WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Réformes macroéconomique et intégration par le marché dans la CEMAC

( Télécharger le fichier original )
par Michel Dieudonné MIGNAMISSI
Université Yaoundé II - DEA 2008
  

précédent sommaire suivant

INTRODUCTION DE LA PREMIERE PARTIE

Le constat général qui peut être fait ici est que des institutions bien solides, une population mue par l'esprit communautaire, une rigueur dans la prise et l'exécution des différentes résolutions communautaires, sont des arguments favorables à l`intégration. Ce constat en Zone CEMAC est à première vue mitigé.

La période UDEAC, période faste, a toujours été considérée comme celle pendant laquelle les pays de la sous-région ont connus des performances économiques élevées. Mais la myopie face à une crise qui planait n'a pas empêché les chefs d'Etat à entreprendre des initiatives dépensières telles que les tournois de football, accompagnés de plusieurs festivités. Cette période a été marquée d'un manque de discipline financière, car aucune institution véritablement supranationale et contraignante n'existe. Cette situation a profondément retardé le processus d'intégration en Afrique centrale, retard conforté par la récession des décennies 80 et 90.

La crise ayant débouché sur un enlisement économique, les bailleurs de fonds multilatéraux proposent les PAS comme solution de sortie de crise. Ces programmes visaient le redressement des équilibres macroéconomiques intérieurs et extérieurs, mais ont sévèrement sacrifié le secteur social, car elles prônaient le désengagement de l'Etat.

Ces solutions, qui ont été inspirées de l'extérieur, n'ont pas significativement redressé la structure macroéconomique et ont négligé la relance de l'intégration sous-régionale. C'est dans cette optique qu'un vaste programme de réformes a été initié par les chefs d'Etat de la sous-région depuis le début de la décennie 90. Ces réformes avaient pour objectif de retrouver les grands équilibres macro-financiers et la redynamisation des institutions de la sous-région.

Plusieurs secteurs de l'économie ont été concernés par les réformes, d'où leur caractère multidimensionnel. Cette partie se donne ainsi pour objectif de dresser le bilan de ces réformes (chapitre 2) tout en présentant au préalable leur contenu (chapitre 1).

CHAPITRE 1. LE CONTENU DES REFORMES MACROECONOMIQUES ET INSTITUTIONNELLES APPLIQUEES EN ZONE CEMAC

Dès la signature du Traité de l'UDEAC en 1964, les Etats membres optent pour la constitution d'un Marché Commun (MC). Cette option implique une série de réformes commerciales et notamment l'adoption d'un Tarif Extérieur Commun (TEC), l'élimination des barrières tarifaires et non tarifaires aux échanges communautaires, l'instauration du libre jeu de la concurrence entre les entreprises des Etats membres et la libre circulation des facteurs de production. Mais un peu plus de quatre décennies après, il apparaît intéressant d'examiner la réalisation de ces différents objectifs assignés. L'on pourrait penser au rôle joué par la monnaie commune tout en s'appesantissant sur le vaste chantier des réformes entamées depuis la décennie 90. Ces réformes visaient la restructuration des institutions usées par quatre décennies de fonctionnement et le redressement des déséquilibres commerciaux et économiques.

Ce chapitre propose à travers une lecture synthétique des réformes, leur contenu. Il justifie la nécessité des réformes (section 2) tout en rappelant au préalable l'état de l'intégration avant la création de la CEMAC (section 1).

SECTION 1. DES DIFFICULTES DE L'INTEGRATION ECONOMIQUE EN AFRIQUE CENTRALE ...

La Zone CEMAC est l'une des régions au monde qui a expérimenté et qui continue d'expérimenter l'intégration économique. Mais avant sa création en 1994, l'intégration en Afrique centrale est considérée comme un échec. La présente section présente un bref historique du processus d'intégration en Afrique Centrale et s'attellera ensuite à faire une présentation de l'architecture économique de la CEMAC avant les réformes.

1.1. BREVE HISTOIRE DE L'INTEGRATION ECONOMIQUE EN AFRIQUE CENTRALE

A dominante monétaire et verticale16(*), l'intégration en Afrique Centrale apparaît originale en ceci qu'elle est le fruit d'une politique de gestion des chocs économiques extérieurs auxquels fait face la métropole. En outre, cette zone ne s'est pas inscrite dans une logique théorique de l'intégration telle que présentée par Balassa (1961), mais surtout a subi une intégration imposée de l'extérieur. Malgré cette caractéristique, des études montrent que la séquence suivie par les pays de la Zone CEMAC a finalement débouché sur un échec, contrairement à la séquence théorique suivie par les pays de l'UE Avom (2003). Mais qu'est ce qui a réellement amené les pays à s'intégrer ?

* 16 L'intégration horizontale est celle qui est entreprise entre les pays proches, présentant des caractéristiques communes et qui dans la plupart des cas, appartiennent à un même continent. L'intégration verticale est celle qui se passe entre les pays ayant des structures de développement différentes, par exemple entre les pays du Nord et ceux du Sud (c'est l'exemple de la Zone Franc et de l'Union Méditerranéenne).

précédent sommaire suivant







9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Appel aux couturier(e)s volontaires

Hack the pandemiuc !

Moins de 5 interactions sociales par jour



BOSKELYWOOD from Ona Luambo on Vimeo.