WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Evolution et caracterisation des sympomesde mycosphaerella sp sur les bananiers plantains de la région de Kisangani

( Télécharger le fichier original )
par Isaac Budju lobo
Kisangani - Graduat 2008
  

précédent sommaire suivant

Chapitre II : MATERIELS ET METHODES

II.1. Milieu d'étude

Le milieu d'étude de ce travail est un site au sein duquel se retrouve des bananiers plantains collectés par des scientifiques pour études. Il se retrouve dans l'enceinte de la Faculté des Sciences de l'Université de Kisangani. Le climat régional de la ville de Kisangani et du type AF selon la classification de KOPPEN avec une moyenne de température oscillant entre 22,4 à 26°C (KUMBA, 2008).

La région de Kisangani est située dans la cuvette centrale à 00°31' de latitude Nord et de 250°11' de longitude Est. Sa superficie est de 1910 km2. Tandis que le champ expérimental est situé à 00°30'45 Nord de latitude et 0,12 de longitude. Altitude 393 mètre (GPS de marque Magellan)

II.2. Matériel végétal

En ce qui concerne le matériel, nous nous sommes servi des bananiers plantains se retrouvant dans le champ de collection des bananiers et bananiers plantains de la faculté des sciences de l'Université de Kisangani.

Parmi ces bananiers plantains, les cultivars utilisés pour la présente observation sont représentés dans le tableau 4 ci-dessous.

Tableau 4 : Cultivars de référence étudiés, regroupés selon leurs natures, génotypes et usages.

Cultivar

Type de floraison

Nature

Génotype

Usage

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13

14

15

16

17

18

APOKA MAGBUKE

MBURUKU-VERT

LIBANGA LYA BOEA BOKOY

LINGU

BOLOMAISE

LOKUSU II

ADILI

BOSAKARAKA II

NGUKU

ALEKE MOMBINGENE

AMUNGU

MAGOMA II

BOOFO NOIR

AMAGABA

FRENCH ROUGET ou Plantain-Rouse

BOGO

EGBE O MABESE (Reverse)

EGBE O MABESE(I)

IKPOLO

Faux corne

Faux corne

French

Faux corne

French

Vraie corne

French

French

French

French

French

Faux corne

French

French

French

French

Faux corne

Vraie corne

Triploide naturel

Triploide naturel

Triploide naturel

Triploide naturel

Triploide naturel

Triploide naturel

Triploide naturel

Triploide naturel

Triploide naturel

Triploide naturel

Triploide naturel

Triploide naturel

Triploide naturel

Triploide naturel

Triploide naturel

Triploide naturel

Triploide naturel

Triploide naturel

AAB

AAB

AAB

AAB

AAB

AAB

AAB

AAB

AAB

AAB

AAB

AAB

AAB

AAB

AAB

AAB

AAB

AAB

À cuire

À cuire

À cuire

À cuire

À cuire

À cuire

À cuire

À cuire

À cuire

À cuire

À cuire

À cuire

À cuire

À cuire

À cuire

À cuire

À cuire

À cuire

Total 18 Cultivars

 
 
 
 

II.3. METHODES

Il existe plusieurs méthodes des dispositifs pour étudier les Mycosphaerella. Parmi ceux-ci nous pouvons citer le dispositif expérimental, le dispositif en randomisation total et le dispositif en bloc de Fischer.

Nous avons choisi 18 cultivars comportant 5 plants en ligne. Les noms de cultivars étaient donnés par les plaques d'identifications (collections FSK, code MG 19, 2006). Puis nous avons vérifiés :

- Leur type de floraison ;

- Le niveau d'évolution du dégât ;

- L'indice de dispersion de la maladie ;

a)Au niveau du type de floraison nous avons catégorisé les cultivars selon leur regroupement par leur type d'inflorescence, puis nous avons calculé leur taux d'infection moyenne.

b) Au niveau de dégâts, nous avons observé, le dégât causée par les champignons sur les feuilles de bananiers plantains identifiées pathogènes durant une période de 6 semaines, puis nous avons observé l'évolution du dégât pendant les dites semaine .Les six semaines de suivi correspondent à la date allant du1er septembre au 12 octobre 2008. Nous avons enregistré le niveau de dégâts sur chaque cultivar, puis nous avons effectués une moyenne pour ces 6 semaines d'observation de l'évolution de Mycosphaerella en comptant de haut en bas de la plus jeune nécrosée (PJFN)(ABADI et al 2008 ; PAULIN et al 2008 ) et la 1ere feuille qui présent au moins 10 lésions nécrotiques matures distincts c.à.d. une grande zone nécrotique contenant au moins 10 centres desséchés de couleur claire ce qui correspond aussi au 6 niveau de dégât selon les différentes phases associé au 7 feuilles du bananier déjà infecté et qui sont représentés dans le tableau 5 ci-dessous. (Selon les stades)(LECHER et al 1941)

Phase

Description

Phase 1 

attaque de la cigare du bananier associé à la 1ere feuille qui présent au moins 10 lésions nécrotiques.

Phase 2

déroulement de la cigare est la 1ere feuille qui présente au moins 10 lésions nécrotique

Phase 3

progression de la maladie à la 2e feuille en partant de la cigare vers la feuille la plus superficielle du pseudo tronc.

Phase 4

progression de la maladie à la 3e feuille en partant de la cigare vers la feuille la plus superficielle du pseudo tronc.

Phase 5

progression de la maladie à la 4e feuille en partant de la cigare vers la feuille la plus superficielle du pseudo tronc.

Phase 6 

progression de la maladie à la 5e feuille en partant de la cigare vers la feuille la plus superficielle du pseudo tronc associé au deux feuilles du pseudo tronc situé à la périphérie du pseudo tronc.

c) Pour l'indice de dispersion de la maladie, nous nous sommes basé sur les symptômes de la maladie en se penchant sur le TDM (temps de développement de la maladie) en comptant les nombres des jours entre le moment ou les feuilles sont au stade d'apparition d'au moins 10 lésions nécrotiques (PARNEL M et al 1998).

Fig.1 Fig.2 Fig.3

Fig.1 : 1 cultivar de niveau de dégât 1. (Cigare infecté)

Fig. 2 : 1 cultivar de niveau de dégât 2.

Fig. 3 : 1cultivar de niveau de dégât 3

Fig. 4 : 8 cultivar de niveau de dégât 5 et 6

Fig.4

précédent sommaire suivant











9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Visitez Arcy sur Cure

Camping du Saucil a(Villeneuve sur Yonne)