WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Analyse des paramètres morphométriques, climatologiques et hydrométriques du bassin du Kasaà dans sa partie congolaise


par Modeste KISANGALA MUKE
Université de Kinshasa - Troisième Cycle (MSc) 2009
  

précédent sommaire suivant

III. 1. 1. 7. COURBE HYPSOMETRIQUE

L'effet du relief sur un hydrogramme est très important : une pente forte correspond à une durée plus faible de concentration des eaux de ruissellement dans les canaux de drainage.

Le relief est souvent caractérisé par la courbe hypsométrique du bassin ; on porte une altitude donnée en abscisses et en ordonnées la surface du bassin pour laquelle chaque point est à une cote au moins égale à cette altitude. Enfin, la courbe hypsométrique s'établit en planimétrant les surfaces correspondant à la définition de l'ordonnée pour chacune des courbes de niveau (ESKENASI, 1991)

Cette courbe hypsométrique peut aussi servir de référence pour les valeurs de H5 et H95 dans le calcul d'indice global d'un bassin versant.

L'allure de cette courbe altimétrique nous donne plusieurs renseignements sur la morphologie du bassin versant. Nous pouvons déterminer les zones navigables et non navigables. De l'altitude inférieure à 300 m (vers Kwamouth) jusqu'à l'altitude 400m, la rivière est navigable. Cette tranche couvre pratiquement le bief navigable de la rivière Kasaï jusqu'aux environs de Ndjoku-punda.

De l'altitude supérieure à 450m, la rivière Kasaï est marquée d'abord par une faible mouille et devient non navigable ; c'est aussi la zone des rapides jonchées de plusieurs rochers. Les zones dont les altitudes sont supérieures à 600m sur l'ensemble du bassin versant constituent les zones d'exploitation des pierres précieuses, et ce, jusqu'en Angola.

Les courbes hypsométriques demeurent un outil pratique pour comparer plusieurs bassins entre eux ou les diverses sections d'un seul bassin. Elles peuvent, en outre, servir à la détermination de la pluie moyenne sur un bassin versant et donnent des indications quant au comportement hydrologique et hydraulique du bassin et de son système de drainage.

Cette courbe hypsométrique peut aussi nous permettre de calculer l'altitude moyenne et médiane :

a. L'altitude moyenne

L'altitude moyenne se déduit directement de la courbe hypsométrique ou de la lecture d'une carte topographique. On peut la définir comme suit :

Avec :

Hmoy : altitude moyenne du bassin [m] ;

Ai : aire comprise entre deux courbes de niveau [km2] ;

hi : altitude moyenne entre deux courbes de niveau [m] ;

A : superficie totale du bassin versant [km2].

Pour le cas présent, considérons par exemple les courbes de 300m et 350m, l'aire comprise entre les deux courbes vaut Ai= 94452,20 km2, l'altitude moyenne entre les deux courbes vaut hi= 325m et l'aire totale du bassin étant connue, nous pouvons calculer l'altitude moyenne notamment en nous référant au tableau1 pour toutes les surfaces comprises entre les courbes de niveaux:

Hmoy=

Hmoy = 553,1m

L'altitude moyenne est peu représentative de la réalité. Toutefois, elle est parfois utilisée dans l'évaluation de certains paramètres hydrométéorologiques ou dans la mise en oeuvre de modèles hydrologiques.

précédent sommaire suivant