WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Espace et temps dans l'oeuvre de Jules Verne: « Voyage au centre de la terre » et dans le temps.

( Télécharger le fichier original )
par Lionel Dupuy
Université de Pau et des Pays de l'Adour - Certificat International d'Ecologie Humaine 1999
  

précédent sommaire suivant

CONCLUSION

Voyager dans le centre de la terre, c'est aussi, pour Jules Verne, voyager dans le temps. Et les références ici ne sont pas qu'anecdotiques ou simplement allusives. L'auteur développe ainsi une véritable construction littéraire qui s'appuie fortement sur l'aspect temporel du voyage proprement dit, c'est-à-dire le temps qu'il faut pour descendre, mais aussi sur une deuxième temporalité, celle de l'observation, par couches géologiques interposées, des écosystèmes d'autrefois, maintenant disparus à la surface de la terre, mais encore pérennes dans les entrailles de cette dernière. Cette dualité du voyage est ainsi fascinante, car c'est elle, en partie, qui fait de celui-ci un voyage extraordinaire, au sens vernien du terme.

La référence directe à l'écologie humaine, mais si celle-ci n'existe pas encore en tant que telle en cette fin de 19° siècle, est prégnante dans le roman, et c'est l'une des raisons qui est à l'origine de ce modeste mémoire. Néanmoins, nous n'avons pas voulu faire, comme vous l'aurez constaté, une histoire de l'écologie humaine ou encore son épistémologie au travers de l'étude d'un auteur et plus particulièrement de l'un de ses roman. Il s'est juste agi d'utiliser l'approche transdisciplinaire prônée par celle-ci pour entrevoir d'autres aspects de roman de Jules Verne trop souvent analysé comme étant avant tout une forme de voyage initiatique. Certes, nous avons bien affaire à un voyage initiatique, mais pas seulement, et ces différents types de voyages qui caractérisent Voyage au centre de la terre (initiatique, dans le temps, etc...) sont aussi plus complémentaires que contradictoires.

Nous avons choisi de mettre en évidence la dualité de ce roman (espace-temps) en expliquant et en analysant les nombreuses références géologiques et paléontologiques dont Jules Verne se sert. Certes, il utilise d'autres procédés, comme les références mythologiques, pour accentuer le caractère dual et doublement temporel du voyage, mais ce choix de notre part a été guidé par des connaissances en géologie et en paléontologie beaucoup plus assises et approfondies que celles que nous avons en mythologie grecque et romaine. La transdisciplinarité est un idéal, elle est rarement un état de fait... a fortiori lorsque nous n'avons que 25 ans !!!

Ainsi, et à l'inverse d'un mémoire de D.E.A. ou d'une thèse de Doctorat, le plan adopté dans ce mémoire est très largement décousu, le fil directeur étant de montrer à travers

différentes perspectives l'aspect dual du voyage, un voyage à la fois dans l'espace et dans le temps, et par conséquent, doublement temporel. De même, nous n'avons pas la prétention d'avoir apporté de la connaissance à la recherche scientifique, nous avons seulement voulu présenter notre point de vue et notre analyse sur ce roman de Jules Verne. Ce faisant, ce modeste travail (quantitativement et qualitativement) doit être considéré beaucoup plus comme un essai (avec l'ambition, là aussi très modeste, d'une approche trandisciplinaire) que comme un véritable mémoire de recherche universitaire construit autour d'un plan à vocation démonstrative. Notre objectif n'a pas été de démontrer que nous avons affaire à un voyage dans le temps, mais seulement de montrer cet autre caractère du voyage proposé par l'auteur.

Cette volonté et ce constat se manifestent ainsi, comme nous l'avons déjà dit avant, dans l'agencement du plan et dans le choix de ce dernier. Ainsi, la partie correspondant très précisément au titre de ce mémoire ne représente en fait que très peu de pages par rapport à l'ensemble du travail. Car nous avons réellement voulu avoir une approche transdisciplinaire, en montrant différentes facettes de ce voyage. La troisième partie correspond donc à cette volonté, et s'articule pour ce faire autour de plusieurs sous-parties se suffisant chacune à elles- mêmes, mais étant aussi complémentaires, notamment de par leur objectif : montrer que ce voyage dans les entrailles du globe est aussi un voyage dans le temps.

Enfin, et ceci constitue en quelques sortes l'ouverture de ce travail, il serait intéressant de voir si notre analyse constitue une exception à la règle, à savoir qu'il n'y a que dans ce roman de Jules Verne qu'espace et temps sont autant associés, ou au contraire, comme nous le pensons, que c'est dans l'ensemble des Voyages Extraordinaires que cette association se développe. De même, les nombreuses boucles auxquelles nous avons fait référence dans ce roman, se manifestent-elles aussi avec autant de prégnance dans les autres romans constituant les Voyages Extraordinaires ? Ces mêmes Voyages Extraordinaires doivent-ils aussi être interprétés sous l'angle de la mythologie grecque et romaine ? ; car rappelons-nous :

Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage,

Ou comme cestuy-là qui conquit la toison,

Et puis est retourné, plein d'usage et raison,

Vivre entre ses parents le reste de son âge !

Joachim du Bellay, (1558)

précédent sommaire suivant