WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La Gouvernance

( Télécharger le fichier original )
par Bouchra M'hayro
Ecole Normale Supérieure-Jourdan - Master II Sciences Sociales. 2007
  

sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

Introduction

Les rapports entre territoires et politiques publiques se resserrent en ce que les premiers sont passés de terrains d'application et de tests au statut d'acteurs interagissant sur les modes d'interventions des seconds.

Cette interaction ouvre de nouvelles perspectives pour les politiques d'aménagement qui tendent de plus en plus à se combiner avec les problématiques du développement durable.

Ce nouveau cadre spatial implique un dispositif institutionnel de régulation adapté dans le cadre d'une nouvelle architecture institutionnelle intégrant plusieurs niveaux de décision.

La problématique du développement durable constitue la référence principale de la stratégie d'aménagement du territoire. Celle-ci peut, grâce à la gouvernance participative, permettre de définir des rapports territoriaux plus équilibrés.

1. Les contraintes générales inhérentes aux politiques d'aménagement territorial

1.1. Le territoire : une réalité complexe

L'aménagement du territoire a toujours eu comme objectif principal d'assurer un équilibre entre la répartition des hommes et la localisation des activités économiques.

Le territoire a d'abord un contenu objectif délimité par des aspects géographiques et politiques. Cependant, on ne peut se contenter de cette approche car le territoire est aussi un construit social. Il doit, en plus de son entité politique ou géographique, être considéré comme l'expression organique d'un collectif humain chargé d'histoire, de culture et d'intérêts communs. Il se concrétise dans la volonté de ceux qui veulent "vivre et travailler au pays".

C'est un espace construit par les hommes, qui reflète leur culture et leur mode d'organisation sociale, ce qui revient à dire que c'est un produit social.

C'est un espace d'habitat, en ce sens que l'homme organise à sa convenance le milieu où il vit.

C'est un lieu d'usage, parce qu'il est aménagé à des fins de production, de consommation et d'échanges.

C'est un lieu de relations sociales qui reflètent toujours les rapports hiérarchiques et inégaux qui s'établissent entre les groupes et qui débouchent souvent sur des situations de conflits ou de rivalités.

C'est un lieu de culture, produit d'une histoire séculaire, ce qui se traduit par la permanence d'une tradition, quelquefois d'une langue et d'une façon de vivre.

La dynamique territoriale dans ses composantes démographiques, économiques et sociales doit plus à l'intervention publique qu'aux mécanismes du marché. Elle résulte principalement d'une régulation administrée centrée sur la maîtrise et la gestion des externalités.

Ces externalités territoriales deviennent des potentialités ou des contraintes pour le développement économique. Il s'agit en fait pour la politique d'aménagement territoriale de valoriser les externalités positives et de limiter les conséquences des externalités négatives. Les externalités positives ainsi produites jouent le rôle d'un bien public global. Elles pèsent sur les conditions de localisation des entreprises en jouant de plus en plus un rôle d'entraînement de la production.

On peut aussi distinguer les externalités quantitatives comme les économies d'agglomération ou les économies d'infrastructures, et les externalités qualitatives pour tout ce qui concerne les aménités environnementales.

Ces externalités sont en partie déjà construites, car le territoire recèle des ressources collectives, produit de son histoire socio économique et culturelle, mais elles sont aussi le résultat d'une stratégie visant à favoriser leur maîtrise et leur gestion.

Une politique territoriale de maîtrise et de gestion des externalités permet de gérer les externalités beaucoup mieux que n'aurait pu le faire une politique conduite centralement.

On y gagne en adaptabilité et en rapidité car les externalités exigent aujourd'hui une gestion au plus près des besoins du système productif.

Les déplacements de main d'oeuvre ou de capital résultent en partie de cette politique de gestion des externalités. L'attractivité du territoire va dépendre du volume d'externalités positives dégagées mais aussi de la façon dont sont traitées et réduites les externalités négatives comme la pollution ou les problèmes de transport.

Il faut aussi souligner que la qualité des services publics offerts sur un territoire joue un rôle déterminant quant à la localisation des activités et au déplacement de la main d'oeuvre.

sommaire suivant