WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Amélioration de la fructification du karité (vitellaria paradoxa c.f.gaertn.) cas des parcs agroforestiers du village de Torem dans le centre sud du Burkina-Faso


par Wendpanga Issaka KANAZOE
Université Ouaga 1 Professeur Joseph Ki-Zerbo - Master 2008
  

sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

UNIVERSITÉ OUAGA I PROFESSEUR

N° d'ordre

JOSEPH KI-ZERBO

***********

Unité de Formation et de Recherche en Sciences

de la Vie et de la Terre (U.F.R./S.V.T.)

**************

Laboratoire de Biologie et Ecologie Végétales (La.B.E.V.)

********************

MÉMOIRE DE FIN DE CYCLE
Présenté par : Issaka Wendpanga KANAZOE
en vue de l'obtention du diplôme de :
Master de Recherche en Biodiversité Végétale Tropicale
THÈME :

AMELIORATION DE LA FRUCTIFICATION DU KARITÉ (Vitellaria
paradoxa
C.F.Gaertn.) CAS DES PARCS AGROFORESTIERS DU
VILLAGE DE TOREM DANS LE CENTRE SUD DU BURKINA-FASO

Soutenu le 28 Juin 2018 devant le jury composé de :

Président :

- Joseph Issaka BOUSSIM, Professeur Titulaire, Université Ouaga I Pr. Joseph KI-ZERBO Membres du jury :

- Issa NOMBRÉ, Maître de Conférences, Institut Des Sciences (I. D. S.)

- Oumarou OUEDRAOGO, Maître de Conférences, Université Ouaga I Pr. Joseph KI-ZERBO

II

Illustration de la page de garde : Parc agroforestier

III

TABLE DES MATIÈRES

LISTE DES FIGURES ix

LISTE DES PHOTOS ix

LISTE DES TABLEAUX ix

LISTE DES ANNEXES x

RÉSUMÉ xi

ABSTRACT xii

INTRODUCTION 1

CHAPITRE I : GÉNÉRALITÉS 4

I. Présentation générale de la zone d'étude 4

1. Situation géographique 4

2. Découpage administratif 4

3. Caractéristiques socio-économique et démographique 5

a. Population 5

b. L'agriculture et l'élevage 5

c. Exploitation forestière 6

4. Climatologie 6

a. Pluviométrie 6

b. Température 7

c. Humidité relative 7

d. Vitesse du vent 8

5. Pédologie et hydrologie 9

a. Pédologie 9

b. Hydrologie 9

6. Végétation 10

II. Revue bibliographique sur le Vitellaria paradoxa C.F.Gaertn. 10

1. Systématique 10

2. Distribution et écologie 10

3. Physiologie 12

a. Germination 12

iv

b. Croissance et développement 12

4. Botanique descriptive 12

a. Port 12

b. Tronc 13

c. Racines 13

d. Feuilles 13

e. Inflorescences et fleurs 14

f. Fruit et noix 15

5. Multiplication sexuée et asexuée 15

a. Multiplication sexuée 15

b. Multiplication asexuée 16

c. Production 16

d. Techniques d'amélioration de la production 17

6. Usages et importances socioéconomiques 17

a. Usages locaux 17

b. Usages industriels 17

III. Pollinisateurs et pollinisation du karité 18

1. Modes de pollinisation 18

a. Autopollinisation ou autogamie 18

b. Pollinisation croisée ou allogamie 18

2. Agents de la pollinisation ou vecteurs de pollen 19

a. Insectes 19

b. Vents 19

c. Homme 20

CHAPITRE II : MATÉRIEL ET MÉTHODES 21

II. Matériels et Méthodes 21

1. Echantillonnage et collecte des données 21

a. Choix du site 21

b. Matériel végétal 21

c. Autres matériels 21

V

2. Méthodes 22

a. Suivi de la pollinisation 22

b. Suivi des pollinisateurs 23

c. Collecte des données 25

3. Traitement et Analyses des données 26

a. Traitement 26

b. Analyses des données 27

CHAPITRE III : RÉSULTATS ET DISCUSSION 28

I. Résultats 28

1. Impact du mode de pollinisation sur la nouaison de Vitellaria paradoxa 28

2. Impact du mode de pollinisation sur la maturation des fruits de Vitellaria paradoxa

28

3. Impact du mode de pollinisation sur le poids des fruits matures et sur le poids des

amandes de Vitellaria paradoxa 29

a. Poids moyen des fruits 29

b. Poids moyen des amandes 30

4. Inventaire des agents pollinisateurs de Vitellaria paradoxa 31

a. Dénombrement des insectes par les différentes méthodes 31

b. Détermination des insectes collectés par les différentes méthodes 32

II. Discussion 33

1. Impact du mode de pollinisation sur la nouaison et la maturation des fruits de

Vitellaria paradoxa 33

2. Inventaire des agents pollinisateurs de Vitellaria paradoxa 34

a. Dénombrement des insectes par les différentes méthodes 34

b. Détermination des insectes collectés par les différentes méthodes 35

CHAPITRE IV : CONCLUSION ET PERSPECTIVES 36

I. Conclusion 36

II. Perspectives 36

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES 38

ANNEXES 46

vi

DÉDICACE

a mes parents Moumouni KANAZOE et Fati GANEMTORE pour leurs amour et bénédictions,

ama grande mère pour m'avoir soutenu moralement durant ses longues années passées à l'université,

ames frères et soeurs qui n'ont cessé de m'encourager et

de me soutenir,

Atous ceux qui m'ont soutenu moralement, matériellement et financièrement durant toutes mes années de scolarité,

Que le Dieu de paix fasse en vous ce qui lui est agréable !

vii

REMERCIEMENTS

Diverses contributions ont permis la réalisation de ce travail et méritent d'être saluées. Merci au Pr Joseph Issaka BOUSSIM, Professeur Titulaire, Directeur du Laboratoire de Biologie et Ecologie Végétales (La.B.E.V.) pour avoir accepté notre inscription au sein de son laboratoire ;

Merci au Dr Issa NOMBRE, Maître de Conférences, notre directeur de mémoire pour nous avoir guidé tout au long du déroulement des travaux, merci pour vos conseils, votre disponibilité et votre patience ;

Mes remerciements chaleureux vont également aux membres du jury pour avoir accepté d'évaluer ce travail.

Merci à Monsieur Idrissa ZEBA Directeur exécutif de l'ONG NATURAMA pour nous avoir accepté dans sa structure et son soutien matériel et financier sans lequel ce travail ne serait pas possible. Nos remerciements s'adressent à :

Monsieur Adama NANA Directeur des études de l'ONG NATURAMA pour ses conseils, Monsieur Prudence TANKOANO pour ses conseils et son investissement sur le terrain durant la période de récolte des données.

Ce fut une chance et un plaisir de travailler avec chacun d'entre vous.

Merci à tous les enseignants qui ont contribué efficacement à notre formation malgré les conditions de travail difficile. Nos remerciements vont au :

Pr Adjima THIOMBIANO, Professeur Titulaire, pour vos conseils et votre disponibilité ;

Dr Salifou TRAORE, Maître de Conférences pour vos conseils, votre disponibilité et votre patience ;

Dr Oumarou OUEDRAOGO, Maître de Conférences, pour vos conseils, votre disponibilité ;

Dr Amadé OUEDRAOGO, Maître de Conférences, pour vos conseils et votre disponibilité ; Dr Fréderic ZONGO, Maître de Conférences, pour vos multiples conseils et encouragements. Merci à Bernard OUEDRAOGO, Soumaïla SAWADOGO, Amadou SANKARA pour votre soutien, vos conseils et ses relectures attentives ;

Merci à Désiré SAWADOGO, Zaïnabou DABRE, Etienne KABORE et Alassane ZARE, camarades du Master Biodiversité Végétales pour vos conseils et encouragement.

Mes remerciements s'adressent aux camarades des autres Master de Biologie et Physiologie Végétale.

VIII

Je ne saurai oublier d'adresser mes remerciements à l'ensemble des doctorants du laboratoire de biologie et écologie végétales.

A la population de Torem nous leur disons merci pour leur accueil et leur participation aux travaux.

A tous ceux ou celles dont les noms ne sont pas cités, qu'ils sachent que je ne saurais oublier leur amitié et que je leur renouvelle la mienne.

ix

LISTE DES FIGURES

Figure 1 : Carte de la zone d'étude 4

Figure 2 : Diagramme ombrothermique de la zone de Pô de 2010-2014 7

Figure 3 : Humidité relative moyenne mensuelle de 2010-2014 8

Figure 4 : Vitesse moyenne mensuelle du vent de 2010-2014 9

Figure 5 : Aire de distribution du karité en Afrique (Elias, 2008) 12

Figure 6 : Pollinisation croisée et directe (Pouvreau, 2004 ; cité par Alleaume, 2012) 19

Figure 7 : Variations des indices de nouaison de la pollinisation manuelle et de la pollinisation

naturelle 28

Figure 8 : Variations des indices de maturation de la pollinisation manuelle et de la pollinisation

naturelle 29

Figure 9 : Variations des poids moyens des fruits de la pollinisation manuelle et de la

pollinisation naturelle 30

Figure 10 : Variations des poids moyens des amandes de la pollinisation manuelle et de la

pollinisation naturelle 31

Figure 11 : Nombre d'insectes collectés suivant les différentes méthodes et sur chaque site 31

LISTE DES PHOTOS

Photo 1 : Tronc de Vitellaria paradoxa 13

Photo 2 : Inflorescence de Vitellaria paradoxa 14

Photo 3 : Amande de Vitellaria paradoxa. 15

Photo 4 : Noix de Vitellaria. paradoxa 15

Photo 5 : Rameau portant des fruits de Vitellaria paradoxa. 15

Photo 6 : Caractéristiques des fleurs utilisées pour la pollinisation manuelle 22

Photo 7 : Séance de capture des insectes. 23

Photo 8 : Tubes PVC surmontés de coupelles 24

Photo 9 : Piège collant 24

Photo 10 : Séance de pesée de fruit 25

LISTE DES TABLEAUX

Tableau I : Détermination des insectes collectés par les différentes méthodes 32

X

LISTE DES ANNEXES

Annexe 1 : Récapitulatif des observations sur les différents indices. 46

Annexe 2 : Récapitulatif des poids. 47

Annexe 3 : Fiche de collectes des insectes 48

Annexe 4 : Fiche de dénombrement des fleurs. 48

Annexe 5 : Fiche de dénombrement des fruits 48

xi

RÉSUMÉ

La noix de karité (Vitellaria paradoxa C.F.Gaertn.) est l'un des Produits Forestiers Non Ligneux (PFNL) le plus exploité au Burkina Faso. Ce PFNL présente un intérêt socio-économique important pour le pays. Malgré les nombreuses recherches menées dans le but d'améliorer la production fruitière, le karité reste caractérisé par sa production aléatoire et insuffisante mais aussi par les difficultés de domestication. La présente étude vise à déterminer l'impact de l'apport de la pollinisation manuelle dans la fructification du karité des parcs agroforestiers. Pour cette étude deux sites d'échantillonnages ont été choisis. Sur chaque site 10 pieds de Vittelaria paradoxa ont été choisis. Sur chaque pied nous avons appliqué trois (03) traitements. Chaque traitement étant répliqué trois (03) fois sur trois (03) inflorescences différentes. Ces trois (03) traitements appliqués sont les suivants : la pollinisation naturelle (inflorescences libres), la pollinisation manuelle (les grains de pollen sont apportés manuellement d'un autre arbre) et l'autopollinisation (inflorescences ensachées). Trois méthodes ont été utilisés pour collecter les insectes visitant les plantes. Il s'agit de la méthode du filet, la méthode des pièges collants et la méthode de la coupelle. L'indice de nouaison et de maturation ont été calculés et comparés. Les différents insectes collectés par les trois méthodes ont été déterminés. Par la suite, seuls les deux premiers traitements ont fait l'objet d'analyse. Notre étude révèle que l'indice de nouaison et de maturation issus de la pollinisation manuelle étaient significativement supérieurs à celui de la pollinisation naturelle (p<0,05). La pollinisation manuelle par la qualité et la quantité du pollen apporté a provoqué un accroissement significatif de l'indice de nouaison et de maturation. L'étude révèle que le karité est visité par un grand nombre d'insectes appartenant à plusieurs Ordres. Les abeilles sont les pollinisateurs les plus rencontrés lors des récoltes.

Mots clés : Vitellaria paradoxa, pollinisation, insectes, parcs agroforestiers.

XII

ABSTRACT

Shea nut (Vitellaria paradoxa C.F.Gaertn.) is one of the most exploited non-timber forest products (NTFPs) in Burkina Faso. This NTFP is of significant socio-economic interest for the country. Despite, the many studies carried out with the aim of improving the fruit production, the shea butter remains characterized by its random and insufficient production but also by the difficulties of domestication. The present study aims at determining the impact of the contribution of the manual pollination in the fruiting of the shea tree of agroforestry parklands. For this study, two sampling sites were chosen. On each site 10 individuals of Vittelaria paradoxa were chosen. On each individual we applied three (03) treatments. Each treatment being replicated three (03) times out of three (03) different inflorescences. These three (03) applied treatments are: natural pollination (free inflorescences), manual pollination (pollen grains are brought manually from another tree) and self-pollination (bagged inflorescences). Three methods were used to collect the insects visiting the plants. These are the net method, the sticky trap method and the pan method. Fruit set and maturation index were calculated and compared. The different insects collected by the three methods were determined. Subsequently, only the first two treatments were analyzed.

Our study revealed that fruiting and maturation index from manual pollination was significantly higher than that of natural pollination (p <0.05). Manual pollination by the quality and quantity of the pollen brought caused a significant increase in the index of fruit set and maturation. The study reveals that shea is visited by a large number of insects belonging to several Orders. Bees are the pollinators most encountered during harvest.

Keywords: Vitellaria paradoxa, pollination, insect, agroforestry parklands.

INTRODUCTION

1

sommaire suivant






La Quadrature du Net