WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

L'abstentionnisme électoral au mali depuis l'avènement du multipartisme en 1992.

( Télécharger le fichier original )
par Madou NIMAGA
Université Cheickh Anta DIOP de Dakar - DEA en Science politique 2006
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

SECTION II : Le calendrier électoral.

Le calendrier électoral au Mali est souvent peu propice à une forte mobilisation électorale dans la mesure où il a coïncidé avec la saison des pluies. Cette saison est à profit par de nombreux Maliens pour les activités agricoles qui constituent d'ailleurs la principale occupation de la population.

Dans la même perspective, le temps du scrutin qui est normalement de dix heures d'horloge peut souvent s'avérer insuffisant pour une plus grande participation électorale.

Ainsi nous allons donc analyser ici, dans (un premier Paragraphe) la ténue d'élection pendant l'hivernage et dans (un deuxième Paragraphe) la durée du scrutin.

Paragraphe 1 : La tenue d'élection pendant l'hivernage. 

Pour ce qui concerne l'élection du Président de la République c'est la constitution, loi fondamentale qui réglemente la fixation du calendrier électoral en période normale comme en période d'intérim. La constitution dispose dans son article 32 que « Le premier tour de l'élection présidentielle a eu lieu vingt un jours au moins et quarante jours au plus avant l'expiration du mandat du Président en exercice ».

Quant aux calendriers des élections législatives et locales, ils sont à leur tour choisis par décret pris en conseil des Ministre.

En dépit de cet encadrement constitutionnel et institutionnel de la fixation des dates électorales, la pratique en la matière, nous montre une certaine coïncidence des dates électorales avec la période d'hivernage qui dure au Mali selon les régions de trois à six mois et est consacrée essentiellement par les populations rurales aux activités agricoles.

Depuis la consultation référendaire du 12 Janvier 1992 pour l'adoption de la constitution du 25 février 1992, la date des élections présidentielles, sont toujours fixées entre le mois d'Avril et le mois de juillet. Cette période coïncide très souvent avec les premières pluies que le monde rural met à profit pour les travaux champêtes.

Au Mali, les 2/3 de l'électorat se trouvant en milieu rural et ont principalement comme activité professionnelle l'agriculture. Si l'on sait qu'un électorat essentiellement composé de cultivateurs n'est pas disposé à laisser le champ pour le bureau de vote, dans un pays où la culture politique des masses n'est pas assez élevée et ou la chose politique manque souvent de crédit aux yeux de nombre de citoyens.

La coïncidence des périodes électorales avec la saison des pluies dans un pays à vocation agro-sylvo postasoral comme le Mali est donc susceptible de réduire la tendance à l'abstention électorale qu'on observe lors des consultations électorales.

Il ressort de l'enquête de 2003 sur la perception de la démocratie au Mali que l'abstentionniste est majoritairement de sexe féminin vivant en milieu rural et se recrute principalement parmi les agriculteurs, les ménagères et les artisans.

Toujours au terme du même enquête, ils sont 40% des sondés à affirmer que : « Les élections ont coïncidé avec l'hivernage » et donc de surcroît constitue un motif d'abstention. C'est l'une des réponses à la question : « A votre avis, pourquoi certains Maliens n'ont pas voté ? ».

En d'autres termes, s'il pleut le jour du scrutin dans un pays comme le notre, où certains bureaux de vote sont placés souvent sous des hangars en paillote.

En plus, le Mali expérimente les bureaux de vote mobile ou itinérant. Dans ces conditions en cas de pluies diluviennes, le scrutin risque d'être paralysé.

Pour éviter de telle situation, nous suggérons un décalage du calendrier électoral vers le premier trimestre de l'année, c'est-à-dire, entre les mois de Janvier et Mars ; et un couplage des élections présidentielles et législatives le même jour. Ceci permettra d'éviter d'éventuelles coïncidences entre les périodes électorales et hivernales. Aussi, le couplage des élections présidentielles et législatives permettra d'accentuer les enjeux électoraux, de rationnaliser le coût de l'organisation voire de favoriser une plus grande mobilisation électorale.

Ainsi, nous allons nous pencher maintenant sur l'impact de la durée du scrutin sur la participation électorale.

précédent sommaire suivant






Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy