WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Les échanges transfrontaliers entre la ville de Rosso Sénégal et la Mauritanie: Organisation et impacts

( Télécharger le fichier original )
par M. Souleymane DIALLO
Université Gaston Berger de Saint-Louis (Sénégal) - DEA de Géographie 2004
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

a) La douanes : un rôle d'encadrement, de surveillance et de contrôle

A Rosso Sénégal on note la présence de l'administration des douanes. Cette présence peut être lue comme une volonté manifeste de l'Etat du Sénégal de participer à la gestion de ce secteur transfrontalier dont le dynamisme est sans équivoque. La place de Rosso a très tôt attiré l'attention des autorités étatiques avec l'installation d'un service de contrôle douanier dans la ville. Cette présence de la douane témoigne d'un acte de souveraineté exercé par l'Etat qui montre ainsi sa capacité de veiller sur son territoire. Du reste, l'intérêt porté sur l'espace frontalier de Rosso découle du fait que c'est un lieu de collecte de ressources énormes pour toute la collectivité. En moyenne, le poste de Rosso fait rentrer dans les caisses du trésor public la somme estimée à plusieurs millions de Franc CFA annuellement. Elle participe donc à la collecte de la rente frontalière.

L'érection des barrières douanières cadre parfaitement avec les politiques initiées par le gouvernement du Sénégal, dans la protection de l'économie nationale. Malgré les options économiques libérales, l'importation de certains produits est formellement interdite pour protéger les industries du pays. C'est à cet effet que, des produits tels que le sucre et la tomate sont interdits d'importation de manière systématique. Par exemple, si on considère le cas de ces deux produits, leur inondation dans le marché sénégalais mettrait en péril l'emploie de plusieurs milliers de populations de la vallée qui travaillent dans les industries fabriquant ces deux produits à savoir la compagnie sucrière installée à Richard Toll et la SOCAS sise à Dagana et à Savoigne. Pour ne point mettre en danger ces emploies, la douane veille à la protection des frontières pour parer ces types d'importation.

b) La police et la gendarmerie

L'Etat du Sénégal se manifeste aussi à Rosso avec la mise sur pied du poste de police au niveau de la frontière. La police de Rosso est subdivisée en deux services : la brigade de sûreté de l'Etat et la brigade des stupéfiants. La brigade de sûreté a pour rôle principal la gestion et le contrôle des flux de personnes. Elle procède ainsi à la collecte d'informations sur les voyageurs comme par exemple leurs identités, leurs nationalités etc. Ces types d'informations permettent de confectionner de fichiers concernant les voyageurs. Leur travail participe à garantir la sécurité et la sûreté du pays. Selon les statistiques de la police de Rosso Sénégal un nombre important de personnes traverse chaque jour la frontière et entre sur le territoire sénégalais. Parmi cette foule nombreuse on note une part non négligeable de touristes.

Tableau 4: Le nombre de touriste de Passage à Rosso Sénégal

Années

2000

2001

2002

2003

Nombre

1506

3443

2642

2875

Source : Police de Rosso Sénégal

Les registres de la police nous montrent aussi le nombre de mauritaniens qui entrent et qui sortent du territoire sénégalais. Il faut tout de suite dire que ce n'est là que ceux qui passent par les services des polices. A côté de ces chiffres qui n'ont que valeur d'illustration il faut signaler que nombre de mauritaniens entrent et sortent du territoire sans passer par ces services de contrôle.

Tableau 5 : Flux de mauritaniens entrés au Sénégal entre le 1er janvier et 4 Avril 2004

Flux

Entrées

Sorties

Nombre

3003

2262

Source : police de Rosso Sénégal.

Ces deux tableaux nous permettent d'avoir idée du volume des flux de personnes que la police de Rosso gère au niveau de la frontière. Il faut cependant signaler que la surveillance de la frontière au niveau de Rosso n'est pas rigide. Ils sont de plus en plus nombreux ceux qui franchissent la frontière sans détenir par devers eux le moindre papier. De l'autre côté sur la rive gauche, il suffit de « payer un pot de vin  aux policiers » pour circuler librement.

La brigade des stupéfiants est chargée de veiller à ce que la frontière au niveau de Rosso ne soit pas un point de passage des produits illicites et prohibés comme la drogue. En effet, les échanges transfrontaliers sont aussi marqués par le transit de la drogue d'Etats en Etats, de produit dont la vente est répréhensible, des trafics illégaux etc.

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net