WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Essai d'estimation du niveau de revenu de la population du quartier panzi

( Télécharger le fichier original )
par Jean Pierre MBALABALA CERUBALA
Université ouverte - Licence en gestion financière 2007
  

précédent sommaire suivant

Aidez l'hopital de Montfermeil

I.1.1. Le ménage

Le ménage est constitué de personnes partageant un même logement et un même revenu (3(*)).

Dans la théorie économique le ménage est défini comme un agent économique dont la fonction principale est la consommation.

Le ménage peut être réparti en deux catégories selon la population qui le compose suivant qu'elle est du ménage ordinaire ou hors ménage ordinaire(4(*)). Est appelé ménage ordinaire celui composé d'un groupe des personnes qui habitent ensemble quels que soient les liens juridiques qui les unissent. Par conséquent, le ménage peut se réduire à une personne.

Par contre la population hors ménage ordinaire est celle des ménages collectifs, c'est-à-dire celle comptée à part non réintégrée et celle des habitations mobiles cas des étudiants logés au campus.

Parallèlement à ces deux catégories des ménages, dans notre ville de Bukavu, les ménages sont composés soit des individus vivant seuls : célibataire, soit de deux individus seulement ou plusieurs n'ayant aucun lien juridique entre-eux : membres d'une communauté religieuse.

I.1.2. Le revenu

Le revenu d'un individu ou d'un ménage est celui qu'il peut consommer sans s'appauvrir (5(*)).

Le revenu joue un rôle important dans l'économie car les activités que font les agents économiques visent l'objectif d'en retirer un certain fruit : le revenu. Aussi faut-il que les ménages, pour satisfaire leurs besoins, disposent d'un revenu qui leur confère pouvoir d'achat de biens et services produits par les entreprises et qu'ils désirent acquérir.

Le ménage peut disposer de deux types des revenus provenant principalement de l'activité de production et de l'Etat.

Le revenu de l'activité de production est celui dont bénéficie le ménage, sous forme de rémunération, du fait de sa participation à l'activité  de production. Ce revenu constitue la contrepartie du travail, du capital, de la terre,... et est obtenu sous forme de salaire, du profit ou intérêt et de rente.

A part le revenu de la production, le ménage peut également recevoir de l'Etat des revenus sociaux. Ces revenus sont appelés revenus sociaux parce qu'ils sont transférés d'une caisse publique et redistribués à ceux qui en ont droit (6(*)). Les ménages reçoivent ces revenus sous forme des allocations sociales : allocations familiales, de chômage, etc.

Par ailleurs, le revenu des ménages peut être homogène ou hétérogène (7(*)). Il est dit homogène lorsqu'il est issu d'une seule activité : cas du traitement pour un fonctionnaire qui n'a aucune autre activité que son travail. Par contre le revenu est dit hétérogène lorsqu'il provient de deux ou plusieurs activités, dans ce revenu peuvent se trouver le salaire, la rente, le loyer, etc.

Cette analyse se limitant au niveau micro-économique où l'étude se fait selon que les agents économiques sont pris individuellement : ménages, entreprise, etc. ; cependant à l'échelle macroéconomique l'étude du revenu des individus d'une nation. En comptabilité nationale, ce revenu est donné par la somme des salaires, des intérêts, des profits et l'analyse se fait en terme des agrégats tel que le produit intérieur brut ( 8(*)).

Dans les pays où les prélèvements obligatoires se font régulièrement, les ménages disposent, pour effectuer leurs achats, d'un revenu disponible, c'est-à-dire celui qui reste après les prélèvements obligatoires et l'ajout des revenus sociaux au revenu primaire lequel provient des activités de production. 

Dans le cas de la province du Sud-Kivu et particulièrement la ville de Bukavu, il y a difficulté de spécifier les revenus des ménages. Difficulté due au fait que les activités de production sont quasi -inexistantes, voire les revenus sociaux ne sont pas distribués.

En outre, pendant les périodes d'instabilité politico-économique les réseaux sociaux informels se renforcent (9(*)), par conséquent les ménages pourvoient à leurs besoins grâce aux revenus provenant des activités informelles ; les aides interfamiliales, le petit commerce, constituent aussi des sources des revenus des ménages.

QUELQUES STATISTIQUES SUR LE REVENU

1. Evolution des revenus globaux des familles à Kinshasa en Zaïre

de 1969-1986

Tableau n°01 : revenus globaux des familles à Kishasa (1969-1986

Enquête

21969

Indice réel

1969/1970 IRES Houyoux

32,83

1,00

1975 IRES Houyoux

32,83

1,04

1985/1986 INS

34,19

1,04

1986 Houyoux

27,8

0,84

Source : Maton cité par Tom DEHET et S. MAYESSE ; « Economie informelle au Zaïre survie et pauvreté dans la période de transition », in Cahier africain n°21/22, 1996, p.67.

Le revenu des ménages kinois aurait augmenté de 4% au cours de la période de 1969-1975, soit une amélioration apparente de 1,36 ; amélioration apparente parce qu'il n'est pas tenu en compte les effets d'inflation.

Cependant, au cours de la période allant de 1975 à 1986 une baisse de 10%. Ce tableau montre la perte de pouvoir d'achat des ménages kinois. Au cours de 17 années les ménages kinois ont vu leurs revenus diminuer de 17%, d'où une perte de pouvoir d'achat qui se traduit par l'implosion de leur bien-être jusqu'au point où leur survivance est mise en péril (10(*)).

2. Revenus de la population de Bukavu 1997-1998

Dans leur travail, Shamavu et Tshisekedi montrent, à partir d'une estimation ou d'une approximation par les dépenses que le revenu réel des ménages bukaviens s'élève à 261,65$ le mois (11(*)).

Par ailleurs, Y.C. Barhanda, pour son cas spécifique portant sur le quartier Fariala de la Commune de Bagira, a estimé le revenu des ménages de ce quartier à 47,05$ par mois (12(*)).

* 3 Joseph Houyoux, Budget ménager, nutrition et mode de vie à Kinshasa, PUF, Kinshasa, 1973, p.54.

* 4 Bernard Simler et Alii, Initiation économique et sociale, Armand Colin, Paris, 1987, p.197.

* 5 J.R. Hicks, cité par A. Beitone et Alii, Dictionnaire des sciences économiques, Armand Colin, Paris, 2001, p.137

* 6 E. Wauthy et G. Brulard, Initiation économique et sociale, Namur, p. 137.

* 7 J. Milheu cité par J.M. Baharanyi, L'épargne en milieu rural : cas du groupement de Kaniola, 1999-2000, p. 24

* 8 J.L. Bomposo, Notes de cours de Comptabilité Nationale, inédit, Université Ouverte, 2008.

* 9 Maton, cité par Tom DEHET et S. MAYESSE ; « Economie informelle au Zaïre survie et pauvreté dans la

période de transition », in Cahier africain n°21/22, 1996, p. 115

* 10 Tom DEHET et MAYESSE, op. cit., p. 114.

* 11 J. Shamavu, M ET S. Tshisekedi, Approximation de niveau de revenus de la population de Bukavu par

l'approche de dépenses : une étude de Budgets ménagers à Bukavu, TFC, UCB, Bukavu 1997-1998.

* 12 Yvette Baranda, La pauvreté dans la ville de Bukavu : une estimation statistique et économique cas du quartier

Fariala, Commune de Bagira, TFC, UCB, inédit, Bukavu 1996-1997.

précédent sommaire suivant






Aidez l'hopital de Montfermeil

Appel aux couturier(e)s volontaires

Hack the pandemiuc !

Moins de 5 interactions sociales par jour