WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Contribution d'une banque commerciale au développement socio-économique de la Rep. Dem. du Congo

( Télécharger le fichier original )
par Eric MAYAVANGUA DIKONDO
Université libre de Kinshasa - Graduat Sciences économiques et de gestion 2007
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

I.2.1. Ressources naturelles

a) Energie :

La riche hydrographique de la RDC lui confère un potentiel hydroélectrique estimé à 100.000 MW, soit 13,0% du potentiel hydroélectrique mondial. La totale du puissance installée est évaluée actuellement à 2.516 MW, soit 2,5% du potentiel total et la production moyenne possible à 14.500 GWH. La production effective n'est actuellement que 6.000 à 7.000 GWH.

La quasi-totalité de la capacité de production hydroélectrique est de 96%. Le reste étant essentiellement constitué de centrales thermiques de faible puissance et, pour la plupart, situées dans des zones isolées. Le barrage d'Igna, sur le fleuve Congo, est la principale source de production d'énergie hydroélectrique. Il comprend aujourd'hui deux centrales ayant une puissance totale de 1.775 MW.

(Inga 1 avec 6 groupes totalisant 351 MW et Inga 2 avec ses 8 groupes totalisant 1.424 MW).((*)15)

Dans son état définitif, le complexe d'Inga fournira donc annuellement plus de 25% de la production mondiale d'énergie électrique d'origine hydraulique.

Malgré ses atouts, les centrales d'Inga ne produisent ensemble que 40,0% de leur capacité. Une bonne partie de cette production est destinée à l'exportation, laissant ainsi la demande locale insatisfaite. Cette situation fait que le taux d'accès des populations à l'électricité est de 1,0% en milieu rural, 30,0% pour les villes et 6,0% sur le plan national alors que la moyenne en Afrique subsaharienne est de 24,6%.((*)16)

b) Routes et Transports :

Pour un pays de 2.345.409 Km2, les infrastructures doivent être grandes. La situation est désastreuse du système des transports en R.D.C. La réalité de la situation se traduit par une insuffisance totale de l'offre des services de transports, 3accentuée par le mauvais état des infrastructures de transports et par une non-satisfaction chronique de la demande.

Le réseau de transport est constitué de 16.238 Km de voies navigables, de 5.033 Km de voies ferrées qui datent pour l'essentiel de l'époque coloniale, de 145.000 Km de routes nationales et régionales et des pistes secondaires rurales, de 7.400 Km d'axes urbains et de 270 aéroports à travers l'ensemble du pays dont 5 aéroports internationaux.

(Kinshasa, Lubumbashi, Goma, Kisangani et Gbadolite). Ce système de transport de la RDC n'offre plus aux secteurs économiques et sociaux, les infrastructures et les services qui favorisent les échanges de toutes natures et qui améliorent la mobilité des personnes et des biens.((*)17)

c) Autres :

Outre les richesses minières, la RDC a beaucoup à faire valoir. Elle est le premier pays d'Afrique du point de vue de l'étendue de ses forêts (forêt équatoriale a elle seule, elle occupe la moitié du territoire national Congolais) et le plus important dans la préservation de l'environnement mondial.

La RDC se classe parmi les 10 pays de la méga biodiversité du monde avec 480 espèces de mammifères, 565 espèces d'oiseaux, 1.000 espèces de poissons, 350 espèces de reptiles, 220 espèces de batraciens et plus de 10.000 angios permes dont 3.000 seraient endémiques. Elle a une faune naturelle exceptionnelle (tous les grands animaux de l'Afrique s'y trouvent) et a des espèces rares. Tout ce capital n'a pas été épargné par les divers conflits et leurs effets dévastateurs sur la faune et la flore. Ces milieux d'hectares de forêts sont dégradés, braconnage.((*)18)

En RDC, l'élevage dont les capacités potentielles varient entre 30 et 40 millions de bovins avec une charge bétail de 1/6 à 1/12 pendant toute l'année n'est pas encore la priorité de cette République. ((*)19)

Elle dispose d'une abondance en eau et des lacs riches en poissons et autres richesses comme le pétrole, le gaz... Notamment Tanganyika (plus grand que Burundi) le plus poissonneux du monde, les quelles sont encore à leur état brut.

La RDC, béni par la nature, constitue aussi un grand centre touristique : peu d'endroits au monde sont d'une beauté de Nord-Est de ce pays, ses lacs aux confins du Nil. La beauté naturelle n'est pas inégale dans ce pays. La moitié de ce pays est constitué de la savane, un des habitats les plus variés de toute l'Afrique.

* (15) Programme National de relance du secteur agricole, Kinshasa le 27-02-1997, p.35

* (16) Idem

* (17) OCDE, Perspectives économiques en Afrique 2005, RDC

* (18) République Démocratique du Congo, Document de la stratégie de croissance et la réduction de pauvreté,

juillet 2006, p35

* (19) Programme National de Relance du secteur agricole, Kinshasa le 27-02-1997, p87

précédent sommaire suivant











Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.