WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La Sous Evaluation des actions introduites en Bourse

( Télécharger le fichier original )
par Aymen Jegham
Institut des Hautes Etudes Commerciales Carthage - Maîtrise en Hautes Etudes Commerciales; Spécialité: Finance 2008
  

précédent sommaire suivant

CHAPITRE II : L'EVALUATION DU COURS DES ACTIONS DES ENTREPRISES NOUVELLEMENT INTRODUITES EN BOURSE :

Tout actif, qu'il soit financier ou physique, a une valeur qu'il est essentiel de mesurer. Cet exercice d'évaluation est naturellement indispensable lors d'une introduction en bourse.

SECTION 1 : LES PRÉALABLES À L'ÉVALUATION :

L'évaluation de l'entreprise, dans le cadre d'une introduction en Bourse, ne doit pas se faire dans l'abstrait. Une bonne connaissance de l'environnement économique et social est indispensable pour le déroulement de l'opération.

Pour ce faire, on doit se poser les questions suivantes auxquelles on tentera d'avancer quelques réponses :

-Qui est l'initiateur de l'opération ? (tous les actionnaires de l'entreprise ;un groupe d'actionnaires majoritaires ou minoritaires ; des tiers industriels ou financiers ; ayant ou n'ayant pas des relations avec l'entreprise ; un banquier ; un assureur ; autres) ;

-Quel est le but de l'évaluation ? (vente ou achat de l'entreprise ; vente ou achat d'actifs ; vente ou achat de parts majoritaires ou minoritaires ; autres)

-Quels sont les moyens et les informations disponibles ?(nature ; fiabilité ; disponibilité ;etc....)

-Quel est l'environnement de l'entreprise ? (milieu protégé ou non ; concurrence locale ou internationale ; fiscalité ; etc...)

Ceci dit, deux phases sont préalables à toute évaluation. Il s'agit en premier de l'étude des motivations des parties et en second du diagnostic de l'entreprise.

1. Etude des motivations des parties :

Cette phase s'intéresse au coté économique et stratégique plutôt que celui financier. En effet, l'opération n'est pas nécessairement la même pour le vendeur que pour l'acheteur.

Le vendeur est motivé par :

· Le besoin d'argent liquide : il est obligé de vendre pour des raisons purement financières ;

· La crainte d'une dégradation de la situation de son entreprise : le cas de son appartenance à un secteur stagnant ;

· La recherche d'un partenaire : dans un but de complémentarité.

Quant à l'acheteur, il est motivé par :

· La pénétration rapide dans un marché ;

· La suppression d'une concurrence dangereuse dans un but de minimisation de ses prix ;

· L'acquisition d'une activité complémentaire pour des raisons de diversification ;

· L'acquisition d'une minorité qui, jointe à la minorité possédée, lui donne la majorité et par là, le pouvoir.

Cette étude est préparée essentiellement dans le but de connaître le contexte dans lequel l'évaluation va être faite, afin d'en dégager les objectifs de chacune des parties concernées. L'expert doit donc être informé du contexte de l'opération :

-S'agit-il d'une cession de majorité ? (dans ce cas, la possession des titres apportera le pouvoir de gestion)

-S'agit-il d'une augmentation de capital ?(en vue de laquelle il convient d'estimer la valeur de l'entreprise afin de déterminer la prime d'émission et éventuellement le droit de souscription)

-S'agit-il d'une fusion ou d'un apport partiel d'actif rémunéré en actions ? (dans ce cas il ne suffit pas d'estimer une seule valeur, mais il faut procéder à une évaluation relative, des deux ou plusieurs entreprises concernées. C'est le cas de la fusion par absorption de la BDET et de la BNDT par la STB).

2. Diagnostic de l'entreprise à évaluer :

L'investisseur éventuel, n'ayant pas participé à la gestion de l'entreprise désirant acquérir ses actions, a besoin de bien la connaître. Il doit donc, et avant de parler du diagnostic, constituer le dossier d'évaluation. Pour se faire, il doit effectuer certaines démarches.

§ Se faire communiquer les principaux documents de l'entreprise à évaluer ;

§ Faire une visite des établissements (état des lieux, des bâtiments et des machines ; état des constructions ; moyens d'accès ; environnement de l'établissement ; etc....) ;

§ Collecter des données utiles à l'estimation des valeurs corporelles (pour correction des postes d'actif et de passif).

L'étendue du diagnostic dépend notamment du temps disponible et des besoins de l'acquéreur. Dans le cas d'un placement en bourse, l'investisseur n'a pas vraiment besoin d'un diagnostic puisque généralement l s'adresse à des intermédiaires en bourse pour avoir des conseils.

Après cette prise de connaissance, l'expert procédera aux diagnostics. On distingue trois natures de diagnostics : le diagnostic économique, le diagnostic comptable et le diagnostic financier.

a) Le diagnostic économique :

Ce diagnostic porte sur les aspects commerciaux, techniques et humains. Il comporte des questions clés se rapportant au couple produit-marché, au processus de fabrication et à la structure humaine telle que la qualité des dirigeants et leur capacité à gérer le personnel.

Généralement on utilise une check-list ou questionnaire pour réaliser le diagnostic.

b) Le diagnostic comptable :

Ce diagnostic porte principalement sur l'examen des comptes afin de s'assurer de la fiabilité des valeurs comptables retenues, de la régularité et de la sincérité des résultats de référence qui seront utilisés ultérieurement.

Des investigations complémentaires seront nécessaires si les états financiers ne sont pas suffisamment fiables.

c) Le diagnostic financier :

Ce diagnostic ne peut être utile que s'il est effectué sur la base d'etats financiers fiables. C'est dire ainsi l'importance du diagnostic comptable qui doit précéder le diagnostic financier.

Le diagnostic financier vise à étudier l'évolution de la situation patrimoniale, de l'activité et des résultats de l'entreprise à évaluer en procédant à des comparaisons dans le temps et dans l'espace. Il permet à l'expert de se prononcer sur l'équilibre financier, la rentabilité réelle des services et des produits, l'adéquation des emplois aux ressources (politique d'emprunt, utilisation des sources de financement les plus appropriées et les moins coûteuses, etc....) et le rendement présent et futur de l'entreprise.

Enfin, le diagnostic va nous permettre d'identifier les forces et faiblesses de l'entreprise.

précédent sommaire suivant







9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Appel aux couturier(e)s volontaires

Hack the pandemiuc !

Moins de 5 interactions sociales par jour



BOSKELYWOOD from Ona Luambo on Vimeo.