WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Mise en place et entretien des productions végétales et/ou animales : cas du cacao.


par kouame stephane alexis koffi
institut national felix houphouet boigny de yamoussoukro (ecole supérieur d'agronomie) - ingénieur des techniques agricoles 2007
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

CRITIQUES ET SUGGESTIONS

I. AU NIVEAU DE L'ANADER

1.1 Les moyens de déplacements

Les agents de la zone ANADER de Bouaflé disposent de motos pour leurs déplacements dans les villages. Cependant, il se pose fréquemment des problèmes de rupture de carburant et de pièces de rechanges pour les motos, de matériels didactiques. Nous suggérons que la Direction générale de l'ANADER veille à l'équipement technique (carburant, pièces de rechange, matériel de bureau) de la zone afin de permettre aux agents de jouer pleinement leur rôle.

1.2 Les bâtiments

Nous avons remarqué que les locaux dans lesquelles travaillent les agents sont contigües, ce qui contraint les agents à être en surnombre dans les bureaux. L'ANADER aura donc intérêt à penser à la construction d'un nouveau bâtiment plus spacieux et reflétant ce que représente l'agriculture pour le pays.

II. AU NIVEAU DES PAYSANS

2.1 L'itinéraire technique du cacaoyer

Le constat le plus marquant qui a été fait est que les paysans négligent bons nombres d'opérations lors de la mise en place de leurs plantations. Les opérations comme le piquetage, la trouaison, le rebouchage des trous sont rares voir inexistantes parce qu'elles sont considérées comme inutiles et une perte de temps. Les paysans ignorent les techniques modernes de culture et se contentent des anciennes pratiques dépassées de leurs parents.

Nous suggérons donc que les paysans puissent changer de mentalité en s'adaptant aux changements qui ont lieu dans le secteur grâce à un encadrement plus effectif de l'ANADER, du CNRA et de tous les acteurs du secteur agricole.

2.2 Les semences

La majorité des paysans utilisent du matériel végétal provenant de leurs anciennes plantations donc non sélectionné. Ceci entraine à la longue une baisse de productivité de l'arbre. Il serait préférable pour les paysans d'utiliser des fèves fournies par le CNRA afin d'avoir un meilleur rendement.

2.3 L'utilisation des produits phytosanitaires

Les paysans sont tous unanimes à propos de l'efficacité de ces produits. Cependant, l'utilisation abusive de ces produits constitue une menace pour l'équilibre de la nature et pour la qualité du cacao produit. On remarque souvent que certains insectes et/ ou maladies ont développé des résistances aux produits, ce qui complique encore plus la lutte chimique.

Nous avons rencontré des paysans qui soutenaient que pour eux, la période de traitement ne dépendait que du mois sans tenir compte du seuil d'attaque de leurs champs par les insectes. Ils peuvent même effectuer le traitement malgré qu'il n'y ait pas d'attaques d'insectes ;<<C'est à titre préventif>> : disaient-lis.

Nous suggérons que l'ANADER puisse aller jusqu'au bout de son programme champ école afin d'écarter ce premier réflexe de recourir aux produits phytosanitaires sans avoir déterminé ou observé le seuil de dégâts. C'est une technique qui est plus bénéfique pour l'agriculteur au plan économique puis permet de garder l'équilibre de la nature et la qualité du chocolat.

précédent sommaire suivant






Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy