WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Définition d'un outil cartographique d'aide à  la décision dans le domaine de la méthanisation


par Johan Poquet
Université Rennes 2 Haute Bretagne - Master 2 Aménagement du Territoire - Gestion de l'Environnement 2013
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

CONCLUSION

La méthanisation est actuellement, avec les initiatives prises par l'Allemagne depuis le début des années 2000 et plus récemment celles engagées par la France, une source d'énergie renouvelable en pleine expansion, comme a pu l'être le photovoltaïque avant le moratoire de décembre 2010. Les subventions de l'ADEME pour développer de nouveaux projets sont de plus en plus nombreuses, et le plan EMAA présenté par l'État en mars 2013 inscrit cette filière sur des perspectives de long terme (MEDDE, 2013, [48]).

Le modèle français se distingue légèrement de ses voisins européens, tirant profit des expériences allemande, suédoise et danoise. Les unités de faible puissance ne sont pas privilégiées, au profit de celles supérieures à environ 200 Kwe. Cependant, les usines à très forte puissance (supérieures à environ 1000 Kwe) restent assez minoritaires pour autant. La France met en avant un modèle intermédiaire, misant avant tout sur une valorisation des déchets issus de l'agriculture et de l'industrie agro-alimentaire. Les cultures énergétiques subventionnées Outre-Rhin ne sont donc pas autorisées, seules les cultures dérobées peuvent permettre une optimisation de la production d'énergie d'une unité. La valorisation de la chaleur est une condition indispensable à l'obtention d'aides de l'État, et fait donc partie des caractéristiques de ce modèle « à la française » émergent, tout comme la possibilité de valoriser le biogaz en l'injectant sur le réseau de transport de gaz naturel GrT depuis 2011 (GrDF, 2011, [41].

La filière du biogaz a donc de l'avenir : l'ATEE estimait déjà en 2011, selon les objectifs fixés par l'Etat pour 2020 (23% d'énergie renouvelable), que la filière, avec l'électricité et la chaleur, pouvait créer 10 900 emplois par an liés au développement et 4 800 emplois permanents (ATEE, 2011, [22]). Dans son scénario de transition énergétique de 2013 basé sur une baisse des émissions de gaz à effet de serre et une sortie du nucléaire, Greenpeace met également au centre de son projet la filière du biogaz (Greenpeace, 2013, [43]).

Tout cela valide la stratégie actuelle de la société Armorgreen de diversifier ses activités en proposant des solutions « clés en main » pour le développement d'unités de méthanisation. Cependant, celle-ci doit pouvoir s'appuyer sur une logique de prospection sur le territoire. En effet, à l'échelle d'une région, les zones les plus propices au développement d'unités doivent pouvoir être identifiées. Les détails relatifs aux gisements, à la concurrence, aux contraintes du territoire doivent donc être connus et facilement localisables. À une échelle plus fine, les différents services de la société doivent pouvoir orienter un choix de prospection entre deux communes, afin d'optimiser le temps et la productivité de chacun des salariés.

Cette étude avait donc pour ambition de créer un outil cartographique d'aide à la décision pour l'entreprise, afin d'élaborer une réelle stratégie de prospection sur le territoire. La Bretagne, la Basse-Normandie et les Pays de la Loire sont les régions qui furent retenues pour mettre au point celui-ci, développé à l'aide du logiciel ArcGIS 10. Il répond globalement aux attentes de la société, avec une variation des échelles d'étude qui reste possible, et une production rapide de cartes qui illustrent aisément les caractéristiques du territoire étudié pour le développement de la filière (gisements, concurrence, valorisation, contraintes territoriales).

Enfin, cet outil peut néanmoins être amené à évoluer, afin de le perfectionner. Des pistes ont été citées, notamment concernant l'attribution des coefficients de pondération qui peuvent certainement être affinés. L'espace de référence sur lequel se base le modèle (région, département) pourrait également être modifié, afin de prendre en compte les particularités locales du territoire.

82 | P a g e

POQUET Johan Société Armorgreen

M2 Géographie - Aménagement du Territoire - ETA - 2013 Université Rennes II

GLOSSAIRE

ADE : Agence Danoise de l'Énergie

AEE : Agence Européenne de l'Environnement

ADEME : Agence De l'Environnement de la Maitrise de l'Énergie

AILE : Association d'Initiative Locales pour l'Énergie et l'Environnement

APB : Arrêté de Protection de Biotope

APESA : Centre Technologique en Environnement et Maîtrise des Risques

ATEE : Association Technique Énergie Environnement

BD : Base de Données

CC : Communauté de Commune

CGDD : Commissariat Général au Développement Durable

CLC : Corine Land Cover

CNTP : Conditions Normales de température et de pression

DATAR : Délégation Interministérielle à l'Aménagement du Territoire et à l'Attractivité Régionale

DGPR : Direction Générale de la Prévention des Risques

DBFZ : Deutsches Biomasse Forscungs Zentrum

EDF : Électricité De France

EEG : Emeuerbaren Energie Gesetz

EMR : Énergie Marine Renouvelable

FiT CfD : Feed-in Tariffs with Contracts for Difference

FNAL : Fond National d'Aide au Logement)

GDF : Gaz de France

GES : Gaz à Effet de Serre

GNV : Gaz Naturel pour Véhicule

IAA : Industrie Agro-Alimentaire

ICPE : Installation Classée pour la Protection de l'Environnement

IGN : Institut Géographique National

INPN : Inventaire National du Patrimoine Naturel

INSEE : Institut National de la Statistique et des Etudes Economique

ISDND : Installations de Stockages de Déchets Non Dangereux

MEDDE : Ministère de l'Ecologie, du Développement Durable et de l'Énergie

PCCE : Production Combinée de Chaleur-Electricité

PME : Petite et Moyenne Entreprise

PNR : Parc Naturel Régional

RBD : Réserve Biologique Domaniale

REN21 : Renewable Energy Policy Network for the 21st Century

RGA : Recensement Général Agricole

RN : Réserve Naturelle

RNCFS : Réserve Naturelle de Chasse et de Faune Sauvage

RO : Renewables Obligation

RTE : Réseau de Transport d'Électricité

SIC : Site d'Intérêt Communautaire

SIG : Système d'Information Géographique

SINOE : Système d'Information et d'Observation de l'Environnement

SIRENE : Système Informatique pour le Répertoire des ENtreprises et des Établissements

SIVOM : Syndicat Intercommunal à VOcation Multiple

SIVU : Syndicat Intercommunal à Vocation Unique

SMTTDM : Syndicat Mixte de Transport et de Traitement des Déchets Ménagers

UIOM : Usine d'Incinération des Ordures Ménagères

ZA : Zone d'Activité

ZDE : Zone de Développement pour l'Eolien

ZES : Zone en Excédent Structurel

ZICO : Zone Importante de Conservation des Oiseaux

ZNIEFF : Zone Naturelle d'Intérêt Ecologique, Faunistique et Floristique

ZPS : Zone de protection Spéciale

ZRR : Zone de Revitalisation Rurale

83 | P a g e

POQUET Johan Société Armorgreen

M2 Géographie - Aménagement du Territoire - ETA - 2013 Université Rennes II

précédent sommaire suivant






Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy