad-Cameroun dans la zone en 2003 a également participé à la diminution du couvert végétal dans la mesure où toute végétation est arrachée sur l'itinéraire de son passage, soit une bande linéaire d'environ 15m de large et 36 km pour notre zone (soit 54 ha de végétation dévastée), et 900 km pour l'ensemble du pays.

Figure 30. État de l'occupation du sol en 2015

Le calcul des classes occupées sur cette image nous donne une dominance des forêts claires, 353, 36 km² (36,53%) ; les savanes herbeuses, 233,05 km² (24,09%) ; les sols nus et habitations, 155,48 km², (16,08%) ; les savanes arbustives, 121,56 km², (12,57%) ; les brulis, 35,85 km², (3,71 km²) ; les forêts-galeries, 35,84 km² (3,71 km²) et les savanes arborées et boisées, 32,08 km², (3,32%) tel que présenté dans le tableau 14.

Tableau 14. Proportion des différentes classes de l'occupation du sol en 2015

Formation végétale

superficie en

proportion en %

ha

km²

forêt claire

353361600

35336,16

353,3616

36,53

savane herbeuse

233052300

23305,23

233,0523

24,09

sols nus et habitations

155487600

15548,76

155,4876

16,08

savane arbustive

121568400

12156,84

121,5684

12,57

Brulis

35851500

3585,15

35,8515

3,71

forêt-galerie

35846100

3584,61

35,8461

3,71

savane arborée à boisée

32084100

3208,41

32,0841

3,32

Total

967251600

96725,16

967,2516

100,00

Source : calcul des classes d'occupation du sol de la scène 2015 fait sous Qgis obtenu après classification supervisée sous ENVI.

La répartition des classes est fortement influencée par les brulis, très répandus sur l'image. Les formations fermées (forêts-galeries et forêts claires)sont faiblement représentées. Cette situation est due à l'exploitation de celles-ci pour l'alimentation des marchés en bois d'oeuvre et en bois de chauffede même que pour les cultures maraichères (spécifiquement pour les forêts-galeries).

Certaines confusions dans le choix des pixels sélectionnés pour la création des ROI sont à relever. En effet, il s'agit d'1 pixel des forêts-galeries affecté à la forêt claire et 3 pixels des savanes herbeuses, affectés à la classe sols nus, champs et bâtis. (Tableau15).

Tableau 15. Matrice de confusion de la classification dirigée (image 2015)

Classes

Sols nus

Forêt claire

Savane arborée à boisée

Savane arbustive

Savane herbeuse

Brulis

Forêt-galerie

Total

Bâtis, champs et sols nus

357

0

0

0

3

0

0

360

Forêt claire

0

101

0

0

0

0

0

101

Savane arborée à boisée

0

0

111

0

0

0

0

111

Savane arbustive

0

0

0

103

0

0

0

103

Savane herbeuse

0

0

0

0

64

0

0

64

Brulis

0

0

0

0

0

106

0

106

Forêt-galerie

0

1

0

0

0

0

134

135

Total

357

102

111

103

64

106

134

980

Indice de Kappa : 0.99 ; taux de classification : 99,59%

Source : traitement d'image sous ENVI

La forte pression exercée sur la végétation traduit une forte régression de celle vis-à-vis du pas de temps antérieur. En effet, la différence d'évolution entre 2015 et 1999 montre l'augmentation des superficies allouées aux sols nus, brulis, savanes herbeuses et forêts claires au détriment des forêts-galeries, savanes arbustives et savanes arborées, qui s'explique par l'extension des zones habitées, la création de nouvelles parcelles de culture et la coupe des arbres destinés aux bois d'oeuvre et bois de chauffe.

Figure 31. Superficie des classes d'occupation du sol de 1999 et 2015 (en km²)

L'accent mis sur la végétation révèle une perte du couvert végétal de -125,04 km² (figure 32), soit une régression de -107,01 km² en comparaison avec la différence d'évolution des paysages végétaux de 1999 qui était de -18,03 km².

Figure 32. Différence d'occupation du sol entre 1999 et 2015 (en km²)

L'évolution des paysages végétaux dans l'intervalle [1987 - 1999] et [1999 - 2015] présente une dégradation des classes consacrées à la végétation au profit des brulis, sols nus, habitations et savanes herbeuses (champs et jachères). Il convient d'analyser l'évolution dans son ensemble.

précédent sommaire suivant