WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Contribution d'une banque commerciale au développement socio-économique de la Rep. Dem. du Congo

( Télécharger le fichier original )
par Eric MAYAVANGUA DIKONDO
Université libre de Kinshasa - Graduat Sciences économiques et de gestion 2007
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

Section II : Généralités sur les banques

II.1. Notions et définition

Le mot banque apparaît dans la langue française au XVeme siècle. Les banquiers Lombard du nord de l'Italie accomplissaient leur travail dans des lieux ouverts et s'installaient sur des bancs, d'où dérive probablement le nom.

Une banque est une entreprise qui gère les dépôts et collecte l'épargne des clients, accorde des prêts et offre des services financiers. ((*)24)

Elle effectue cette activité en général grâce à un réseau d'agence. Elle utilise de plus en plus d'autres canaux de distribution : opérations par Internet, accords avec les commerçants pour le crédit à la consommation et le paiement par carte, guichets automatiques dans des lieux publics.

Les banques jouent un rôle économique très important dans les sociétés capitalistes. Elles contribuent à orienter l'argent de ceux qui en ont momentanément trop vers ceux qui en ont besoin et présentent des garanties suffisantes. Elles ont un grand rôle dans la sélection des projets en fonction de leurs perspectives économiques. Leur rôle peut être comparé à celui du coeur dans un corps humain qui distribue le sang riche en oxygène vers les organes. Elément clé de l'économie d'un pays, chaque banque est soumise à une supervision assez stricte par une autorité de tutelle, afin de vérifier la solidarité de l'établissement financier par rapport aux risques auxquels ses opérations l'exposent((*)25) :

Risque de crédit ;

Risque de marché

Risque de liquidité

Risque opérationnel

Le chiffre d'affaire des banques est appelé produit net bancaire((*)26). Il provient :

Des charges financières sur les opérations ;

Des commissions sur les services financiers (Cartes bancaires,...)

Des intérêts perçus en plaçant l'argent déposé par leurs clients.

II.1.2. Types des banques

L'ensemble des banques, chapeauté par la banque centrale, forme le système bancaire d'une zone monétaire.

On distingue ainsi différents types de banques selon leur rôle :

Le Banque Centrale : réglemente et supervise les opérations des différentes banques, en veillant notamment à leur solvabilité à l'égard des déposants, et en particulier de superviser la production de monnaie par ces banques, et d'en réguler l'usage par le biais des taux d'intérêt directeurs.

Les Banques de Dépôts : travaillent essentiellement avec leurs clients, particuliers, professionnels et entreprises, reçoivent des dépôts, et sont traditionnellement séparées entre :

Banque de détail : destinées aux particuliers, aux professionnels et aux PME

Et Banque d'Affaires : destinées aux moyennes et grandes entreprises.

Les Banques d'investissement : travaillent essentiellement sur les marchés financiers et notamment lancent des opérations financières (émissions d'emprunts obligataires, souscriptions d'actions...)

Banque Commerciale : reçoit les dépôts et qui effectue des prêts.

II.2. Les organismes de crédit

II.2.1. Notions

Les mot « crédit » à la même étymologie que le mot « croire » (en latin, « credo » je crois, j'ai confiance) ; c'est donc une activité qui repose sur la confiance, celle que le prêteur accorde à l'emprunteur de qui il attend le remboursement du prêt.((*)26)

Le mot crédit en comptabilité générale est un terme technique qui désigne une des deux colonnes de la comptabilité en partie double : cette colonne sert à enregistrer l'origine de fonds mis à disposition de l'entreprise soit en provenance de l'extérieur, soit correspondant à une utilisation de richesse existantes dans l'entreprise.

En comptabilité bancaire, l'extrait de compte fourni par le banquier fonctionne « à l'envers ». Pour la banque, le déposant est un fournisseur d'argent. Chaque fois que le banquier reçoit notre argent, il le note à la fois au crédit du compte client qu'il tient dans sa propre comptabilité.((*)27)

* (24) PETIT-DU TAILLIS, g. : Le crédit et les banques, Sirey Paris 1964 P56

* (25) BERGER R, P : L a monnaie et ses institutions, que sais-je. ?, PUF, Paris 1996, p 16

* (26) BRANER, J. Les techniques bancaires, PUF, Paris 1970, P 28

* (26) PETIT-DUTAILLIS, G. :Le crédit et les banques, Sirey Paris 1964, P 21

* (27) RIST, C : Histoire des doctrines relatives au crédit et à la monnaie sepuis John Law jusqu'à nos jours, Paris

1938, P 36

précédent sommaire suivant











Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.