WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Les nouvelles organisations et transformations du travail: Les metiers face aux nouvelles technologies de l'information et de la communication


par Michel Matthieu SUNGU MUANDA NTELA
Université Protestante au Congo - Licence 2007
  

précédent sommaire suivant

Section 2  La situation des TIC depuis le Zaïre au Congo

 

La République Démocratique du Congo s'est classé depuis belle lurette dans la course vers l'évolution dans le domaine de nouvelles technologies car ses premiers pas dans ce domaine ont eu lieu dès la colonisation.

§1 La gestion des télécommunications après l'indépendance


                        A l'indépendance, dans les PTT, le Congolais le plus formé n'avait fait que six mois de l'école postale et donc prédestiné à servir au guichet, ce qui explique la carence de compétences après le départ des cadres belges.


En 1968, à la création de l'office des PTT, le Gouvernement recourt aux services de la société Bell Téléphone Company (BTC), filiale belge de l'Américaine ITT pour pourvoir au remplacement du matériel obsolète afin de donner un nouvel élan à l'office des PTT.

En 1974, une étude sérieuse de planification des Télécoms fut initiée pour mettre en place un système des télécoms par satellite avec des stations polyvalentes.

 

§2 L'évolution des TIC vers les années 70 aux années 80

M. Alphonse Ntita5(*) a relevé que c'est depuis la colonisation que les TIC font partie de la vie du Congolais.

En réalité, quand on regarde de plus près, on peut constater qu'en ce moment-là et jusque dans les années 70, ces différentes composantes (téléphone par exemple) fonctionnaient en vase clos et étaient réservées à quelques privilégiés.

C'est à partir du moment où, grâce à la venue du microprocesseur, elles se sont miniaturisées et démocratisées que l'on a commencé à comprendre le rôle moteur qu'elles pouvaient jouer dans la gestion des organisations et des hommes et par conséquent dans le développement.

C'est donc à partir de ce moment là que l'on a compris la nécessité de la mise en place d'une certaine politique sur elles.

 

Dans notre pays, cette époque peut être fixée au milieu des années 70 et particulièrement en 1976 où on a vu le Président de la République Mobutu Sese Seko signer une ordonnance portant création du Conseil Permanent de l'Informatique au Zaïre, en abrégé COPIZ et plus tard, une autre réglementant « l'acquisition et l'utilisation des moyens informatiques ». 

En 1983, le COPIZ sera remplacé par le SPIZ (Service Présidentiel pour la Promotion de l'Informatique au Zaïre) et l'ordonnance portant réglementation de l'acquisition et utilisation des moyens informatiques par celle réglementant l'activité informatique en République du Zaïre.

En 1987, le SPIZ a été remplacé par le Département Informatique du Service Présidentiel d'Etudes (SPE), lequel a cessé ses activités en 1997 à la prise du pouvoir par l'Afdl.

 

Il a fallu attendre l'Accord global et inclusif et le gouvernement qui en est sorti pour voir la tâche d'encadrement des TIC confiée au ministère des PTT qui manifestement, a continué à ne s'occuper que de son secteur de prédilection à savoir les télécommunications.

 

Heureusement, grâce au Sommet Mondial sur la Société de l'Information et aux recommandations qui en sont sorties, que nous ressentons tous aujourd'hui la nécessité de remettre sur rail cette activité d'encadrement des TIC.

 

* 5 http://wsisdrc.gn.apc.org/uploads/337dcc26783abf4b46bf13fc796ba409/situation.PDF

précédent sommaire suivant