WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Repenser la liberté comme mystère chez G. Marcel. une approche analytico-herméneutique de : "les hommes contre l'humain".


par Freddy KAKULE KANAMUNGOYA
Université Saint Augustin de Kinshasa (USAKIN) - Graduat 2020
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

III.2. CRISE DES VALEURS DANS LE MONDE MODERNE

III.2.1. Dépression des valeurs

Dans le chapitre précédent, nous avons dégagé le rapport de nécessité qui se tisse entre la valeur et la liberté. En effet, sans pour autant se ressasser, nous savons déjà qu'un acte libre doit se tourner nécessairement vers une valeur parce que sans la valeur l'acte libre perd son sens et sa finalité. Marcel a prévenu ses contemporains, il nous prévient aussi aujourd'hui, contre toute dégradation des valeurs au nom d'une prétendue liberté. Une liberté qui nous mène vers un vice n'en est pas une, puisqu'il est de son essence de nous mener vers un « bien ». Cependant, l'époque contemporaine est confrontée à plusieurs idéologies avilissantes qui découlent de la mécompréhension et du mauvais usage du concept « liberté ».

De nos jours, nous assistons à une dégradation des valeurs. L'homme contemporain ne veut plus s'appuyer sur tout ce qui est valeur morale, culturelle et religieuse. D'ailleurs celui qui ose parler des valeurs est pris pour un aliéné voire taxé d'être rétrogradé. Nous voyons qu'aujourd'hui au nom de la liberté les sociétés occidentales sont en pleine dégringolade à cause de la théorie du « genre » appelée autrement « the gender ». De ce fait, on ne parle plus du sexe masculin ou féminin comme c'était à l'époque, car chaque personne est libre de choisir son orientation sexuelle selon son vouloir. Hélas ! Une liberté conçue de cette manière devient un vice puisqu'elle est un facteur de la dégénérescence des relations interpersonnelles. C'est contre la nature qu'une personne née biologiquement homme se décide de changer de sexe et vouloir devenir une femme.

Il est inacceptable que l'homosexualité, le lesbianisme, le transgender, la bisexualité soient pris comme des valeurs découlant d'une liberté authentique. A notre sens, ces pratiques sont une déviation des personnes ayant perdu le contrôle de leurs corps et étant soumis aux pulsions intérieures. Sans doute, loin de tomber dans une quelconque homophobie, nous savons pertinemment qu'une personne dirigée par ses pulsions, ses émotions et ses sentiments n'est aucunement libre. On est libre, d'après Marcel, quand on parvient à vouloir contre ses propres désirs71(*). Ainsi, la liberté qu'il préconise n'est pas de l'ordre du désir.

Les découvertes et les expérimentations dans le domaine biomédical sont devenues alarmantes. Certes, de nos jours il s'avère important de se poser de question sur la portée éthique de différentes expériences faites dans les laboratoires biomédicaux. Il y a plusieurs techniques qui sont en train de voir le jour et qui permettent en effet de répondre à certains problèmes d'ordre biologique et médical. Cependant, la plupart de ces découvertes ne se posent pas la question sur la place de l'homme et sa dignité. Est-ce que les différentes découvertes et expérimentations biomédicales accroissent la dignité de l'homme ou elles l'avilissent davantage ? Il est un impératif pour nous de nous interroger sur la valeur de l'homme dans un univers en course vers la techno-science.

Pour ce faire, de nos jours la technologie biomédicale peut aller jusqu'à modifier même la composition génétique de la personne humaine. Nous savons déjà que les expériences ayant trait à la manipulation génétique abondent dans notre société contemporaine, nous avons à titre d'exemple : les banques des spermes, la fécondation in vitro et les bébés éprouvettes, parthénogenèse expérimentale, gel des embryons et réimplantation, la conception par parents multiples et mères porteuses, clones etc.72(*)

Nous constatons amèrement que dans toutes ces pratiques ci-haut citées, la vie humaine subit une dégradation ineffable. Dans beaucoup d'Etats occidentaux l'avortement et l'euthanasie sont déjà légalisés. Par conséquent, la sacralité de la vie humaine n'est plus le principe de base de toute juridiction, faute d'une prétendue liberté qui accorde à toutes les personnes le pouvoir absolu de décider si elles veulent garder la grossesse ou pas, et dans certains cas si elles veulent vivre ou mourir. Ceci est une interpellation pour le continent africain caractérisé par un mimétisme en outrance.

* 71 Cf. G. MARCEL, Le mystère de l'être II, Paris, Aubier, 1951, p.111.

* 72 G. HOTTOIS, Le signe et la technique. La philosophie à l'épreuve de la technique, Paris, Aubier,1984, p. 212

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net