WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Aide au développement peut-elle aider l'Afrique noire à  se lancer au développement durable?

( Télécharger le fichier original )
par Jean-Paul Jean-Paul NABONA BISIMWA
Université Libre dà¢â‚¬â„¢Uvira et des Grands Lacs, ULUGL en sigle - Master complementaire  2012
  

précédent sommaire suivant

DEUXIEME PARTIE

LES RAISONS DE L»INEFFICACITE DE L'AIDE EN AFRIQUE NOIRE

« Grande est notre faute, si la misère de nos pauvres découle non
pas de lois naturelles mais de nos institutions ».

Charles Darwin, Le voyage du Beagle.

Nous venons de voir dans la première partie de ce travail que l'aide est inefficace en Afrique sub-saharienne. Le décollage économique tant attendu, que devait amener l'aide internationale ne s'est pas produit après plus d'un demi-siècle d'aide aux économies africaines. Et pourtant, l'histoire nous enseigne que, l'aide a connu des succès éclatants ailleurs dans le monde. En effet, de par le passé, l'aide extérieure a aidé l'Europe (plan Marshall). Nous avons vu dans l'introduction de ce travail, l'exemple de la Corée du Sud. Tout comme la Corée, les autres dragons d'Asie comme Singapour, Taiwan, ... doivent aussi une grande partie de leur réussite économique à l'aide internationale. Et on cite aujourd'hui l'exemple des bébé-dragons d'Asie (Indonésie, Malaisie, ...)53 comme réussite de l'aide internationale.

Comment peut-on comprendre qu'en Afrique sub-saharienne, l'aide soit stérile, inefficace ? Comment peut-on comprendre que malgré la place qu'occupe la région dans l'enveloppe totale

d'aide, la pauvreté y progresse ? En quoi réside la faiblesse de l'aide internationale à

promouvoir le développement Afrique sub-saharienne ? Pourquoi les pays d'Afrique sub-

saharienne échouent-ils là où les pays asiatiques comme la Corée du Sud, le Taiwan et l'Indonésie ont réussi?

En partant de la littérature économique, les raisons qu'on peut évoquer pour expliquer les difficultés de croissance et l'échec de l'aide en Afrique sont les suivantes : i) les facteurs géographiques comme les conditions climatiques ; ii) les dotations en ressources naturelles (comme par exemple l'eau, les terres arables, ...) et l'enclavement; iii) les dotations en capital physique et humain; iv) la faiblesse du revenu qui entraîne une demande globale faible ; v) les facteurs démographiques ; vi) un système financier sous-développé qui ne favorise pas le développement du secteur réel ; vii) les variables de politique économique notamment la politique budgétaire et monétaire; viii) le niveau de l'épargne et l'investissement; ix) la faiblesse du système technologique ; x) la compétitivité des taux de change et les régimes commerciaux; xi) les facteurs institutionnels comme par exemple l'engagement et la crédibilité politiques, la qualité de la fonction et des services publiques, le respect de la loi, la corruption et le maintien de l'ordre publique; xii) l'insuffisance du budget de l'aide au développement; xiii) l'affectation ou encore l'utilisation qui est faite de l'aide internationale au développement reçue; xiv) les conflits d'intérêts et la politique des donateurs en matière d'aide extérieure ; xv) l'impact de l'aide sur les comportements dans les pays receveurs.

En toute logique, les facteurs ci-dessus énumérés peuvent se résumer en trois grands points:

-- Les handicaps structurels qui emprisonnent les économies africaines dans un équilibre de trappe à pauvreté qui est un équilibre de bas niveau, dont l'aide internationale, parce que faible ne leur a pas permis de s'extirper.

-- Les effets d'incitation que crée l'aide internationale notamment vis-àvis de la gouvernance dans les pays aidés.

-- Les pratiques des donateurs qui conduisent souvent à des inefficiences en matière de politique de développement.

53 Voir par exemple Cohen Daniel et al. (2006), page 109.

54 Les deux termes (trappe à pauvreté (ou à sous-développement) et piège à pauvreté) désignent un même phénomène. On les utilisera indifféremment dans ce travail.

précédent sommaire suivant







9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Appel aux couturier(e)s volontaires

Hack the pandemiuc !

Moins de 5 interactions sociales par jour



BOSKELYWOOD from Ona Luambo on Vimeo.