WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Le journal télévisé en Chine et en France


par Shengxuan MI
Université de paris 3 (Sorbonne Nouvelle) - Master 2013
  

précédent sommaire suivant

II. synthèses bibliographiques

1. L'évolution du système des médias en Chine, Fang Hanqi, Zhang Zhihua

Selon les deux auteurs, la politique et les médias s'influencent et dépendent l'un de l'autre. La relation entre les deux évolue selon le contexte historique et le temps. La Chine était encore une société très fermée il y a trente ans, une société « totalité » qui est représentée par une totalité de pouvoir. Dans ce contexte, tout le pays, le gouvernement, les médias même la vie des gens sont strictement contrôlés. Le gouvernement monopole toutes les ressources et manipule tout le système politique, incluant tous les médias. Cette société centralisée prend un grand risque de blocus de l'information. Étant donné qu'une institution est mise en place pour émettre et transmettre des informations, le système de média est hautement politisée. La

MI Shengxuan MEMOIRE M1

11

révolution culturelle lancée par l'extrême politique a rendu la situation pire.24

La politique de « la réforme et l'ouverture » a changé la situation. Toute réforme en Chine est de haut en bas ce qui s'agit que la réforme doit partir de la politique elle-même. Le but de la réforme de 1978 en vue de décentraliser tout pouvoir et toutes les ressources dominés par le gouvernement et le parti était de promouvoir directement le développement de la Chine en économie, culture et société. 25

Les médias sont les premiers bénéficiers de cette politique, ils sont possédés de plus en plus de façon autonome depuis la réforme. A cause de la particularité du système politique chinois, nous n'arrivons pas comprendre l'influence profonde de cette réforme sur le système média en Chine sans comprendre deux termes : « Shi ye » et « Qi ye ».26 Le premier terme fait référence aux services ou oeuvres établis sous une grande responsabilité et contrôle de l'Etat au profit collectif de l'État. Le deuxième terme s'agit de « entreprise » qui assure elle-même la responsabilité des gains et des pertes. La réforme consiste à diminuer le support financier de l'État, les médias sont passés de l'identité unique de « shi ye » à l'identité de « qi ye » en plus.27

Cette politique financière, avec l'objectif de diviser le stress financier de l'État, divise également dans la réalité le droit de décision, ce qui permet de céder un grand espace libre au développement, dans une certaine mesure évidement, aux médias. Les droit de chercher l'intérêt dynamisent vivement le marché des médias et libère leurs forces productrices.

Même si les médias sous le système politique chinois ne peuvent jamais être reformés complètement à cause de sa fonction idéologique, ils sont capables de profiter de leur mieux de cette identité « entreprise ».28 Cet élargissement de la liberté des médias entraine aussi le changement de la relation entre les médias et le gouvernement. Il passe d'une manipulation totale à une manipulation partielle des médias ce qui relève aussi le passage d'un

24 Fang Hanqi, Zhang Zhihua L'évolution du système des médias en Chine, China Renmin University Press Co. LTD, Beijing 1995 P40-80

25 Fang Hanqi, Zhang Zhihua L'évolution du système des médias en Chine, China Renmin University Press Co. LTD, Beijing 1995 P63

26Fang Hanqi, Zhang Zhihua L'évolution du système des médias en Chine, China Renmin University Press Co. LTD, Beijing 1995 P68

27 Fang Hanqi, Zhang Zhihua L'évolution du système des médias en Chine, China Renmin University Press Co. LTD, Beijing 1995 P63.

28Fang Hanqi, Zhang Zhihua L'évolution du système des médias en Chine, China Renmin University Press Co. LTD, Beijing 1995 P63

MI Shengxuan MEMOIRE M1

12

gouvernement omnipotent au gouvernement d'autorité, cela représente la rupture du monopole des ressources par l'État. 29

Avant presque 80 % des informations sont sous le contrôle de gouvernement et ne peuvent pas être publiées. Au cours de ces dernières années, rendre l'information au public et la partager est un des processus sociaux les plus importants en Chine.30Les médias jouent un rôle clés dans ce processus. Ils jouent un rôle d'intermédiaire qui établit un canal entre le gouvernement et le public. Les médias profitent de leurs droits limités même au-delà de ces limites pour creuser plus d'informations à publier au public. Le système de porte-parole est développé à grande vitesse après le SARS en 2003 ce qui améliore la relation entre les médias et le gouvernement.31 Les médias ne sont plus seulement des instruments manipulés par l'Etat et ils peuvent favoriser l'image de gouvernement face aux affaires publiques.

Le nouveau système confère aux médias une pluralité de rôles avec un espace ouvert pour s'exprimer. Les medias sont en charge de la supervision de l'opinion publique. Nous prenons d'ici deux exemples de reportages par Southern Newspaper Media Group et par CCTV (Chinese television network).32

Southern Weekly est considérée comme la presse le plus franche en Chine. Elle est fortement recommandée par la liberté intellectuelle. Il contribue à offrir au public des débats démocratiques et aide à la formation de la société civile. The New York Time le décrit comme Le journal libéral qui a l'influence la plus forte.33 Parmi les émissions dans une de dizaine chaines de CCTV, les reportages politiques ne sont pas de formes différentes. Tous les reportages de « Xin Wen Lian Bo » reposent sur l'idéologie du gouvernement, tout le contenu du reportage promeut l'état.

29Fang Hanqi, Zhang Zhihua L'évolution du système des médias en Chine, China Renmin University Press Co. LTD, Beijing 1995 P64

30Fang Hanqi, Zhang Zhihua L'évolution du système des médias en Chine, China Renmin University Press Co. LTD, Beijing 1995 P65-69

31Fang Hanqi, Zhang Zhihua L'évolution du système des médias en Chine, China Renmin University Press Co. LTD, Beijing 1995 P68-69

32Fang Hanqi, Zhang Zhihua L'évolution du système des médias en Chine, China Renmin University Press Co. LTD, Beijing 1995 P70-89

33Fang Hanqi, Zhang Zhihua L'évolution du système des médias en Chine, China Renmin University Press Co. LTD, Beijing 1995 P92

MI Shengxuan MEMOIRE M1

13

2.Le Journal télévisé. De l'événement à sa représentation (Chapitre 3 Compétence informative), Thierry Lancien

En présentant la compétence informative, l'auteur veut désigner la capacité que doit avoir un téléspectateur à identifier, comprendre et saisir le niveau informatif d'un JT. Dans cet ouvrage, on peut voir les traitements communs des informations des JT mais d'un autre côté, se basant sur ces caractéristiques communes, les JT vont encore être variés selon les différentes cultures de chaque pays.

Ce chapitre 3 se déroule en 3 trois parties : les choix de l'information, le découpage de l'information, les questions concernant les faits ou les événements et les informations.34

Dans la première partie, l'auteur introduit principalement d'abord les différentes manières des sources de l'information. Il y a essentiellement trois sortes de source.35 1. L'agence : les grandes agences qui sont seulement quatre ou cinq délivrent à presque 80% des informations dans les médias du monde. Ils appartiennent à des pays riches occidentaux. (Tandis que la Chine, pour les JT chinois privilégie Xinhua News Agency dominé par l'État, la plus grande presse nationale chinoise comme) 2. Les journalistes de la chaîne : les différentes chaînes de télévision vont envoyer des correspondants dans des pays étrangers pour suivre des événements importants, à la fois dans leur instantanéité et dans leur processus. 3. L'environnement médiatique immédiat : les informations sont dans la plupart des cas les mêmes d'un journal à un autre, les similitudes sont d'autant plus fortes quand il s'agit de la politique nationale ou étrangère ou l'économie, mais concernant les actualités jugées moins importantes, les choix des rédactions peuvent être différents.

Pour les critères de choix, l'auteur suit les analyses de Gérard Leblanc36 : si un fait va se transformer en information, il faut avoir besoin de quelque chose qui est considéré comme anormal. Il faut aussi qu'il ait un ordre présenté comme normal par rapport au monde qui est bouleversé. L'actualité doit être liée à l' « infraction » qui présuppose un ordre du monde.

34Thierry Lancien, Le Journal télévisé. De l'événement à sa représentation, Presses universitaires de Bordeaux, coll. Parcours universitaires, 2011 P31-40

35Thierry Lancien, Le Journal télévisé. De l'événement à sa représentation, Presses universitaires de Bordeaux, coll. Parcours universitaires, 2011 32-34

36 Gérard Leblanc, le monde en suspens, Treize heures, vingt heures, Paris, Hizeroth, 1987, p7-53

MI Shengxuan MEMOIRE M1

14

L'idée de l'auteur est que les informations télévisées se caractérisent par « la répétition, le retour du même»37, on va passer un processus de normal à anormal et enfin retourner au normal. En même temps, il faut encore suivre le critère selon lequel donner le maximum d'informations en un minimum de temps, va influencer les choix opérés par l'information télévisée.

Enfin, en parlant du public cible, l'auteur explique que le JT français, par exemple «20h »,va toujours chercher à attirer de plus en plus de téléspectateurs. Via la comparaison le JT de « 20h » de France 2 et Soir 3 pour voir comment les choix d'information montrent que les journaux du début de soirée ne visent pas les mêmes publics que ceux programmés plus tard.38

Dans la deuxième partie, l'auteur va expliquer le découpage de l'information. Premièrement, la description des rubriques, selon les pays différents, les différents JT peuvent adopter les différentes façons dont cella peut être annoncé. Selon l'auteur, « Il peut s'agir de vignettes apparaissant à l'écran, de bandeaux que l'on fait clignoter. Lorsque ces moyens technologiques ne sont pas convoqués, le rubricage peut être signalé par le présentateur dans une transition ou dans le lancement d'un reportage »39

Deuxièmement les hiérarchisations, pour l'auteur, celui concerne des titres du JT,40 des modes de traitement retenus et de l'ordre du sommaire. Le rôle des titres au début de JT (leur nombre est variable selon les différents types de JT et les éditions) est considéré comme une première hiérarchisation. Dans une autre perspective, pour l'auteur les modes de traitement utilisés peuvent aussi correspondre à une hiérarchisation des informations. L'auteur illustre les critères de mode de traitement que les JT peuvent probablement adopter quand on traite de la compétence discursive. 41 A : l'exposition de l'information brève sans image par le présentateur. B : l'information illustrée avec des images commentées par le présentateur ou le

37Thierry Lancien, Le Journal télévisé. De l'événement à sa représentation, Presses universitaires de Bordeaux, coll. Parcours universitaires, 2011 p37

38Thierry Lancien, Le Journal télévisé. De l'événement à sa représentation, Presses universitaires de Bordeaux, coll. Parcours universitaires, 2011 p38-40

39Thierry Lancien, Le Journal télévisé. De l'événement à sa représentation, Presses universitaires de Bordeaux, coll. Parcours universitaires, 2011 p40-41

40Thierry Lancien, Le Journal télévisé. De l'événement à sa représentation, Presses universitaires de Bordeaux, coll. Parcours universitaires, 2011 p 41-43

41Thierry Lancien, Le Journal télévisé. De l'événement à sa représentation, Presses universitaires de Bordeaux, coll. Parcours universitaires, 2011 p42

MI Shengxuan MEMOIRE M1

15

journaliste spécialisé. C : l'information présentée via le reportage, la correspondance, le duplex ou direct, et le commentaire.

Dans la troisième partie, l'auteur va mettre l'accent sur la relation entre l'événement et l'information.42 Il prend les points de vue de Maurice Mouillard en considérant que l'événement et l'information comme « deux modalités de la même instance signifiante »43. Encore selon l'analyse de Maurice, l'auteur pose la question de l'interdépendance et de la complication des rapports entre l'événement et l'information.

Premier point : c'est l'information qui détermine en partie les événements. Pour Maurice, il existe le « standard du fait » qui désigne qu'afin de devenir une information, l'événement doit obéir un « paradigme factuel » et les règles canoniques de mise en forme (Qui, quoi, où etc.) qui a tendance à présenter une forme d'interprétation de toute expérience. Un autre aspect est le « cadrage » qui effectue une transformation de l'événement.44

Deuxième point : il s'agit de la catégorisation de l'événement selon son degré de préconstruction. Les événements qui prennent des formes vont faciliter leurs représentations médiatiques. Les événements vont présenter des caractéristiques qui vont conclure à des traitements informatifs et former des scripts. Dans la pluparts des cas, les événements, se présentent soit comme une crise de la sécurité sociale qu'on appelle « une situation de problème », soit comme une « réforme »45 (nouvelle régime, nouvelle règles), la présence médiatique s'installe en principe autour de la dénomination des changements, la comparaison entre les éléments anciens et les éléments nouveaux.

Dans ce chapitre, les auteurs nous expliquent les diverses sources de l'information et donne les différentes manières de traitement de l'information, les différents critères de choix, certaines formes de rubriques, les relations de l'événement et les informations. Toutes ces méthodologies vont participer à ce mémoire de la comparaison entre les JT de différents pays parce que le JT va selon leurs différentes situationset leurs propres cultures, adopter les différentes manières pour présenter les informations.

42Thierry Lancien, Le Journal télévisé. De l'événement à sa représentation, Presses universitaires de Bordeaux, coll. Parcours universitaires, 2011 p45-46

43Mouillaud M., Tétu J-F,. Le journal quptidien, op.cit

44Thierry Lancien, Le Journal télévisé. De l'événement à sa représentation, Presses universitaires de Bordeaux, coll. Parcours universitaires, 2011 p46

45Thierry Lancien, Le Journal télévisé. De l'événement à sa représentation, Presses universitaires de Bordeaux, coll. Parcours universitaires, 2011 p47

MI Shengxuan MEMOIRE M1

16

précédent sommaire suivant