WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Difficultés relatives à la faible pénétration des investissements directs étrangers au Bénin


par D. Camille GUIDIME
Université de Parakou - Maitrise en sciences économiques 2005
  

précédent sommaire suivant

Section II : LA REVUE DE LA LITTERATURE ET LA METHODOLOGIE DE RECHERCHE

Paragraphe I : La revue de littérature

A- Importance des IDE dans les échanges internationaux

Les IDE sont les capitaux qui sont soit directs' soit par le biais d'entreprises privatisées en vue d'acquérir un intérêt durable dans une entreprise exploitée appartenant à un pays autre que celui de l'investisseur.

Nous pouvons souligner que le concept de l'IDE ne peut se départir de l'entreprise' plus précisément de la firme multinationale.

C.A.MICHALET et M. DELAPIERRE in Nationalisation et internationalisation' stratégies des multinationales françaises dans «la crise» cité par J. BREMOND et A. GELEDAN'(1984)' écrivait : «Le ralentissement prononcé de l'activité économique s'est accompagné' depuis les dix dernières années' d'une accélération très forte de la croissance internationale des firmes. Tout se passe comme si les sociétés françaises avaient répondu principalement à la crise par l'investissement à l'étranger. Celui-ci a crû à un taux beaucoup plus élevé que celui de l'investissement domestique».

Un intérêt particulier pour l'étude des IDE et le déploiement des firmes multinationales pose le problème de la dualité ou de l'unité de la théorie des relations économiques internationales.

Au départ en effet' les économistes classiques et néoclassiques ont sous des hypothèses simplificatrices (notamment immobilité internationale des facteurs de production) qui ignorent les investissements internationaux' abouti à des conclusions partielles (l'avantage comparatif de la nation est le déterminant de l'échange) qui n'accordent aucune place à la firme.

Mais à partir du milieu du 20ième siècle' deux évolutions parallèles vont voir le jour : Certains auteurs français comme Maurice Byé et François PERROUX'(1956)' mettent en évidence le rôle des « Grandes Unités Internationales » dont les stratégies apparaissent peu réductibles aux conclusions néoclassiques.

- La théorie des avantages comparatifs a été également critiquée dans ses

hypothèses comme dans ses conclusions : les produits ne sont plus homogènes' la concurrence est imparfaite et les facteurs sont internationalement mobiles.

La reconstruction de la théorie de l'échange international sur de nouvelles bases a conduit à mettre en évidence le rôle des firmes dans l'organisation et la structure des échanges.

Une telle évolution permet de percevoir d'emblée l'intérêt d'un questionnement sur les IDE et les facteurs responsables de leur captivité.

Malgré l'importance croissante prise par les investissements internationaux dans les économies' il n'existe aucun cadre théorique unifié permettant de comprendre les déterminants des IDE. La littérature existante regroupe des aspects industriels et des caractéristiques propres aux pays. Une première tentative a été effectuée dans les années 70 par Dunning qui propose une approche globale des facteurs explicatifs de l'investissement direct étranger (paradigme OLI) dans laquelle apparaissent des éléments comme la concurrence imparfaite' les avantages comparatifs ou l'internalisation des coûts de transaction.

précédent sommaire suivant