WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

L'anader et l'encadrement en milieu rural (Côte d'Ivoire)

( Télécharger le fichier original )
par Jean louis Niamké
Université de Cocody Abidjan - Exposé de Maitrise (sociologie) 2006
  

sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

Introduction

Située en Afrique Occidentale Tropicale, la Côte-d'Ivoire est un pays essentiellement agricole. L'agriculture emploie les 2/3 de la population économiquement active et fournit l'essentiel des recettes de l'Etat.

Avec la culture des produits de base tels que le cacao et le café la Côte- d'Ivoire fait partie des plus grands producteurs mondiaux (elle occupe respectivement la première et la cinquième place) ; en l'espace de deux décennies, le secteur agricole a fait du pays un Etat moderne cité dans la sous-région.

En effet de 1960 à 1980, grâce aux performances de l'agriculture et du secteur forestier, la Côte d'Ivoire a connu une croissance économique d'environ 7% par an. On parlait alors du « miracle ivoirien » et l'on pouvait dire sans risque de se tromper : « le succès de ce pays repose sur l'agriculture ».

Cependant, à partir de 1981, les termes de l'échange se détériorent et le pays entre dans une phase de crise économique grave. Le Produit Intérieur Brut (PIB) par habitant passe de 600.000 Fcfa à la fin des années 1970 à 420.000 Fcfa en 1993. Après la dévaluation du Fcfa, le PIB subit une autre baisse pour se retrouver actuellement à environ de 300.000 Fcfa. La dette extérieure devient un lourd fardeau pour l'Etat : 12.000 Milliards de Fcfa en 1993. Face à cette situation économique critique, le Gouvernement ivoirien, avec l'appui du Fonds Monétaire International (FMI) et la Banque Mondiale lance dès 1981, une série de programmes d'ajustement structurel en vue de rétablir les équilibres macro-économiques, restaurer la compétitivité internationale et jeter les bases d'une croissance stable.

Ainsi, l'Etat ivoirien décide de mener une politique de restructuration des services agricoles.

Le projet est adopté en Mars 1992 et débouche sur la dissolution des ex-E.P.N (Etablissements Publics Nationaux) chargés de l'encadrement des paysans. Une nouvelle société est créée et constituée juridiquement le 24 juin 1994, sous la forme de société d'économie mixte de type particulier, regroupant l'Etat, le secteur privé, les producteurs et leurs organisations professionnelles.

Au 17 avril 1998, le capital a été restructuré pour rendre l'Etat minoritaire.

Une nouvelle philosophie sous-tend cette profonde restructuration. C'est l'orientation politique agricole vers la formation des producteurs afin d'en faire de vrais professionnels au plan de la technique et de la gestion de leurs biens, face au désengagement de l'Etat et à la libéralisation économique des activités de production .

C'est donc pour répondre au besoin de responsabiliser davantage les producteurs et leurs organisations professionnelles que l'Agence Nationale d'Appui au Développement Rural (ANADER) s'est vu confier la mission de conseiller, d'informer, de former et d'encadrer le monde rural.

sommaire suivant