WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Sida et Comportements Sexuels des femmes célibataires au Congo

( Télécharger le fichier original )
par Stève Bertrand MBOKO IBARA
Université de Yaoundé II / Institut de Formation et de Recherche Démographique (IFORD) - DESS en Démographie 2008
  

précédent sommaire suivant

b-/ La débauche sexuelle

Une des composantes non moins importante de l'approche comportementale de la sexualité est la débauche sexuelle. Un comportement de débauche sexuelle de la part d'une femme célibataire peut avoir des conséquences très sévères. D'une part, ce comportement terni l'image sociale non seulement de sa famille mais aussi sa propre image en réduisant principalement ses futures chances de se marier ; d'autre part, ce comportement révèle des conséquences plus directes telles que la multiplication du nombre des partenaires sexuels et des partenaires occasionnels, la faible utilisation de la contraception (Crosby et al., 2004), l'engagement avec des partenaires plus âgés (Lederman, et al., 2004), la contraction des grossesses précoces et non désirés (Brooks, 2007), et surtout l'exposition aux IST/VIH/SIDA.

D-/ APPROCHE SOCIOCULTURELLE.

Selon cette approche, les comportements sexuels des femmes célibataires dépendent largement du milieu socioculturel dans lequel elles vivent. C'est-à-dire, des normes et valeurs traditionnelles qui régissent la société. C'est l'ensemble de ces constructions idéologiques qui déterminent les circonstances du déroulement de l'activité sexuelle (Rwenge, 1999). Aussi, l'activité sexuelle en milieu urbain s'expliquerait par la désorganisation sociale, la faiblesse du contrôle social et le relâchement des moeurs. Cette thèse fait partie de la théorie générale de la modernisation qui se fonde sur l'affaiblissement des structures traditionnelles et le relâchement du contrôle des aînés sur les cadets. Les comportements nouveaux qui en résultent sont plus orientés vers la satisfaction personnelle et la gratification individuelle que vers la responsabilité familiale (Diop, 1995, cité par Rwengé, 1999).

a-/ L'approche socioculturelle "traditionnelle"

La culture traditionnelle a pour rôle de transmettre et de perpétuer, génération après génération, les normes, les valeurs, les us et coutumes dans l'optique de la conservation ou la préservation de la tradition. On y enseigne le respect de l'aîné. Les parents y ont aussi des obligations envers les enfants, les aînés des cadets. Les adultes en général se chargent de l'éducation et de l'apprentissage des jeunes. L'enfant évolue d'abord dans la sphère maternelle, vient ensuite son entrée dans le milieu le plus élargi de la grande famille, où les rites initiatiques prennent de l'importance pour lui. Les rites ont pour fonction de faire évoluer l'enfant, non dans son comportement, son intelligence ou son affectivité, mais dans son existence même, pour le faire passer de l'état de nature à celui de culture et de le mener à sa véritable destinée, à son plein épanouissement sur le fait que les normes et les valeurs traditionnelles en matière de sexualité, sont à la base de la variation des comportements sexuels des célibataires.

Une des principales caractéristiques de la société traditionnelle est la forte valorisation de la maternité et du mariage qui sont les deux éléments essentiels du devenir traditionnel de la femme (Liboko, 2001). En effet une descendance nombreuse représente pour la femme une source essentielle de prestige et de considération, et contribue de manière décisive à consolider sa position à l'intérieur de sa belle-famille (EVINA, 1990 ; NATION-UNIES, 1992). Cette importance accordée à la maternité explique la tendance de la société à considérer l'infécondité et la stérilité comme des déchéances faisant l'objet d'interprétations diverses.

Ainsi pour EVINA AKAM (1990) : « Chez les Béti du Sud Cameroun, l'absence de maternité est pour une femme un obstacle à son ascension dans le groupe féminin. De plus une femme sans enfant est le plus souvent considérée comme le logis des mauvais esprits ou tout simplement comme une sorcière. Les femmes stériles Fulani et des autres ethnies touchées par l'infécondité au Nord du Cameroun se considèrent comme des handicapées sociales et se croient inférieures aux autres femmes. Une femme stérile n'a donc pas à se déclarer comme telle ».

Des études antérieures en Afrique subsaharienne ont montré la pertinence de l'ethnie, de la religion et la résidence dans le monde traditionnel africain sur l'explication des comportements sexuels différentiels.

v L'ethnie

Nombreux sont les auteurs qui ont identifié l'appartenance ethnique comme un facteur important de différenciation des comportements sexuels des femmes célibataires. De la littérature spécialisée en ressortent deux typologies. D'un côté, les ethnies où les moeurs sexuelles sont permissives, de l'autre, celles où les moeurs sexuelles sont très rigides. Selon G.P. Murdock, 1964, cité par N'gonon, 2002, les différences de pratiques selon les ethnies en Afrique résulteraient aussi des différences de moeurs sexuelles qui peuvent être permissives ou non. En effet, en matière de sexualité certaines ethnies sont plus tolérantes que d'autres. Dans ces ethnies, l'encadrement familial est caractérisé par un très faible contrôle social des jeunes par leurs aînés, parents et d'autres membres de la communauté. Elles jouissent ainsi d'une très grande marge de liberté. La sexualité avant le mariage est encouragée. Cette attitude est surtout adoptée dans les sociétés à taux élevé d'infécondité pour tester les capacités des jeunes à procréer. C'est notamment le cas des Moba-gurma du Togo, des Krou de Côte d'Ivoire, des Mongo et Tetela de RD Congo, des Zandés-Nzakara de Centrafrique, des Bëti du Cameroun, dans les provinces de Toliary et de Fianarantsoa à Madagascar (Gastineau & Binet, 2006 ; Ombolo, 1990 ; Rey, 1989 ; Schwart, 1978 ; Retel-Laurentin, 1974, Beninguisse4(*) 2007). Dans un tel contexte, l'ethnie apparaît comme un facteur important dans l'occurrence précoce de la sexualité chez les adolescentes.

Cependant, dans les ethnies où les moeurs sexuelles sont rigides, la virginité de la femme avant le mariage est valorisée. La fécondité prémaritale est dans ces ethnies une violation des règles et est passible de sanctions sociales. Cette considération sociale de la sexualité et de la procréation prémaritale prévaut encore au Sénégal, dans la province d'Antananarivo à Madagascar, chez les Luba de la République Démocratique du Congo (RD Congo), chez les Sara et les Gbaya de la République Centrafricaine et chez les Bamiléké et les Mandara du Cameroun (Rwengé, 2002 ; Gastineau & Binet, 2006 ; Adjamagbo et al., 2004, Ahmat, 1995 ; Diop, 1993 ; Retel-Laurentin, 1974).5(*) Ces sociétés accordent une très grande valeur à la virginité des filles car, il en va de l'honneur de la famille.

Au plan culturel, pour le cas du Congo6(*), on note une bipolarisation du système matrimonial à savoir : le système matrilinéaire qui est la caractéristique principale de la partie Sud du pays, favorable à une sexualité prémaritale, dont le groupe ethnique le plus représentatif est le Kongo (48%). Au Nord du pays par contre, le système patrilinéaire domine la quasi-totalité des ethnies et est moins permissive à la sexualité prémaritale, avec pour principaux groupes ethniques: les Sangha (20%), les Mbochi (12%), les Téké (17%).

Des études antérieures ont montré que dans les ethnies à moeurs permissives le multipartenariat, l'activité sexuelle occasionnelle et la sexualité rétribuée sont fréquents (Rwengé, 1999 ; 2002 ; Talnan et al., 2002 ). En Côte d'ivoire, ces comportements résultent aussi du "rite de lavement " si l'on en croit notamment Aonon, 1996. Pour cet auteur, ce rite est le facteur clé de la liberté sexuelle des filles baoulés avant le mariage. Par ailleurs, Talnan et al. (2002) ont observé que l'appartenance ethnique influence très positivement le multipartenariat chez les adolescentes Krou. Traitant de la question au Cameroun, Rwengé (2000) a montré que le multipartenariat était plus manifeste chez les jeunes appartenant aux ethnies Bamiléké, Metta, et les (autres) ethnies du Nord-Ouest. Il a aussi examiné la relation entre l'ethnie et la sexualité occasionnelle d'une part, et d'autre part la relation entre l'ethnie et la sexualité rétribuée. Dans le premier cas, les ethnies Makon-Banyague, Bamiléké, Tikari-Nsoh sont moins enclines à la relation sexuelle occasionnelle (Rwengé, 1999 ; 2000). Dans une autre étude dans laquelle cet auteur compare les comportements sexuels des Bëti à ceux des Bamiléké, les rapports sexuels occasionnels et rétribués se sont avérés plus fréquents chez les premiers que les seconds (Rwengé, 2002).

La prévalence de l'utilisation du condom lors des rapports sexuels est aussi un autre élément de différenciation selon le groupe ethnique d'appartenance. Chez les Bamiléké du Cameroun, les rigidités des moeurs en matière de sexualité ont élevé le risque d'utilisation du condom pendant les rapports sexuels. Inversement, chez les Béti du sud Cameroun c'est la permissivité des moeurs sexuelles qui joue en défaveur de la prévalence de l'utilisation du condom au moment des rapports sexuels (Rwengé 2002). En Côte d'ivoire par contre, c'est plutôt les jeunes d'origine ethnique "étrangères" à ce pays qui ont un risque plus élevé de ne pas utiliser le condom aux cours des rapports sexuels (Talnan et al., 2002).

Par ailleurs, des études qualitatives de Rwengé (2002) sur les différences ethniques des comportements sexuels au Cameroun ont examinées les raisons associées au multipartenariat et à la non-utilisation des condoms dans certaines ethnies. Ainsi, il en ressort que chez les Bëti tout comme chez les Bamiléké, la recherche du plaisir sexuel serait la principale raison du multipartenariat chez les hommes. Par contre, chez les femmes les contraintes économiques étaient la principale raison du multipartenariat. Le désir d'enfants, la diminution du plaisir, la mauvaise appréciation du condom, la fidélité et la confiance au partenaire sont les principales raisons liées à la non-utilisation des condoms aussi bien en milieu Béti qu'en milieu Bamiléké.

Les changements socio-économiques ont largement modifié l'environnement socioculturel en milieu urbain congolais. Dans le milieu rural, les normes et coutumes en matière de sexualité y résistent encore en raison probablement de l'absence ou de la moindre influence dans ce milieu, des moeurs à l'occidentale. D'une façon générale, la sexualité de la jeune fille avant le mariage est acceptée dans la société congolaise quelque soit l'ethnie, particulièrement à Brazzaville et à Pointe Noire où vie plus de la moitié de la population du pays.

Outre les normes et les valeurs traditionnelles dictées par l'appartenance ethnique, la socialisation dans le milieu rural et la religion traditionnelle constituent deux facteurs déterminants des comportements en matière de sexualité des femmes africaines.

v La religion

Du fait du rôle qu'elle joue dans la morale des individus, la religion tient une place importante dans la vie des hommes dans la quasi-totalité des sociétés.

« Dans les religions traditionnelles, il existe également des tabous sexuels allant dans le sens de l'abstinence hors mariage. L'éventualité d'entretenir des relations avec des partenaires multiples dans ce dernier cas et dans le premier (christianisme) est donc exclue, et l'usage du condom s'avère superflu, puisque la fidélité est garantie dans le mariage (...) » (Beat-Songue 1993, p.26).

Ces propos traduisent comment la religion traditionnelle agit sur la sexualité de l'individu en générale et celle de la femme célibataire en particulier via des codes moraux régissant l'exercice de la sexualité. La sexualité de la femme est très difficilement acceptée avant le mariage, ce qui pourrait expliquer la précocité des unions et des rapports sexuels généralement observées dans la plupart des religions traditionnelles. Cela est d'autant vrai puisqu'au Cameroun, les adeptes des religions traditionnelles sont significativement moins susceptibles de retarder leurs premiers rapports sexuels quelque soit la région de résidence (Kuaté Defo, 1998). Dembélé (2004) a pratiquement observé la même tendance au Burkina-Faso. Il ressort de son étude que les adolescentes animistes sont plus susceptibles de s'engager dans l'activité sexuelle prémaritale que les catholiques.

v La socialisation traditionnelle

Le milieu de socialisation constitue un autre élément explicatif des comportements sexuels des femmes célibataires en Afrique en général et au Congo en particulier.

La socialisation dans le milieu rural traditionnel s'oppose à celle du milieu urbain compte tenu de son impact sur le comportement sexuel des femmes. La socialisation dans le milieu rural est synonyme d'acquisition des valeurs normatives et religieuses traditionnelles qui sont transmises dans un contexte de contrôle strict par les anciens et la communauté. Une femme socialisée dans ce milieu est tenue d'adopter un comportement digne de sa famille, de manière à ce qu'elle-même et son entourage en soit toujours honorés (Ibrahima, 1999). Cependant, avec la modernisation  `'accélérée'' des sociétés africaines, ce contrôle social très apprécié (du moins pour ce qui est des comportements sexuels) se trouve affaibli et menacé "d'expulsion dans sa propre demeure". Il faut alors craindre comme Bauni, (1990) et Meekers, (1992) que la diminution du contrôle social en matière de sexualité, imputable en partie à l'urbanisation et ses opportunités socioéconomiques, ne détruise les structures traditionnelles, favorise les mutations culturelles, et partant, augmente le pouvoir décisionnel des individus dans les choix à propos de, avec qui et pourquoi contracter les rapports sexuels.

* 4 Gervais Beninguissé, 2007, Sexualité pré maritale et santé de la reproduction des adolescents et des jeunes en Afrique Subsaharienne

* 5 Beninguissé, 2007.

* 6 UNFPA 2005, Analyse de la Situation en Population, Santé de la Reproduction et de Genre au République du Congo

précédent sommaire suivant











9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Bitcoin - Magic internet money - Join us !