WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Relation entre le couvert végétal et les conditions édaphiques en zone a déficit hydrique

( Télécharger le fichier original )
par Madani Djamila
Université de Batna - magistere 2008
  

précédent sommaire suivant

Chapitre II : Méthodologie

Dans le cadre de cette étude, la démarche utilisée comporte les étapes suivantes :

1- Analyse bibliographique des documents de base

2- Travaux sur terrain

3- Analyses au laboratoire

1. Analyse bibliographique des documents de base :

Cette étape concerne l'examen des documents disponibles relatives à la zone d'étude ,elle concerne notamment :

- La carte topographique (échelle (1/500.000) Biskra feuille n°31, NI-NE INC - La carte géologique (échelle 1/500.000), NORD-EST Algérie, service de la carte géologique d'Algérie SCGA 1951

2- Les travaux sur terrain :

L'échantillonnage sur le terrain a été exécuté suivant 04 transects choisis en fonction des principaux gradients climatiques (étage bioclimatique de végétation semi aride, aride et saharien) et structure géologiques.

Pour chaque transect, des relevés floristiques (présentés sur l'aire minimale) et un profil pédologique, sont effectués.

2-1 Description de la végétation existante (la flore) :

Cette phase correspond à un inventaire de la flore, basé sur l'exécution des relevés floristiques.

La réalisation des relevés floristiques doit obéir aux critères d'homogénéité écologique, physionomique et floristique.

Plusieurs auteurs ont évoqué la manière de réaliser des relevés phytosociologiques (Braun blanquer, 1952, kaabache, 1990, etc.).

Pour chaque relevé sont notés : localisation géographique et les caractères

stationnels immédiatement accessibles (l'altitude, exposition, pente, substrat géologique, recouvrement des strates, etc).

Selon Lippmaa (1935) cité in Gillet (2000), la surface des relevés (aire minimale), doit se situer entre 1 et 4m2 pour les associations muscinales, autour de 20m2 pour les associations herbacées de sous - bois, et autour de 400m2 pour les associations arborescentes. Bouabdellah (1992) dans son étude sur la végétation halophile des hautes plaines sud Algéroises a estimé différentes surfaces (aires minimales) en fonction de quelques formations végétales.

- 128m2 à 256m2 pour les formations Atriplex halimus et salsola vermiculata selon le faciès.

- 16m2 à 64m2 pour les groupements dominés par les thérophytes.

Dans le présent travail, l'estimation de cette aire minimale est de 100m2.

La période d'exécution des relevés est au cours du printemps (mars - avril), période de pleine floraison notamment pour les espèces annuelles. La floraison des espèces pérennes facilite leur identification (ozenda, 1977).

Les ouvrages consultés pour la détermination et la nomenclature des espèces sont : - La flore du Sahara (ozenda, 1977)

- Nouvelle flore de l'Algérie et des régions désertiques méridionales (Quezel et santa, 1962 - 1963).

2-2-Le sol :

Les prélèvements de sol ont été effectués sur 04 profils (un profil de chaque transect), chaque profil contient 04 horizons.

3-Etude au laboratoire :

3-1 études floristiques :

3-1-1-la densité :

Les mesures de la densité sont exprimées en nombre d'individu par unité de surface (100 m2)

3-1-2 -la fréquence :

Elle est calculée (en %) selon la formule :f(x)=n/Nx100

n : nombre de relevés de l'espèce x

N : nombre total de relevés réalisés

3-1-3 Le coefficient d'abondance dominance :

Estimé selon l'échelle de (Braun blanquet, 1951)

3-2- les analyses de sols

Les analyses physiques et physico-chimiques ont été effectuées aux laboratoires de la chimie du sol du département d'agronomie (Batna) et au laboratoire de science du sol du département biologie (oum el bouaghi). Une fois les échantillons de sol séchés, une aliquote à été broyée et tamisée à 2mm pour mesurer selon les normes AFNOR (1996) : la granulométrie, pH, CE, le calcaire, le gypse, azote total, carbone, CEC et les cations échangeables, phosphore assimilable et les sels solubles

3-2-1- Mesure physique :

La granulométrie à été effectuée selon la méthode internationale à la pipette de robinson après destruction à l'héxmétaphosphate de sodium.

Dans le présent travail la station de tolga (station 4), présente une contrainte (floculation du gypse), pour cela on a en recours à celle par tamisage où on prélève les 03 fractions.

- sable grossier

- sable fin et argile + limon

3-2--2-Mesures chimiques et physico chimiques :

- La mesure du pH à été effectuée dans l'eau, avec un pH mètre, le rapport sol - eau est de 1 / 2,5.

- La mesure de la conductivité électrique à été effectuée dans l'eau, avec un conductimètre, le rapport sol-eau est de 1/5.

- Le dosage du calcaire total a été réalisé à l'aide du calcimètre Bernard - Carbone organique : déterminé par la méthode walkley et black.

- Matière organique : déterminé par dosage du carbone organique en appliquant la formule (M0% = Co x 1,72).

- Azote total = Méthode KJeldahl

- Phosphore assimilable. Méthode de Joret - Hebert

- Dosage des anions solubles = à partir de l'extrait aqueux (1/5).

· Cl- = sont dosés par titrimétrie au nitrate d'argent (AgNo3) en présente de chromate (méthode de MOHR).

· CO3 - et HCO3 - : sont dosés par titrimétrie avec H2SO4

· SO4 - = méthode gravimétrique (principe de précipitation sous forme de BaSO4 ; sulfate de Baryaum)

· Dosage des cations solubles = à partir de l'extrait aqueux (1/5) :

Ca++ dosé par l'absorption anatomique Na+ et K+ dosé par spectrophotomètre à flamme.

- Détermination des bases échangeables et la capacité d'échange (méthode de Bower modifiée)

· Extraction des cations échangeables (Ca++, K+, Mg++) par l'Aco-Na à pH = 8,2.

· Déplacement du Na+ par l'Aco-NH4 a pH=7 (après lavage à l'alcool pour éliminer l'excès de Na+), le dosage de Na+ issu de ce déplacement donne lieu à la valeur de la CEC

· La valeur de Na+ échangeable est obtenue à partir d'un autre essai pour le même sol, on utilisant l'ACO-NH4

· Les bases échangeables sont dosées par le même appareillage et mêmes méthodes utilisées pour le dosage des cations solubles.


· Gypse : méthode conductimétrique de Richard par l'utilisation de l'acétone comme réactif.

précédent sommaire suivant











9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.


Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy