WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Une approche sociologique de la prise en charge de la malnutrition infantile sévère par l'ong BEFEN dans le département de Mirriah

( Télécharger le fichier original )
par Lamine KALLA ADAMOU
Université Abdou Moumouni de Niamey - Maitrise en Sociologie 2011
  

précédent sommaire suivant

3.2.2. Contexte général

Le Niger est l'un des pays les plus pauvres au monde. Sa population a peu accès aux services sociaux de base alors que le pays est en situation d'insécurité alimentaire permanente. Les crises alimentaires sont cycliques, augmentant à chaque fois la vulnérabilité des plus pauvres. Aux déficits agricoles (au moins 30% de déficit par rapport à 2009) s'ajoute l'incapacité des ménages les plus vulnérables à mobiliser des ressources suffisantes pour leur subsistance. Les prévisions concernant la sécurité alimentaire 2010 au Niger étaient très alarmantes et plusieurs indicateurs prévoyaient une dégradation de la situation alimentaire vers la fin du premier trimestre 2010. Actuellement, la capacité des ménages nigériens à subvenir à leurs besoins alimentaires est d'ores et déjà sérieusement compromise. Ceci s'explique notamment par :

ü une faible disponibilité alimentaire: même si dans l'ensemble la production de 2010 au Niger est légèrement excédentaire car l'équilibre est fragile et certaines zones comme Tanout ou Mirriah ;

ü une mauvaise accessibilité économique : la montée des prix prévisible, associée à une augmentation du nombre de ménages très vulnérables, privent une grande partie de la population des denrées alimentaires disponibles sur le marché.

Sur la base de l'enquête du système national d'alerte précoce de décembre 2009, FEWS NET a conclu qu' « en 2010, même sans choc additionnels il est probable qu'environ 2,7 millions de personnes se trouveront en insécurité alimentaire et ces personnes auront besoin d'une aide d'urgence et d'un soutien nutritionnel.»

A l'heure actuelle BEFEN soutient 17 CSI (CRENAS) sur un total de 36 que compte le district sanitaire de Mirriah. Dans les CSI ne bénéficiant d'aucun soutien d'organisations partenaires, l'activité nutritionnelle est presque inexistante étant donné le manque de médicaments appropriés, de ressources humaines et d'aliments thérapeutiques.

La situation dans le district de Mirriah est telle que les autorités locales ne pourront faire face seules à un phénomène de cette ampleur et ont d'ailleurs appelé à l'aide internationale d'urgence en date du 10 mars 2010.

3.2.3. Objectifs et stratégies

L'objectif général de l'ONG est de fournir un appui intégré au district sanitaire de Mirriah afin de contribuer à la réduction de la mortalité infanto juvénile en améliorant l'efficience et la qualité de la prise en charge des cas de malnutrition aiguë (sévère et modérée) et de paludisme chez les enfants de 0 à 5 ans.

Objectifs spécifiques : La stratégie d'intervention CRENAS-CRENI est l'intégration aux structures de santé du district. Dix sept équipes fixes et une équipe au niveau de l'hôpital du district sont mises en place et travaillent en étroite collaboration avec les agents des CSI et de l'Hôpital de District.

Pour la mise en oeuvre de ces activités l'ONG BEFEN dispose des moyens en ressources humaines et logistiques adéquats.

Les objectifs spécifiques sont :

ü augmenter l'accessibilité et la qualité de la prise en charge des cas de malnutrition aiguë sévère et modérée en ambulatoire (CRENAS).

ü renforcer la capacité d'accueil du CRENI pour assurer une meilleure qualité dans la prise en charge des cas de malnutrition aiguë sévère avec complications à l'hôpital de district.

ü renforcer le système de gratuité de soins chez les enfants de moins de 5 ans.

ü renforcer les compétences du personnel dans la prise en charge de la malnutrition ;

ü soutenir le district sanitaire dans les références des CSI vers l'hôpital de district ;

ü appuyer le district sanitaire en ressources humaines, matériels et intrants pour la prise en charge du pic de paludisme. 

ü développer un réseau des agents communautaires sur un volet transversal du projet.

précédent sommaire suivant