WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Investissement Direct Etranger au Maroc et politique d'attractivité

( Télécharger le fichier original )
par Sanae MAHRAZ
FSJES Meknes - Licence 2008
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

3.1.2 II. répartition sectorielle de l'IDE au Maroc :

L'expansion des IDE réalisés durant les dernières années a bénéficié essentiellement aux secteurs suivants:

- Dans le secteur tertiaire, l'attraction des IDE liés aux centres d'appels constitue l'un des choix prioritaires des autorités marocaines. Le Royaume compte aujourd'hui une soixantaine de « call centers », employant près de 8 000 personnes et disposant de près de 6 000 positions actives. Le secteur est désormais très structuré, avec une association professionnelle et des références parmi les entreprises mondiales les plus dynamiques (Dell, Cegetel, Tele2, AOL, Wanadoo, ...). L'Etat a adopté de nombreuses mesures spécifiques pour ce secteur, avec l'objectif de s'attaquer à l'externalisation dans les technologies de l'information.

- Dans le secteur touristique, le Plan Azur, qui vise le développement de six nouvelles stations balnéaires de la taille d'Agadir en vue de rattraper le retard pris dans la structure de l'offre touristique nationale, constitue le vecteur principal d'attraction des investissements étrangers. A ce jour, quatre stations ont d'ores et déjà été concédées à des développeurs-aménageurs étrangers : la station de Saïdia au groupe espagnol Fadesa (investissement prévu de l'ordre de 3,7 Md DH) ; Mazagan au consortium conduit par le Sud-Africain Kerzner International (5,3 Md DH) ; Lixus et Mogador, toutes deux à des groupements conduits par le Belge Thomas&Piron (1,4 Md DH) ; Mogador au consortium conduit également par Thomas&Piron.

- Dans le secteur des télécommunications, le Maroc mène une politique de libéralisation qui a conduit à l'arrivée de deux opérateurs étrangers (Vivendi et Telefonica), ce qui a un impact important sur les IDE.

-Dans le secteur des services urbains, la politique de concession à des entreprises privées de la distribution de l'eau, de l'électricité et de la collecte des déchets a eu pour conséquence l'implantation d'entreprises étrangères, en particulier françaises.

Enfin, dans le secteur agricole, les pouvoirs publics ont concédé en location de longue durée près de 200 lots de terre couvrant 56 497 ha du patrimoine foncier de l'Etat. L'ensemble des investissements drainés par les projets retenus est estimé à 4,7 Md DH, montant dépassant de 235% l'objectif fixé (2 Md DH) en début d'opération. En revanche, la part des adjudications au profit d'étrangers n'a pas dépassé 14% (24 candidats sur les 174 retenus), avec notamment trois lots attribués aux Français et cinq aux Espagnols.

Répartition sectorielle en 2006 :

En 2006, pour la deuxième année consécutive, les flux d'investissements directs étrangers au Maroc dépassent les 25 milliards de DH.

Pas moins de cinq secteurs accaparent l'essentiel des flux des IDE au Maroc : l'industrie, le tourisme, l'immobilier, le secteur Bancaire et l'assurance. Néanmoins les activités touristiques et immobilières restent les plus attrayantes.

II :

· L'industrie :

Le secteur industriel a bénéficié de la mobilisation des terrains domaniaux pour la réalisation des infrastructures d'accueil ci-après :

- L'aménagement des parcs industriels de Tanger Free Zones (277 hectares), de Nouaceur à

Casablanca (262 hectares), d'Ain Johra à Tiflet (200 hectares) et de Jorf Lasfar à El Jadida

(500 hectares), soit une superficie totale de 1.239 hectares ;

- La cession de 533 hectares pour la réalisation de plusieurs zones industrielles dans les différentes régions du Royaume au profit d'aménageurs publics.

En revanche, le secteur de l'industrie occupe, pour la troisième année consécutive, le premier rang avec un flux de 8.684,7 millions de DH contre 2.273,3 millions de DH en 2005 et 1.796,1 millions de DH en 2004. Le secteur est à sa troisième année de performance.

· Le Tourisme :

Durant l'année 2006, le secteur du tourisme marocain a connu une dynamique importante avec des flux touristiques en progression constante. En témoignent les recettes générées par le tourisme en 2006 qui frôlent 53 milliards de Dhs (soit un niveau record jamais enregistré auparavant) contre 40.967MDH en 2005. Le nombre total des touristes quant à lui a progressé de près de 10%, et celui des touristes hormis les MRE d'environ 15%.

Le bilan des projets approuvés dans le cadre de la Commission des Investissements pour l'année 2006 a aussi suivi cette tendance. La répartition sectorielle de ces projets place le secteur du Tourisme au premier rang en termes de création d'emplois et de montant à investir. Avec 31,5 milliards de Dhs, ce secteur représente prés de 50% du total des montants d'investissement à engager durant l'année 2006 et près de 65% des emplois à créer durant cette période.

A août 2007, 17 projets touristiques ont été approuvés dans le cadre de la CI. Ils ont totalisé un montant de 33,4 milliards de Dhs et 16.977 emplois à créer.

Il est à souligner que sur les 24 projets prévus dans le cadre de ce secteur en 2006, la ville de Tanger s'est vue attribuée la réalisation de 6 projets touristiques pour un investissement de 11,58 milliards de Dhs et 9.230 emplois à créer.

Pour sa part, la ville de Marrakech se place en tête de liste avec 15 projets pour un investissement de l'ordre de 18,747 milliards de Dhs et une création d'emploi de 9722 emplois Les projets télécoms ont occupé la deuxième place durant l'année 2006 en termes de montants à investir avec 10,6 milliards de Dhs, soit 17% du total des investissements.

· Secteur des Telecom :

L'investissement dans ce secteur, durant l'année 2006, a connu une évolution de 281% par rapport à l'année précédente grâce aux 4 projets envisagés par les trois opérateurs des télécommunications, Maroc Télécom, Meditelecom et WANA (Ex Maroc Connect).

En outre, l'année 2006 a vu le paysage des télécommunications s'enrichir avec un nouvel opérateur en télécoms à savoir Wana et par l'établissement et exploitation des réseaux publics fixes de mobilité restreinte de télécommunication par Meditelecom.

Par ailleurs, la société Meditelecom a été attributaire de la licence 3ème génération depuis le 20 juillet 2006. Dans le cadre de son programme d'investissement, la société propose une offre 3ème Génération qui inclura plusieurs services dont la vidéo téléphonie, le streaming audio et vidéo ainsi que des services Internet mobile large bande.

· L'Amont du textile :

Dans le cadre de sa stratégie du développement du secteur du textile et de l'intégration de l'amont de cette filière au Maroc, le gouvernement a procédé à l'augmentation de la participation de l'Etat dans le cadre des dispositions de l'article 17 de la charte de l'investissement à 10% du montant global du programme d'investissement lorsqu'il s'agit d'un investissement dans le secteur de la filature, du tissage ou de l'ennoblissement du textile.

Le secteur textile-habillement au Maroc dispose d'une palette d'atouts importants :

· Noyau d'entreprises constitué à 85% de PME et répondant aux exigences de la compétitivité globale ;

· haute technicité acquise par ces entreprises les positionne favorablement face à des donneurs d'ordre exerçant en majorité sur des créneaux moyen et haut de gamme ;

· Proximité géographique des marchés européens, arabes et africains et une réactivité et juste à temps ; Professionnalisme, savoir-faire et habileté de la main d'oeuvre ;

· Connaissance des normes et exigences des marchés européens ;

· Sensibilité mode et mise en valeur de la création ; Fort engagement dans le respect des normes sociales et environnementales ;

· Coût de travail compétitif ;

· Des centres de formation pour ingénieurs et techniciens et une politique de formation dynamique ;

· Opportunités commerciales offertes par les accords de libres échanges.

Répartition sectorielle en 2007 :

Investissements Directs Etrangers au Maroc
Répartition par secteur d'activité : Année 2007

MDH

SECTEURS

2007*

Tourisme

12 038,9

Immobilier

7 278,9

Télécommunications

3 083,5

Industrie

2 996,7

Transports

2 687,3

Energie et mines

2 683,0

Banque

1 821,7

Holding

815,9

Grands travaux

466,0

Commerce

300,0

Assurances

21,3

Agriculture

3,9

Autres services

2 041,7

Divers

140,4

TOTAL

36 379,2

o http : //finance.gov.ma(ministre de l'économie et de finance) ,2007.

précédent sommaire suivant











Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.