WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La culture sound system: Etat des lieux d'une pratique musicale en plein essor sur le territoire français: le cas du Dub Camp Festival

( Télécharger le fichier original )
par Jeanne VIONNET
EAC Lyon - Master 1 - Manager Culturel 2017
  

sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

EAC

École des Arts et de la Culture

Établissement d'enseignement supérieur

LA CULTURE SOUND SYSTEM

État des lieux d'une pratique musicale en plein essor sur le territoire français :
le cas du Dub Camp Festival

Mémoire présenté et soutenu publiquement par

JEANNE VIONNET

M. Julien BOUVIER Programme Mastère 1 Manager Culturel

Directeur de Mémoire : Année de formation : 2017/2018

JURY DE SOUTENANCE DU MÉMOIRE DE : JEANNE VIONNET

Promotion Mastère 1 Manager Culturel - 2017/2018

La culture sound system -- État des lieux d'une pratique musicale en plein essor sur le territoire français : le cas du Dub Camp Festival.

Présidente du Jury : Mme Anne Grumet Responsable pédagogique des mastères à l'EAC Lyon.

Directeur de mémoire : M. Julien Bouvier

Régisseur général, programmateur des Dub Echo à l'association Totaal Rez

et programmateur de la scène sound system du Démon d'Or festival.

Membre du Jury : Mme Francesca Quercia Intervenante en module de méthodologie de mémoire

« L'EAC n'entend donner aucune approbation ni improbation aux opinions émises dans les mémoires de fin d'études. Elles sont propres à leurs auteurs. »

NOTA BENE

Les paroles des entretiens sont reprises telles quelles, dans toutes leurs oralités, parce qu'une réécriture de notre part aurait dénaturé la spontanéité des acteurs interrogés.

Enfin, je remercie les membres du jury dans le cadre de la soutenance de ce mémoire :

Anne Grumet, responsable pédagogique à l'EAC Lyon, Julien Bouvier et Francesca Quercia.

Remerciements

Je tiens à remercier tout particulièrement mon directeur de mémoire, Julien Bouvier, régisseur général, programmateur des Dub Echo au Transbordeur (Lyon) et programmateur de la scène dub du festival Démon d'Or (Poleymieux-au-Mont-d'Or), pour avoir accepté de diriger mon mémoire. Ses connaissances, sa patience, son attentive relecture et ses conseils me furent précieux.

J'adresse un grand merci à ma marraine dans le cadre de ce mémoire, Anna Chevance, professeur à l'École des Beaux-Arts de Beaune et de Dijon et graphiste indépendante à l'Atelier Tout Va Bien à Dijon, pour la relecture de mon mémoire et ses précieux conseils.

Je tiens également à remercier Francesca Quercia, intervenante dans le module de méthodologie de mémoire à l'EAC, pour son accompagnement et sa bienveillance, durant toute cette année de formation.

Je remercie, pour leur temps et leur ouverture, l'ensemble des acteurs culturels rencontrés et

interviewés qui m'ont été indispensable dans le traitement de mes analyses :

-- Alcor Walter, DJ de Bass Music (Dijon) ;

-- Nicolas Pebreuil, rédacteur du Dubzine Version (Cébazat) ;

-- Angélo, Idriss et Johanna, membre du groupe Aziz Sound (Lyon) ;

-- Fabien, membre du groupe Full Dub (Dijon) ;

-- Trois bénévoles de l'association Skanky Yard et du sound system Dubatriation (Dijon) ;

-- Dopeshack, membre du sound system King Hifi (Lyon) ;

-- Alex Dub, membre fondateur du webzine Culture Dub ;

-- Rico, membre du sound system OBF, ORIGINAL BASS FOUNDATION (Genève) ;

-- Morgan Le Godec, manager de Stand High Patrol Sound System (Morlaix)

-- Emmanuel Valette, membre du webzine Musical Echoes ;

-- Frédéric Péguillan, organisateur du Télérama Dub Festival (Paris) ;

-- Polak, membre de Legal Shot Sound System

-- Quentin Deniaud, copropriétaire de Brainless Sound System (Bourg-en-Bresse) ;

-- Jean-Paul Deniaud, rédacteur en chef à Trax Magazine (Paris)

-- Olivier Bruneau, directeur et programmateur de l'association Get Up !

et du Dub Camp Festival (Nantes)

-- Christian Jadeau, premier adjoint et responsable de la culture de la Mairie de Joué-sur-

Erdre

Sommaire

Sommaire 5

Première partie - La culture sound system :

naissance d'une contre-culture en Jamaïque et son essor en Europe 10

Chapitre 1 - Naissance et essor d'un contre-culture 11

Chapitre 2 - Une culture en plein engouement dans le paysage français 20

Deuxième partie - La scène sound system française actuelle 28

Chapitre 1 - Développement, fonctionnement et visibilité des acteurs 29

Chapitre 2 - Le cas du Dub Camp festival, la culture sound system dans tous ses états 45

Conclusion Générale 54

Synthèse 58

Lexique 63

Annexes 65

Bibliographie 106

6

Introduction générale

La musique anime la vie à différents niveaux, dans différentes circonstances, avec différentes intensités sonores. Nous nous intéressons ici aux musiques héritées de l'île de la Jamaïque et, plus particulièrement, au mouvement dub et à la culture sound system.

Nous constatons que le mouvement des sound systems dub adopte un mode de production et de diffusion en marge de l'industrie musicale classique. Cette dimension, tout spécialement, retient notre attention. Cette culture, émergée il y a presque soixante-dix ans, est aujourd'hui en plein essor dans l'ensemble du paysage européen, et surtout en France.

Nous avons choisi d'étudier et de comprendre ce sujet et ses modes de fonctionnement en rencontrant ses acteurs et ceux qui gravitent autour : collectifs, programmateurs, organisateurs, manager, rédacteurs de médias spécialisés, rédacteur d'un média national, premier adjoint au maire et responsable de la culture. Nous verrons que la culture sound system se développe massivement dans l'hexagone, et ce depuis plusieurs années. Des centaines de collectifs ont vu le jour en moins de dix ans, dans une indépendance remarquable. Les publics jeunes, adolescents, étudiants et jeunes adultes en quête d'expérimentations physiques et sonores, sont tout particulièrement concernés.

Définition des termes

Le secteur de la culture sound system dub comprend l'ensemble des personnes actives et passionnées contribuant au développement des musiques d'origine jamaïcaine par l'intermédiaire d'un outil majeur, le sound system. Le caractère indépendant de cette culture correspond ici à l'autonomie dans laquelle elle est née, puis s'est développée dans le monde entier. L'essentiel des acteurs qui la font vivre et perdurer prennent en charge eux-mêmes, d'un bout à l'autre, toutes les étapes nécessaires, en partant de la construction du sound system jusqu'à sa visibilité générale. Par le terme « acteurs », comme nous l'avons esquissé plus haut, nous ferons référence à l'ensemble des personnes contribuant à son essor et à son développement : collectifs, organisateurs, médias, labels, acteurs politiques.

Mais qu'est-ce qu'un sound system ? C'est un outil de diffusion sonore constitué, dans sa plus simple combinaison, d'un lecteur, d'un amplificateur et d'un réseau d'enceintes dédiées à diffuser du son avec un volume important. Né dans les ghettos jamaïcains du milieu du XXe

7

siècle, il permettait à tous d'écouter de la musique hors des sphères aisées où se jouaient les concerts, et de suivre les actualités en se regroupant dans l'espace public. Il représentait, pour ainsi dire, la voix du peuple et fit rapidement partie de la culture jamaïcaine. À l'heure actuelle, le terme « sound system » est utilisé à double sens. Il désigne à la fois l'outil de diffusion et les acteurs qui s'en servent, que nous désignerons souvent par les termes « collectif » ou « collectif de sound system ». Suite à des recherches en ligne et, surtout, grâce à de nombreuses discussions avec des acteurs du secteur, nous constatons que les collectifs fonctionnent, pour la plupart, en autoproduction. Ils développent leur propre label et se produisent seuls. Ils construisent leur matériel de sonorisation « de A à Z » et sont très attentifs à la qualité de leur son. Ils sont très peu représentés dans les médias de masse. Aussi, les institutions et acteurs politiques méconnaissent cette culture quand bien même un soupçon de reconnaissance se ressent de plus en plus, petit à petit, dans le paysage français.

La migration de cette culture, de la Jamaïque à l'Angleterre, a permis à plusieurs artistes de s'emparer de l'outil jamaïcain, le sound system, pour diffuser leur musique et leur message. Du ska au dub en passant par la drum'n'bass, la jungle, la techno ou la house, il est devenu un mode de sonorisation incontournable pour diffuser les musiques électroniques, dans le monde entier. Le mouvement des « free parties » s'en est notamment inspiré dans les années 1990.

Le milieu des sound systems reste aujourd'hui très en marge de l'industrie musicale. Sa capacité à se produire hors des sentiers battus lui confère un statut presque communautaire, que nous appelons justement « culture sound system ». Le nombre de collectifs, toujours accru depuis les années 2000, est sans doute lié l'essor même de cette culture, diffusée par une poignée de gens passionnés et, de fait, passionnants. Suite à l'examen de la culture sound system en France et grâce à l'expertise de l'ensemble des personnes interrogées dans le cadre de cette recherche, nous tenterons de comprendre, à travers l'étude du Dub Camp Festival, pourquoi la culture sound system fonctionne-t-elle de manière plus indépendante que les autres secteurs de l'industrie musicale et comment les acteurs restent-ils actifs et visibles tout en maintenant, au sein de leur activité, ce caractère indépendant ?

La culture sound system a créé sa propre économie, dans l'indépendance la plus totale. L'ensemble des acteurs qui la composent militent pour sa visibilité et souhaitent l'éloigner tant que possible des stéréotypes qui l'entourent souvent, liés à l'usage excessif, par les publics, de substances stupéfiantes (nous avons fait le choix, délibéré, de ne pas évoquer cet aspect dans le

8

corps du présent mémoire dans la mesure où le coeur du sujet ne s'y trouve pas). Malgré tous les efforts de ses défenseurs, militants amateurs ou professionnels, la culture sound system reste encore méconnue du très grand public. Les médias spécialisés sont pourtant de plus en plus nombreux et participent, par de multiples moyens, à son développement : articles, reportages et interviews en ligne, dubzines, radios locales. Internet et, surtout, les réseaux sociaux ont une importance cruciale, dans la mesure où ils peuvent atteindre des millions de personnes hors des réseaux des médias de masse.

Présentation du terrain

La culture sound system est un mouvement très récent en France. Les collectifs français perpétuent l'indépendance de cette culture comme une tradition. Ceci explique pourquoi les ouvrages sociologiques ou analytiques français dédiés à ce mouvement sont, à l'heure actuelle, extrêmement rares, voire inexistants. Cette dernière raison nous a mené à adopter une démarche liée aux rencontres. Nous avons multiplié les entretiens pour avoir l'avis de l'ensemble des acteurs de ce mouvement. Nous avons interviewé douze personnes au total dont plusieurs collectifs, quelques médias spécialisés et certains organisateurs événementiels, tous passionnés par ce mouvement. Nous avons pu ainsi accéder tant à une vision d'ensemble qu'à des avis très personnels sur les questions liées à la culture sound system. De plus, nous avons eu l'opportunité d'interviewer un acteur politique, Christian Jadeau, premier adjoint et responsable de la culture de la commune de Joué-sur-Erdre (Loire-Atlantique) -- commune qui accueille le Dub Camp Festival.

Le Dub Camp Festival figure comme l'étude de cas principale de ce présent mémoire. Ce festival est un concentré du mouvement sound system en France. Il existe depuis cinq ans et se tient à Joué-sur-Erdre depuis maintenant deux éditions. Il regroupe l'ensemble des acteurs de la culture sound system dub et revêt un caractère unique en Europe par son originalité à promouvoir cette culture en plein air. Son apparition dans le paysage français a sans doute contribué à l'essor massif de cette culture. Il programme des artistes exclusivement issus de la scène sound system du monde entier, un tiers venant de France et le reste venant du reste du monde.

9

La première partie du présent mémoire exposera le contexte dans lequel la culture sound system est apparue, un mouvement social et musical que nous pouvions appeler à l'époque, en Jamaïque, une « contre-culture ». Nous révèlerons ensuite pourquoi, et par quels moyens, cette culture a-t-elle pris son essor en Europe, notamment en Angleterre, puis en France. Dans la deuxième partie, nous nous focaliserons sur le développement de la culture sound system dub en France. Dans un premier temps, nous chercherons à comprendre le fonctionnement singulier de ses acteurs puis, dans un second temps, nous examinerons l'exemple précis d'un événement incontournable, le Dub Camp Festival, qui constitue notre étude de cas dans la mesure où la culture sound system y est présente, dans tous ses états.

10

Première partie - La culture sound system : naissance d'une contre-culture en Jamaïque et son essor en Europe

sommaire suivant