WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Pixar et dreamworks : une guerre animée

( Télécharger le fichier original )
par Cédric Cabaussel
Université Montpellier 3 Paul Valery - Master en études cinématographiques 2011
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

b. La création des studios Pixar.

Une année avant l'acceptation de cette nouvelle technologie par Disney, John Lasseter fut renvoyé. Cet homme n'était qu'un animateur parmi les autres mais son désir de faire de

11 Ibid., p. 50.

12 Roger Allers et Rob Minkoff, Le Roi Lion, 1994.

13 Op. cit., James B. Stewart, Le Royaume enchanté, p. 88.

14 Idem ibidem.

6

l'animation numérique l'enchantait. Il y voyait un renouveau et une nouvelle manière de raconter les histoires mais les anciens dirigeants n'étaient pas du même avis15. C'est en cette année 1983 qu'il croise la route de Ed Catmull, le créateur de ce programme qui permet de faire ce nouveau type d'animation. Cette création révolutionnaire avait amené Catmull vers George Lucas, lui aussi fasciné par cette machine. Il fit ainsi ses preuves sur L'Empire contre-attaque16 et fut nommé à la tête de la récente Computer Division, branche de la société d'effets spéciaux de Lucas17. Dès lors, la technologie n'a cessé de progresser et a permis de faire quelques séquences cinématographiques spectaculaires pour l'époque, comme ce fut notamment le cas sur Star Trek II18. Pourtant, il manquait un animateur dans l'équipe de Ed Catmull, quelqu'un avec assez d'expérience pour entreprendre des créations originales utilisant seulement l'ordinateur. John Lasseter était le client idéal. La LucasFilm Computer Graphics commence alors à se faire une petite renommée. Elle change également de nom en adoptant celui de Pixar en référence au Pixar Computer Graphics, ordinateur développé pour rendre le travail moins fastidieux et plus rapide.

Illustration 2 : Les Aventures d'André & Wally B, premier court métrage d'animation 3D.

Steve Jobs, récemment renvoyé d'Apple, découvre Pixar lors d'une visite chez LucasFilm. Il est immédiatement conquis par leur premier court-métrage des Aventures d'André & Wally B19. Il achète la société de George Lucas en janvier 1986 contre dix millions de dollars 20 et fait de Pixar une société libre. La petite entreprise Pixar est

maintenant constituée du trio Lasseter/Catmull/Jobs, l'animateur, le programmeur et l'homme d'affaires. La société était en marche. Mais tout ne s'est pas déroulé pour le mieux et de nombreux obstacles se sont en effet dressés sur le chemin de Pixar vers la gloire. Le budget en est le principal : le studio, à ses débuts, ne rapportait rien. Steve Jobs ne

15 http://www.allocine.fr/personne/fichepersonne-68080/interviews/?cmedia=19233470. Consulté le 20 février 2012.

16 Irvin Keshner, Star Wars, Episode V : l'Empire contre-attaque, 1980.

17 David Price, The Pixar Touch : the making of a company, p. 33.

18 Nicholas Meyer, Star Trek II : la colère de Khan, 1982.

19 John Lasseter, Les Aventures d'André & Wally B, 1984.

20 Leslie Iwerks et al., To infinity and beyond !: the story of Pixar Animation Studios, p. 52.

7

lâcha cependant pas l'affaire et fit de nombreux chèques pour alimenter la société, insistant sur le fait qu'il était possible de faire de grandes choses avec cet ordinateur. Le premier court-métrage de Pixar est créé en 1986 : Luxo Jr21. Écrit, dessiné et animé par John Lasseter, Luxo Jr. met en scène une lampe joueuse devenue la mascotte de la société. En 1988, un nouveau court-métrage est créé, Tin Toy22, l'ébauche d'un certain Toy Story, qui permit à la jeune entreprise de gagner son premier Oscar. Forts de cette récompense et de la reconnaissance qu'on leur attribue désormais, les hommes de Pixar voient plus loin et souhaitent réaliser le premier long métrage entièrement créé par ordinateur, un première mondiale. La prise de risque est grande tout comme le budget. « Il est très amusant de réaliser l'impossible »23, plus qu'une simple phrase de Walt Disney, une attitude qu'aimait Steve Jobs.

Les court-métrages de Pixar ont été très appréciés par Disney et en particulier par Jeffrey Katzenberg. La Walt Disney Company, à cause de l'achat important d'ordinateurs Pixar était alors leur plus gros client. Katzenberg souhaitait que cette collaboration aille plus loin, c'est pourquoi il désirait mettre en place un partenariat avec Pixar. Pixar, alors au bord de la faillite, accepta l'offre de Disney et un contrat de trois films est conclu en juillet 199124. Dans ce contrat, Disney détenait la propriété du film et des personnages mais aussi le contrôle artistique. Il pouvait également stopper le projet quand bon lui semblait. Disney détenait aussi le droit de produire les deux longs-métrages suivants et de réaliser des suites avec les personnages du film. Pour terminer, la compagnie verserait 12,5% des recettes à Pixar. La liberté acquise par Pixar n'est qu'un lointain souvenir mais Toy Story, idée de John Lasseter, pouvait enfin prendre forme. S'en suivent des changements incessants de scénario sous les ordres de Katzenberg. Parmi le plus important, le personnage de Woody, jouet au départ sympathique, devenu jaloux et méchant. Le budget, initialement fixé à 17,5 millions de dollars25, s'est envolé suite à ces changements permanents. Le manque budgétaire était donc comblé par Jobs dont la grande confiance en son équipe ne faiblissait pas. Il expliqua plus tard : « Katzenberg avait tout fait foirer. Il désirait que Woody soit le méchant de l'histoire. Quand il a voulu nous couper les vivres, c'est nous qui l'avons éjecté. On lui a dit : « Ce n'est pas le film qu'on veut faire ! « Et on l'a fait à notre façon. »26 Cette sorte de dualité n'était que les prémices de la bataille débutée quelques années plus tard lorsque le même Jeffrey

21 John Lasseter, Luxo Jr., 1986.

22 John Lasseter, Tin Toy, 1988.

23 Walter Isaacson, Steve Jobs: a biography, p. 318.

24 Greg Ptacek, « Disney, Pixar pact on 3-D animation », The Hollywood Reporter, 12 Juillet 1991.

25 Op. cit., David Price, The Pixar Touch: the making of a company, p. 133.

26 Op. cit., Walter Isaacson, Steve Jobs: a biography, p. 322.

8

Katzenberg créa son propre studio d'animation, DreamWorks Animation, futur grand concurrent de Disney et Pixar, dont le premier film serait Fourmiz27 quelques semaines avant le 1001 Pattes28 de Pixar, lui aussi un film d'animation sur les fourmis.

précédent sommaire suivant