WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

L'espace web du sénégal : étude de son degré d'ouverture ´┬átravers l'analyse des liens hypertextes

( Télécharger le fichier original )
par El Hadji Malick GUEYE
Université Paris 10 Nanterre - Master de Recherche 2005
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

Partie II : Problématique et objectifs de recherche

I. Problématique

I.1. Enjeux des NTIC en Afrique

Si les pays africains ne parviennent pas davantage à tirer avantage de la révolution de l'information et à surfer sur la grande vague du changement technologique, ils seront submergés par elle. Dans ce cas, ils risquent d'être encore plus marginalisés et économiquement stagnants dans le futur qu'aujourd'hui". Ce passage tiré du rapport de la Banque Mondiale sur le développement d'Internet déjà en mars 1995 est sans appel. Autrement dit, il est une obligation pour l'Afrique de suivre l'évolution des NTIC, de se les approprier au risque de sombrer. Les avantages que peuvent apporter les NTIC aux pays africains sont certains. Nous n'allons pas les développer tous. On signalera juste un excellent ouvrage4(*) développé dans le cadre du programme de recherche REGARDS (unité mixte CNRS/IRD). Ce travail mené sous la coordination de Annie Chéneau-Loquay a rassemblé des chercheurs du Nord et du Sud autour des thèmes sur l'appropriation et la maîtrise des nouvelles technologies de l'information et de communication en Afrique. Aussi bien sur le plan économique, politique, social que scientifique, l'introduction des NTIC peut aider l'Afrique à venir à bout à plusieurs de ses problèmes et de quitter ainsi cette place marginale qu'elle occupe aujourd'hui au plan international. Cependant, et c'est là la particularité des travaux contenus dans cet ouvrage, il ne s'agit pas d'adhésion inconditionnelle à l'idée du « mythe de la toute puissance de la technologie ». Il s'agit plus d'analyser les voies et moyens pour tirer profit de ces outils en les adaptant aux contextes socio-économiques particuliers du continent que de considérer les NTIC comme la solution miracle qui doit permettre le développement de l'Afrique.

Notre approche de l'Internet et de son environnement global dans notre étude est aussi à recadrer dans cette perspective. Son utilité pour l'Afrique n'est plus à nier, même si les problèmes de base, approvisionnement en eau, énergie, alimentation ne sont pas résolus5(*). Ces problèmes de subsistance ne doivent pas empêcher une appropriation de cet outil d'information et de communication et de profiter de ses apports en terme de mise à disposition de gisements importants d'informations qui étaient jadis inaccessibles aux pays africains. « Les 4.000 accès du Sénégal, les 2.500 du Cameroun sont autant de fenêtres ouvertes sur les plus grandes bibliothèques scientifiques et techniques du monde, autant de points d'accès à la presse internationale, aux rapports sur les droits de l'homme, autant de vecteurs accélérant la circulation des idées»6(*). Par ailleurs, avec Internet, l'Afrique pourrait aussi se sentir sans doute moins isolée. La visibilité mondiale qu'offre Internet peut désenclaver, culturellement et géographiquement, une bonne partie du continent. Et enfin, un autre point qui doit être une conséquence du précédent, il ne s'agira plus de se réduire au simple spectateur ou consommateur : ce qui ne fera qu'aggraver le phénomène d'extraversion constaté par Thomas Guignard7(*). Cette visibilité doit inciter à marquer notre présence dans le monde par la production de contenus de qualité aptes à faire apprécier nos ressources et nos potentialités par l'extérieur8(*).

* 4 Enjeux des technologies de la communication en Afrique : Du téléphone à Internet. Sous la coordination d'Annie Chéneau-Loquay,  Ed. Karthala, 2000. Voir : http://www.africanti.org/resultats/documents/enjeux.htm  

* 5 CHENEAU-LOQUAY, Annie. Modes d'accès et d'utilisation d'Internet en Afrique : les grandes tendances. In : Africa e Mediterraneo, dossier Africa e il Digital Divide, n° 41, décembre 2002, p. 12-15

* 6 RENAUD, Pascal. Quand le hign-tech réduit le fossé numérique. In : Futur(e)s, n°4, mars 2001.

Disponible aussi sur l'URL : http://www.africanti.org/resultats/documents/renaud-futur.htm [consulté le 10/03/05]

* 7 GUIGNARD, Thomas. Internet au Sénégal : une émergence paradoxale. DEA Sciences de l'information et de la communication, Université Lille 3,180p.

* 8 SECK, Mouhamed Tidiane. Insertion d'Internet dans les milieux de la recherche scientifique en Afrique de l'Ouest. In : Enjeux des technologies de la communication en Afrique, Annie Chéneau-Loquay (dir), Karthala, 2000

précédent sommaire suivant