WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La taudification de la commune de Lingwala : causes, conséquences et perceptive de rénovation en quartier durable


par Jean Pierre BWAZU DUNGIA
Institut supérieur d'architecture et d'urbanisme(I.S.A.U):Kinshasa/RDC - Licence 2012
  

sommaire suivant

INTRODUCTION GENERALE

0.1. PROBLEMATIQUE

C'est indiscutablement dans les agglomérations urbaines que se joue l'avenir économique, social et environnemental de la planète. Les espaces urbains constituent des lieux majeurs de l'action régulatrice des sociétés sur elles-mêmes et sur leurs environnements. L'on ne peut réguler efficacement le changement urbain, développer durablement les villes sans réaliser un diagnostic préalable des tendances. Un nouveau régime d'urbanisation s'est installé depuis la fin des trente dernières années. A l'échelle globale, il se caractérise par la formation de régions métropolitaines de plus en plus insérées dans les réseaux d'échanges internationaux. A l'échelle locale, le changement urbain se manifeste par la formation d'espaces construits, de plus en plus étalés, hétérogènes et fragmentés, dont la cohérence du fonctionnement est assurée par des transports motorisés. Ces tendances de l'urbanisation ont d'importants impacts sur les écosystèmes, le métabolisme des ressources naturelles et la qualité de vie des citadins1(*).

Cela fait exactement cinquante-deux ans (1960-2012) que la République Démocratique du Congo a accédé à l'indépendance. Sur le plan urbanistique de la ville de Kinshasa(capitale de la RDC), le colonisateur avait prévu des espaces verts, pour un cadre de vie urbain, verdoyant, permettant d'embellir la ville et de se détendre avec des espèces d'arbres de la forêt équatoriale et importées. De 1960 à 1975, la même politique publique urbanistique était respectée à la lettre. En effet, de 10 987 habitants, à la création de la ville de Kinshasa, la population kinoise est passée de 404 620 en 1960 à 6 062 000 habitants en 2000. Selon le recensement administratif de 2005, les dernières estimations sont à 7 500 000 habitants. Cette population, estime-t-on, pourrait atteindre plus de 12 millions d'habitants en 2015, se hissant ainsi parmi les 30 plus grosses agglomérations mondiales (United Nations, 2007)2(*).

De ce fait, la ville de Kinshasa concentre du coup tous les problèmes que l'on retrouve dans les grandes villes des pays sous-développés, en particulier la défaillance du système de gestion de l'environnement urbain, qui se traduit, entre autres, par une diversité de pollutions urbaines. Singulièrement, ces pollutions sont très remarquables dans les quartiers et communes anciennes (Lingwala, Kinshasa, Barumbu, Kintambo...), à forte concentration humaine et dans des foyers économiques du type marché, où se concentre, à longueur de journées, même jusque tard la nuit, une multitude de personnes.

La ville de Kinshasa en général et les anciennes cités en particulier sont en train de se dégrader ou se taudifier, au jour le jour. Ce phénomène est observable dans la commune de Lingwala. Or, celle-ci était construite suivant certaines normes urbanistiques, mais aujourd'hui, elle ne reflète nullement une cité créée avec respect de normes en matière d'urbanisme, suite aux occupations de tous les espaces libres laissés dans le plan d'aménagement, pour des fonctions précises. Ces derniers sont occupés par des constructions.

Au regard de cette courte analyse, voici quelques préoccupations auxquelles nous allons tenter de répondre tout au long du présent travail :

Ø Quel a été la dynamique spatiale de la commune de Lingwala, de 1900 à 2012 ?

Ø Qu'est-ce qui est à la base de la forte taudification dans la commune de Lingwala ?

Ø Quelles sont les conséquences de cette taudification ?

Ø Quelles solutions durables proposer pour réduire l'impact environnemental de la taudification, tout en intégrant des critères économiques, sociaux et écologiques pour un développement plus harmonieux?

0.2. HYPOTHESES

Corrélativement aux questions formulées dans la problématique, nous considérons que :

Ø La dynamique spatiale de la commune de Lingwala aurait été marquée par le phénomène de bourrage interne ;

Ø La taudification de la commune de Lingwala serait liée à plusieurs facteurs ;

Ø Les conséquences de la taudification de la commune de Lingwala seraient multiples ;

Ø Pour réduire l'impact environnemental de la taudification dans la commune de Lingwala, il serait important de créer un Eco quartier ou un quartier durable.

0.3. DELIMITATION DE L'ETUDE

Comme tout travail scientifique, la présente étude est délimitée dans le temps et dans l'espace.

Ø Dans le temps, pour plus de clarté, ce travail analyse la dynamique spatiale de la commune de Lingwala, de la période allant de sa création jusqu'à 2012.

Ø Dans l'espace : cette étude concerne plus précisément dans la commune de Lingwala, dans la ville de Kinshasa, la capitale de la République Démocratique du Congo.

Le choix de ce sujet s'explique par le fait que la taudification dans les anciennes cités de la ville de Kinshasa est actuellement un fléau et mérite une attention particulière des éco-urbanistes. L'ampleur que prend la taudification de la commune de Lingwala préoccupe, car la dégradation de l'environnement de cette entité urbaine doit être prise en compte, pour pallier aux insuffisances et aux dégâts qui guettent cette commune, du point de vue urbanistique, sanitaire, économique, social et environnemental.

0.4. INTERET DE L'ETUDE

Cette étude revêt un triple intérêt, notamment sur les plans théorique, pratique et urbanistique.

Sur le plan théorique ou scientifique, cette étude apporte des résultats et approfondie les connaissances dans le domaine de l'habitat, de l'environnement et l'écologie urbaine.

Sur le plan pratique ou social, elle pourra permettre, par ses résultats, aux autorités politico-administratives, aux promoteurs immobiliers et autres partisans qui oeuvrent dans le domaine de l'habitat et de l'environnement, de saisir l'importance des altérations liées à la taudification des anciennes cités de la ville de Kinshasa et les occupations intra-muros à Lingwala.

Sur le plan urbanistique, nous donnons des pistes d'aménagement permettant d'avoir des espaces de vie qui replacent l'usager et son comportement au centre des préoccupations, en facilitant ses activités quotidiennes, tout en préservant l'environnement.

0.5. OBJECTIFS

En réalisant cette étude, nous avons poursuivi deux objectifs, dont l'objectif principal et les objectifs spécifiques.

0.5.1 Objectif Principal

L'objectif principal poursuivi dans ce travail est de proposer une rénovation qui va résoudre le problème de la taudification qui frappe la commune de Lingwala, mais aussi de suggérer un certain nombre de mesures pouvant épargner une mauvaise gestion du dit quartier rénové.

0.5.2 Objectifs Spécifiques

Les objectifs spécifiques de ce travail sont de:

Ø Spécifier les différentes périodes qui ont marqué significativement la taudification de la commune de Lingwala ;

Ø Définir les causes et conséquences de cette taudification ;

Ø Et enfin, proposer un plan de rénovation pouvant intégrer l'aspect de développement durable.

0.6. DIFFICULTES RENCONTREES

La réalisation de ce travail, comme toute recherche scientifique, a connu plusieurs difficultés auxquelles nous nous sommes heurtés et qui ont été principalement d'ordre scientifique, social, matériel et méthodologique. De ce fait, nous citons entre autres :

Ø Le manque de documents (ouvrages et cartes) et statistiques traitant de manière particulière le problème des occupations intra-muros dans la ville de Kinshasa ;

Ø La fermeture de certaines bibliothèques que nous avons eu l'habitude de fréquenter ;

Ø La monétisation des données auprès des services communaux de Lingwala ;

Ø La lenteur des services administratifs de la commune de Lingwala ;

Ø L'insuffisance de moyens financiers pour la réalisation rapide de certaines tâches ;

Ø La distance du site d'étude par rapport à la résidence (lieu de provenance).

0.7. STRUCTURE DU TRAVAIL

Ce travail comporte, en plus de l'introduction et de la conclusion générale, cinq chapitres.

Ø Le premier chapitre est consacré aux considérations générales.

Ø Le deuxième chapitre quant à lui concerne du milieu, les méthodes et techniques.

Ø Le troisième a comme contenu, la dynamique spatiale de la commune de Lingwala.

Ø Le quatrième aborde les causes et conséquences de la taudification dans la commune de Lingwala.

Ø Le cinquième et dernier chapitre concerne les propositions de rénovation de la commune de Lingwala en quartier durable ou éco quartier.

* 1LEROY, A., (2010), «Eco-quartiers, topos d'une éco politique ?», Revue internationale des livres et des idées, P15

* 2KASSAY NGUR-IKONE, J, (2009), La politique publique de la gestion des espaces verts par l'hôtel de ville de Kinshasa, Harmattan, Kinshasa, P2

sommaire suivant