WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Analyse des paramètres morphométriques, climatologiques et hydrométriques du bassin du Kasaà dans sa partie congolaise

( Télécharger le fichier original )
par Modeste KISANGALA MUKE
Université de Kinshasa - Troisième Cycle (MSc) 2009
  

précédent sommaire suivant

IV. 2. 1. 2. TEST DE MOYENNE

Ce test de moyenne va nous permettre de décider s'il y a présomption d'augmentation significative ou présomption de diminution significative selon que la moyenne calculée en rapport avec l'erreur type de la moyenne sera soit supérieure ou inférieure à la normale établie par BULTOT à la station d'Inongo. Ce test se calcule par :

N'ayant pas trouvé l'écart calculé par BULTOT, nous avons contourné l'extension de la moyenne calculée par l'intervalle de confiance à 95% pour les échantillons de plus de 30 valeurs. Sur ce, l'erreur type de la moyenne calculée est défini par l'I.C : +/- 1,96

Avec  : écart type de la série (279,8mm)

n : la taille de l'échantillon (37)

 : moyenne de la série (1864,3mm)

ì : la normale établie par BULTOT

- Lorsque ì est inférieur à +1,96 (supérieur), il y a alors présomption d'augmentation plausible significative des pluies ;

- Lorsque ì est supérieur à -1,96 (inférieur), il y a dans ce cas présomption de diminution plausible significative des pluies.

=

Pour supérieur = 1864,3 + 90,2 = 1954,5mm

Pour inférieur = 1864,3 - 90,2 = 1774,1mm

Nous nous retrouvons devant les deux cas ou ì < supérieur et ì > inférieur : encore la décision reste mitigée. Dans des cas pareils, il est souvent conseillé de comparer la valeur de la normale à celle de la moyenne calculée et ensuite, on opte pour la valeur de la moyenne calculée si elle est supérieure ou inférieure à la normale. Donc, la décision tend vers la présomption d'augmentation significative des pluies à la station d'Inongo.

IV. 2. 2. EVAPORATIONS

Les observations météorologiques du paramètre évaporations au poste d'Inongo ont cessé d'être opérationnelles depuis 1990. Néanmoins, celles faites de 1955 à 1990, montrent quand même une certaine évolution positive.

L'allure de cette courbe peut se subdiviser en deux parties : la première qui commence en 1955-1956 et se termine en 1972-1973 et la deuxième partie quand à elle débute en 1972-1973 et se termine en 1987-1988.

La première quinzaine d'années a été marquée par une augmentation graduelle des évaporations chaque année jusqu'à l'année hydrologique 1972-1973 où la hauteur des évaporations a atteint le point d'inflexion qui équivaut à 1059mm, hauteur des évaporations qui a dépassé la normale (1050mm) à la station d'Inongo (BULTOT, 1972). Cette augmentation des évaporations dans cette quinzaine a évolué en - dessous de la moyenne annuelle de la série.

La seconde quinzaine dénote une diminution graduelle des évaporations au fur et à mesure que les années avancent. Cette diminution a basculé plus au dessus de la moyenne annuelle et ce, entre 970mm et 760mm, situation que nous pouvons observer respectivement en 1978-1979 et en 1988-1989. Cette diminution des évaporations durant la deuxième quinzaine s'explique dans le sens de la reconstitution de la réserve pour l'alimentation des écosystèmes.

précédent sommaire suivant