WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Essai d'estimation du niveau de revenu de la population du quartier panzi

( Télécharger le fichier original )
par Jean Pierre MBALABALA CERUBALA
Université ouverte - Licence en gestion financière 2007
  

sommaire suivant

0. INTRODUCTION GENERALE

0.1. PROBLEMATIQUE

« La préoccupation de tout homme c'est d'obtenir un certain nombre de biens matériels ou autres capables de couvrir ses besoins. Le degré de satisfaction de ces besoins détermine le niveau de vie. Depuis des millénaires, l'homme s'active à améliorer sa situation et certaines communautés, certains pays sont arrivés à répondre mieux que d'autres à ce souhait » (1(*)).

La situation socio-économique que traverse la plupart des pays d'Afrique, surtout ceux au Sud du Sahara, ne les permet pas de produire, voire de garantir le mieux-être de leurs populations ; une pareille situation est amplifiée par des conflits de plusieurs ordres : politiques, tribaux, religieux,.... Ainsi l'environnement socio-économique, soumis à de telles circonstances, ne laisse pas de place à l'épanouissement économique de l'homme, moins encore à la liberté entrepreneuriale des activités commerciales et économiques qui tendraient à l'amélioration du bien-être.

En effet, dans le contexte spécifique de la République Démocratique du Congo et précisément de la Ville de Bukavu, améliorer les conditions de vie signifie aussi accroître la production des biens et services dans l'horizon temporel et spatial. En plus, il ne suffira pas seulement de produire, car cela n'expliquerait pas la consommation de ces produits ; il sera aussi question de pourvoir les ménages d'un pouvoir d'achat et de mettre ces biens et services à leurs dispositions.

En outre, la ville de Bukavu enregistre ces derniers temps des évolutions, pas moins négligeables, des prix des biens et services ne fluctuant souvent qu'à la hausse ; par conséquent les cours de change vis-à-vis de la devise forte de référence vont croissant, pareil constat ne ferait qu'appauvrir les ménages.

Les besoins de l'homme étant impératifs et illimités, celui-ci aspirant à répondre au minimum de leur satisfaction, entreprend différentes activités dans divers secteurs d'économie et cela sous-entend qu'en contrepartie il devra recevoir quelque chose comme fruit de son travail : le revenu. Ainsi le revenu constitue-t-il un élément important de différencier les façons de se nourrir ; comme dit G. Castelain : (...) les différences de revenus, de localisation ou des classes sociales entraînent des façons de se nourrir différentes ( 2(*)).

Ces dernières années dans la ville de Bukavu, la majorité de la population semble ne pas avoir de revenu suffisant pouvant maintenir leurs niveaux de vie. Ainsi nombreux sont des ménages qui se lancent dans le petit commerce, l'informel... et y gagnent des moyens dérisoires ne pouvant tenir la famille ne fût-ce qu'un jour et souvent dans leur langage, ils ne cessent de dire qu'ils « mangent au taux du jour ».

Ainsi donc, ce travail se tissera autour des certaines questions fondamentales auxquelles nous tâcherons de répondre :

- Quel est le comportement qu'adopte l'agent économique ménage face à des alternatives de consommation que lui offre l'environnement économique actuel ?

- Peut-on estimer le niveau de revenu des ménages du quartier Panzi à partir de leurs dépenses ?

0.2. HYPOTHESES

Les revenus mensuels des ménages du quartier Panzi seraient tellement bas de sorte que la quasi-totalité de leurs dépenses serait orientée dans la consommation des biens de première nécessité.

Et plus, un bas revenu expliquerait aussi que ces ménages n'ont qu'une faible possibilité d'accès aux biens et cela expliquerait que leur niveau de vie serait évidemment très bas.

Et enfin, la conjoncture économique actuelle étant difficile, la plupart des ménages de ce quartier tireraient la part la plus importante de leurs revenus dans le petit commerce, et si pas, dans l'économie informelle.

Notre analyse et investigation tout au long de cette étude permettront d'affirmer ou d'infirmer nos hypothèses.

0.3. METHODOLOGIE

Dans ce travail, nous aurons à utiliser une approche de dépenses en nous appuyant sur les théories économiques. La notion de dépenses étant notre point crucial, nous avons utilisé les méthodes et technique suivantes :

0.3.1. Méthodes

Les méthodes utilisées sont classées en deux :

a) La méthode comparative

Elle nous a permis de comparer les données normatives sur le niveau de revenu de la population du quartier Panzi. Les conclusions qui en découlent permettent de dégager des perspectives nouvelles à l'amélioration de conditions de vie de ces ménages.

b) La méthode analytique

Elle nous a permis d'appréhender la situation quotidienne des ménages afin d'analyser les données recueillies sur terrain en différentes variables pour comprendre les questions relatives à leur niveau de revenu et en général à leur condition de vie.

c) La méthode statistique 

Le souci de mieux présenter et analyser sous forme de tableaux statistiques les données recueillies par nos enquêtes justifie la pertinence de cette méthode.

0.3.2. Techniques

a) L'analyse documentaire 

Elle nous a aidé considérablement aussi bien pour la récolte des données que pour la précision des diverses notions vagues et imprécises à notre sujet.

b) L'interview directe

Par le fait qu'il y a coexistence entre l'économie formelle et informelle, nous sommes amené à faire un contact direct avec les ménages concernés afin de déterminer les sources de leurs revenus.

c) Le questionnaire direct

Il nous a permis de suivre quotidiennement les dépenses ménagères, car c'est avec ces dépenses que nous aurons à estimer le niveau de revenu de ménages.

d) L'observation participative et nos prérequis

0.4. CHOIX ET INTERET DU SUJET

Une population au niveau de vie élevé, telle est la préoccupation de toute politique de développement, car on ne saurait ni produire des biens pour des consommateurs dépourvus de pouvoir d'achat ni de bien gérer la richesse de la société alors que de l'autre côté persiste la misère.

En tant qu'indicateur du développement humain, le niveau de revenu permet de situer les ménages sur une échelle ordonnée : d'une part les ménages à faible niveau de revenu ou pauvre et d'autre part ceux du niveau de revenu élevé.

Et en plus le niveau de revenu évolue quantitativement et objectivement que le mode d'existence moyen d'un groupe social en montrant son image de consommation ; voire en approximant sa condition de vie.

Ainsi voulions-nous que ce travail ne se limite pas seulement à une analyse de dépenses de consommation, mais également qu'il fournisse des éléments nécessaires permettant d'approfondir des notions économiques.

0.5. DELIMITATION DU SUJET

La réalisation de ce travail a été effectuée auprès de 26 ménages pendant 12 mois. Les enquêtes ont débuté au mois de Septembre 2007 pour être clôturées en Septembre 2008.

Le travail était limité à l'analyse, voire estimation des revenus de la seule population du quartier Panzi.

0.6. DIFFICULTES RENCONTREES

Les difficultés rencontrées pendant la réalisation de ce travail peuvent être groupées en deux :

- celles liées au coût des enquêtes nous ont énormément coûté tant en

argent qu'en temps ;

- celles liées à la réticence des ménages face aux enquêtes menées. Ainsi

nous ont-ils soupçonné d'espion cherchant à découvrir les secrets de la

maison et surtout de leurs revenus.

CHAPITRE I. REVUE DE LA LITTERATURE

I.1. CONCEPTUALISATION

Pour vivre décemment, l'homme doit avoir de la nourriture saine, du logement salubre, des soins médicaux,.... lui procurant satisfaction. Cependant, la disposition de ces biens et services exige également celle des moyens ou revenus.

L'homme travaille ou investit en contrepartie d'une rémunération constituant son revenu ; toutefois il peut disposer de certains biens et services ou du revenu sans prester ni investir. Ainsi le revenu lui permet de consommer certains biens et services.

Dans ce point, il nous sera question de présenter brièvement des notions sur les concepts : ménage, revenu et consommation.

* 1 Gilbert Castelain, La pénurie n'est pas pour demain, éd. Ouvrière, Bruxelles, 1978, p.236.

* 2 Gilbert Castelain, op.cit., p.236.

sommaire suivant