WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Microfinance et lutte contre la pauvreté: une étude des microcrédits octroyés par le réseau mc² de la Menoua

( Télécharger le fichier original )
par Cédric Beaudin YMELE
Dschang - Master 2013
  

sommaire suivant

TABLE DES MATIERES

i

TABLE DES MATIERES i

DEDICACE v

REMERCIEMENTS vi

LISTE DES SIGLES vii

LISTE DES TABLEAUX ix

LISTE DES FIGURES x

RESUME xi

ABSTRACT xii

CHAPITRE I: Introduction Générale 1

1.1. Contexte de l'étude 2

1.2. Problématique 4

1.3. Objectif de la recherche 6

1.4. Hypothèse de la recherche 6

1.5. Choix du sujet et Intérêt de l'étude 7

1.5.1. Choix du sujet 7

1.5.2. Intérêt de l'étude 8

1.6. Organisation de la thèse 8

CHAPITRE 2 : Cadre conceptuel et revue de la littérature 9

2.1. Clarification des concepts 10

2.1.1. Le phénomène de pauvreté 10

2.1.1.1. Définition de la pauvreté 10

2.1.1.2. Les différentes formes de pauvreté 12

2.1.1.2.1. La pauvreté absolue 13

2.1.1.2.2. La pauvreté relative 13

2.1.1.3. Les seuils de pauvreté 15

2.1.1.3.1. Seuil de pauvreté absolue 15

2.1.1.3.2. Seuil de pauvreté relative 16

2.1.1.4. Pauvreté et Inégalité 16

2.1.1.4.1. Le coefficient d'inégalité de Gini 16

2.1.1.4.2. L'indice de Theil (Theil's entropy measures) 17

2.1.1.4.3. Le ratio de dispersion des déciles 17

2.1.1.4.4. Part de la consommation et du revenu des x% les plus pauvres 17

2.1.1.5. Pauvreté et Vulnérabilité 18

2.1.1.6. Mesures de la pauvreté 18

2.1.1.6.1. Incidence de la pauvreté (indice en nombre d'habitants) 19

2.1.1.6.2. Profondeur de la pauvreté (écart de pauvreté) 19

2.1.1.6.3. Sévérité de la pauvreté (écart de pauvreté au carré) 19

2.1.2. Le concept de Microfinance 19

2.1.2.1. Origine de la microfinance 20

2.1.2.2. Définitions et émergence de la microfinance 21

2.1.2.2.1. Définitions de la microfinance 21

2.1.2.2.2. Emergence de la microfinance 22

2.2. Revue de la littérature 24

2.2.1. Revue des travaux théoriques 24

2.2.1.1. Les fondements théoriques liés à la microfinance 24

2.2.1.1.1. La théorie de la répression financière 24

2.2.1.1.2. La théorie des coûts de transaction 25

2.2.1.1.3. La théorie d'agence ou théorie principal-agent 26

2.2.1.1.3. Les débats entre deux approches en microfinance 27

2.2.1.1.3.1. L'approche institutionnaliste 27

2.2.1.1.3.2. L'approche welfariste 28

2.2.1.2. Les fondements théoriques liés à la pauvreté 30

2.2.1.2.1. L'avènement des écoles sur la pauvreté 30

2.2.1.2.1.1. L'école welfariste 30

2.2.1.2.1.2. L'école des besoins de base 30

2.2.1.2.1.3. L'école des capacités ou capabilités 31

2.2.2. Revue des travaux empiriques 33

Conclusion 36

iii

CHAPITRE 3: Evolution de la Pauvreté et de la Microfinance dans le Monde et au

Cameroun 37

3.1. La pauvreté dans le monde 38

3.1.1. Stratégies internationales de lutte contre la pauvreté 40

3.1.1.1. L'IPPTE et sa mise en oeuvre 41

3.1.1.2. Le DSRP et la FRPC 42

3.1.1.3. Le financement du développement durable 42

3.1.1.4. La bonne gouvernance 43

3.1.2. Caractéristiques et évolution de la pauvreté au Cameroun 44

3.1.3. Stratégies nationales de lutte contre la pauvreté 45

3.2. La Microfinance au Cameroun 47

3.2.1. Configuration du secteur 47

3.2.2. Couverture géographique de la clientèle 48

3.2.3. Les capitaux propres 48

3.2.4. Organisation du secteur de la microfinance 49

3.2.5. Présentation du réseau MC2 au Cameroun 50

3.2.5.1. Définition des MC2 50

3.2.5.2. Produits et services offerts par les MC2 51

3.2.5.3. Conditions d'adhésion à une MC2 52

3.2.5.4. Effet de la MC2 sur la réduction de la pauvreté 52

Conclusion 53

CHAPITRE 4: Méthodologie de la Recherche 54

4.1. Présentation de la zone d'étude 55

4.2. Nature et source de données 55

4.3. Spécification du modèle 56

4.4. Tests économétriques et méthode d'estimation 59

4.4.1. Tests économétriques 59

4.4.1.1. Le test d'homogénéité 59

4.4.1.2. Les tests de normalité 60

4.4.1.3. Le test d'auto corrélation de durbin-watson 61

4.4.1.4. Le test d'hétéroscedasticité 61

4.4.1.5. Le coefficient de détermination R2 62

iv

4.4.1.6. Le coefficient de corrélation 62

4.4.2. Méthode d'estimation 63

CHAPITRE 5: Presentation des resultats et discussion 65

5.1. Statistiques descriptives 66

5.1.1. Caractéristiques des bénéficiaires enquêtés 66

5.1.2. Caractéristiques des microcrédits 71

5.2. Analyses descriptives 73

5.3. Tests 74

5.4. Evaluation de l'impact du microcrédit sur le niveau de pauvreté a partir du réseau mc2

de la Ménoua 75

CHAPITRE 6: Conclusion et Recommandations 78

6.1. Conclusion 79

6.2. Limites et perspectives 80

6.3. Recommandations 80

Références bibliographiques 82

Annexes : 87

DEDICACE

v

Je dédie cette thèse de Master à ma mère AWOUANTCHA Bernadette, mon père DONKOHO Fidèle, à mon oncle SONFACK Maurice et son épouse DEMAFO Noël, et à TCHAMENI Delphine ; eux qui m'ont poussé à grimper l'arbre pour déguster les fruits, au lieu de rester en bas et d'attendre la chute de ces fruits.

REMERCIEMENTS

vi

Etant donné qu'aucune oeuvre n'est faite dans la solitude, ce travail est l'oeuvre de plusieurs personnes dont je tiens à remercier.

Au terme de ces années de recherche, mes premiers remerciements vont à l'endroit du Dr. PONY Lucas, mon directeur de thèse qui m'a apporté un précieux soutien dans ce travail, et l'accueil dans son laboratoire CEDRES m'a permis de mieux manipuler les outils de recherche.

Je remercie Pr. KAMDEM David qui a accepté sans hésiter de superviser ce travail.

Je remercie M. KUIPOU Christophe pour son soutien et ses conseils dans la réalisation de ce travail.

Mes remerciements s'adressent également à mon frère NANFACK Achille et mes soeurs NGOUFACK Yrène et NGOUATEU Nina, qu'ils trouvent en ce travail un exemple à suivre.

Je remercie MAKOLLO Manuella, EMO Armelle et DIBAO Francia, elles qui m'ont accepté dans leur famille et m'ont apporté leur soutien indéfectible.

Je remercie le Dr. BOMDA Justin Secrétaire Exécutif ADAF-Siège (Yaoundé) pour n'avoir ménagé aucun effort en me remettant une lettre de recommandation qui m'a facilité l'accès au sein des MC2.

Je remercie M. KENMOE Elvis contrôleur-auditeur comptable d'ADAF OUEST pour sa disponibilité et son aide dans la collecte des informations.

Je remercie tous les Directeurs d'agence des MC2 de Foréké, Foto, Fongo-Tongo, Bafou, Bamendou, Baleveng, Penka-Michel, Doumbouo et Fokoué, et plus précisément Mme NONGNI Marthe de MC2 baleveng pour son dévouement afin de me mettre en contact avec les bénéficiaires de microcrédits.

Je remercie mon amie TSAGUE DONGMO Bella qui m'a soutenu sans relâche tout au long de ce travail.

Je remercie maman MAGNI Sylvie Blandine pour son soutien inconditionnel.

Je tiens à remercier tous mes camarades de promotion à l'égard de TAKOULAC Marcel, MOUMIE Eric, CHOUAFI Orfé, MAKUISSIE Judith, MBOUNGA Adéline, DONGMO Franklin, NZOTCHA Christian, SIMEU Christian, MBOUE Ricardo, pour leurs motivations et dont sans eux je n'aurais pas pu atteindre le bout de ce travail.

Je remercie enfin tous ceux qui de près ou de loin ont contribué à l'élaboration de ce travail et dont je n'ai pas pu citer les noms

LISTE DES SIGLES

VII

ADAF : Appropriate Development for Africa Foundation

AGR : Activité Génératrice de Revenu

AID : Association Internationale pour le Développement

APE : Accords de Partenariat Economique

APD : Aide Publique au Développement

BIT : Bureau International du Travail

BM : Banque Mondiale

CAMCCUL: Cameroon Cooperative Credit Unions League

CCA: Crédit Communautaire d'Afrique

CEMAC : Communauté Economique et Monétaire d'Afrique Centrale

CGAP: Consultative Group to Assist the Poor

COBAC: Commission Bancaire d'Afrique Centrale

COOPEC : Coopérative d'Epargne et Crédit

DSCE : Document de Stratégies pour la Croissance et l'Emploi

DSRP : Document de Stratégies pour la Réduction de la Pauvreté

ECAM : Enquêtes Camerounaises Auprès des Ménages

EMF : Etablissement de Microfinance

FAO : Programme Alimentaire Mondial

FMI : Fonds Monétaire Internationale

FRPC : Facilités pour la Réduction de la Pauvreté et la Croissance

IADM : Initiative d'Allègement de la Dette Multilatérale

viii

IMF : Institution de Microfinance

INS : Institut National de la Statistique

IPPTE : Initiative Pays Pauvres Très Endettés

MC2 : Mutuelle Communautaire de Croissance

MPE : Micros et Petites Entreprises

MINFI-CMR : Ministère des Finance Cameroun

NEPAD: New Partnership for African Development

OCDE : Organisation de Coopération et de Développement Economique

OMD : Objectifs du Millénaire pour le Développement

ONG : Organisation Non Gouvernementale

PAS : Plan d'Ajustement Structurel

PCI : Programme de Comparaison Internationale

PED : Pays En Développement

PNUD : Programme des Nations Unies pour le Développement

PPTE : Pays Pauvres Très Endettés

PVD : Pays en Voie de Développement

RMDH : Rapport Mondial sur le Développement Humain

SDSR : Stratégies de Développement du Secteur Rural

LISTE DES TABLEAUX

ix

Tableau 1: La pauvreté de 1820 à 1992 avec prévision en 2015 38

Tableau 2: Estimations régionales de la pauvreté (Seuil de pauvreté de 1.25 $/ jour) 39

Tableau 3: Comparaison mondiale de la pauvreté entre le seuil de 1,25$ par jour et le seuil

de 2$ par jour en 2005(effectif en million) 40

Tableau 4: Perspectives de marché entre 2000 et 2011 (valeurs financières en milliards de

F CFA) 49

Tableau 5: Organisation du secteur de la Microfinance au Cameroun 50

Tableau 6: Evolution statistique du réseau MC2 au 30 Novembre 2012 51

Tableau 7: variables et leurs modalités dans le modèle 57

Tableau 8: répartition des bénéficiaires par âge 67

Tableau 9: Relation entre genre et niveau d'instruction 70

Tableau 10: Niveau de revenu mensuel du répondeur 70

Tableau 11: Relation entre niveau d'instruction et niveau de pauvreté 71

Tableau 12: Répartition des microcrédits 72

Tableau 13: Estimation de la première équation LogRédPauvreté =f( toutes les variables

exogènes du système) et détermination niveau de pauvreté estimé. 75

Tableau 14: Estimation de la deuxième équation LogMntCrédit en remplaçant

LogRédPauvreté par LogRédPauvreté estimé. 76

Tableau 15: Statistiques descriptives première équation 87

Tableau 16: Statistiques descriptives deuxième équation 87

Tableau 17: Corrélation entre les variables 88

Tableau 18 : White Heteroskedasticity Test (étape1) 89

Tableau 19 : Breusch-Godfrey Serial Correlation LM Test 90

Tableau 20: White Heteroskedasticity Test (étape 2) 92

Tableau 21 :Breusch-Godfrey Serial Correlation LM Test (étape 2) 93

LISTE DES FIGURES

X

Figure 1: Courbe de Lorenz de la distribution du revenu 17

Figure 2: Fonctionnement des approches Welfariste et Institutionnaliste 29

Figure 3: Dimensions du bien être et de la pauvreté 32

Figure 4: Evolution de l'incidence de la pauvreté au Cameroun 45

Figure 5: Répartition des bénéficiaires selon le lieu de résidence 66

Figure 6: Répartition des bénéficiaires selon le genre 67

Figure 7 : Répartition selon le niveau d'instruction 68

Figure 8 : Répartition selon le type de logement. 68

Figure 9 : Répartition selon l'activité du bénéficiaire 69

Figure 10: Répartition selon le niveau de pauvreté 70

Figure 11: Type de microcrédit obtenu 72

Figure 12: Opinion du bénéficiaire sur le microcrédit 73

Figure 13: Test de normalité de Jarque-Bera (étape 1) 88

Figure 14: Evolution des résidus LogNivPauvreté (étape 1) 91

Figure 15: test de normalité de Jarque-Bera (étape 2) 91

Figure 16: Evolution des résidus (étape 2) 94

RESUME

xi

Les EMF ont une plus value sociale évidente vu qu'ils permettent, d'une part, aux exclus de l'emploi salarié, d'exercer une activité génératrice de revenus, souvent dans le cadre d'une micro entreprise, tout en bénéficiant d'autres services financiers de proximité tels la micro-assurance et le transfert d'argent, synonymes de protection contre la vulnérabilité et la gestion des risques sociaux. D'autre part, ils accordent des prêts de groupe, répondant à des besoins non satisfaits par le système bancaire classique.

Pour mieux cerner la quintessence de ce travail, il a été important de se poser la question de recherche suivante: Les microcrédits octroyés par les MC2 améliorent-ils les conditions de vie des populations bénéficiaires? Il sera donc question d'évaluer l'impact des microcrédits octroyés par les MC2 de la Menoua sur le niveau de pauvreté de ces populations. Pour y parvenir, nous nous sommes fixés à priori comme hypothèse que les microcrédits octroyés par le réseau MC2 de la Menoua contribuent à l'amélioration des conditions de vie des populations bénéficiaires. L'étude a été faite sur un échantillon de 55 bénéficiaires de microcrédits octroyés par le réseau MC2 aux populations de la MENOUA. Nous avons ainsi formulé deux équations de régression dites équations simultanées que nous avons estimées par la méthode des doubles moindres carrés, à l'aide du logiciel Eviews.5.

Les résultats obtenus indiquent que le microcrédit a une influence positive sur le niveau de réduction de la pauvreté évalué à partir du revenu moyen mensuel par personne dans le ménage. Mais le microcrédit seul ne suffirait pas à réduire la pauvreté. Il faudrait que les responsables de ces structures mettent sur pied d'autres services plus appropriés afin de rehausser le niveau de l'indice de développement humain (I.D.H.). ces services peuvent être entre autres: la formation et l'orientation des bénéficiaires, l'octroi de crédits aux couches cibles que sont les jeunes et les femmes, l'octroi des subventions et des transferts sociaux aux plus âgés et malades, etc.

Mots clés : Microfinance, Microcrédit, Pauvreté, Exclus, Activités génératrice de revenus et Vulnérabilité.

ABSTRACT

xii

The MFIs have an important social value. They permit on one hand, to non salaried workers to exercise revenue generating activities, in microenterprises and equally by benefiting other financials services such as micro insurances and money transfers. This goes to protect them against vulnerability and management of social risk. On the other hand, they give collectives loans thereby answering to the needs which are not satisfied by the classical banking system.

The main objective of our research was to evaluate the impact of microcredit on the poverty level of the benefactors. The study was carried out on a sample population of 55 benefactors of microcredit granted by the MC2 network to the Menoua populations. To arrive at this possible, we used the simultaneous equations model that was estimated by the two-stage least square (2SLS) method through the eviews.5 software.

The results obtained indicate that micro credit has a positive influence on the level of poverty. But the micro credit alone will not be able to reduce the poverty. It will be necessary that the people in charge of these structures put in place more appropriates services such as: the training and the orientation of the recipients, grant it to the target layers which are the young people and women, grant the subsidies and the social transfers to the old and sick people, etc.

Key words: Microfinance, Micro credit, Poverty, Revenue generating activities and Vulnerability.

c~~~i~~~ 1

I~~~oq)~q7ogr ~ ~~~~~~~

1

2

1.1. Contexte de l'étude

Peu d'innovations économiques auront soulevé autant d'espoir que la microfinance pour lutter contre l'exclusion sociale et la pauvreté. Les hauts responsables de l'ONU l'ont bien compris, en faisant de 2005 l'année du microcrédit. L'objectif ambitieux de toucher 600 millions de personnes démunies revient à multiplier par dix la clientèle actuelle et souligne, par là même, la nécessité d'un changement d'échelle.

Les dispositifs de microfinance sont des structures offrant des services financiers de base (épargne/crédit) et plus élaborés (assurances) à une frange de la population exclue des circuits financiers classiques ou traditionnels que sont les banques. La plus ancienne et la plus connue des composantes de la microfinance est le microcrédit, qui consiste à accorder des prêts de petits montants, à court terme et à petites échéances. La clientèle cible étant pauvre et ne disposant pas de garanties matérielles, la garantie est généralement apportée par des groupes de caution solidaire.

Les toutes premières mutuelles d'épargne et de crédit ont été créées par Raiffaisen dans la seconde moitié du 19ième siècle en Rhénanie, dans le souci de faire jouer la garantie collective. C'est sur ce modèle que sont nés, en France, le Crédit Agricole, le Crédit Mutuel, le Crédit Coopératif, la Banque Populaire. Ce mouvement s'est déployé dans les pays du Sud, en Afrique francophone notamment. Les institutions créées donnant la priorité à l'épargne, jugée plus vertueuse et plus pédagogique que le crédit, avaient un public de couches moyennes et leur impact sur la réduction de la pauvreté était assez peu visible, puisque cette épargne permettait aux pouvoirs publics de se procurer plutôt des ressources abondantes.

Dans les années quatre-vingt, une prise de conscience a poussé divers acteurs à privilégier le crédit afin de financer la création et le développement d'activités économiques, et de lutter ainsi contre la pauvreté. Le succès de la Grameen Bank en 1974 du Professeur Muhammad Yunus1 a déclenché une véritable révolution du microcrédit, en réussissant à obtenir d'excellents taux de remboursement tout en prêtant à une clientèle pauvre ne disposant pas de garantie matérielle.

Un mouvement composé d'acteurs disparates (ONG, bailleurs de fonds...) a vu dans le microcrédit et plus largement dans la microfinance un moyen efficace d'éradication

1 Prix Nobel de la Paix en 2006

3

de la pauvreté. La microfinance « contemporaine » a ainsi fait l'unanimité pendant les dix premières années de son existence (1980-1990). Le courant des ONG de développement y voyait les bienfaits d'une approche bottom-up ciblée sur l'individu favorisant une amélioration du capital social. Les partisans d'une approche libérale du développement y trouvaient un moyen peu onéreux d'éradiquer la pauvreté grâce à un effet de levier important eu égard à l'investissement consenti, et ce tout en respectant les mécanismes de marché.

On note cependant que la pauvreté, en effet, est une préoccupation des hommes depuis les temps antiques. Sa réduction fait l'objet depuis la nuit des temps, d'une grande espérance qui mobilise toutes les cultures et toutes les communautés humaines. Les dirigeants du monde réunis à l'occasion du sommet du millénaire en septembre 2000 se sont donnés huit objectifs dits « du millénaire pour le développement » (OMD) dont le premier vise la réduction de moitié de l'extrême pauvreté et la faim à l'horizon 2015 en assurant aux couches les plus défavorisées l'accès aux besoins de base tels que l'éducation,

la santé, l'alimentation, etc

La mise en oeuvre du DSRP, adopté en avril 2003, a permis au Gouvernement camerounais de maintenir la stabilité du cadre macroéconomique et de soutenir des taux de croissance positifs jusqu'en 2008. Toutefois, le profil général de croissance est resté en retrait du niveau espéré pour résorber substantiellement la pauvreté (DSCE Cameroun, page 8).

La révision du DSRP vise la correction des distorsions ou des manquements relevés lors des évaluations successives de la mise en oeuvre, et des consultations participatives de mars 2008. Le processus de révision de la stratégie a abouti à un document de stratégie pour la croissance et l'emploi (DSCE), et confirmé l'option d'implication des populations à la base, dans une démarche participative. Ce document qui surgit directement après les émeutes de Février 2008 fut élaboré dans un contexte caractérisé par le renchérissement du coût de la vie au niveau national, la crise financière internationale de la même année, sans oublier les crises alimentaire et énergétique.

Au regard de ses actions en faveur de la réduction de la pauvreté, par le défi de la croissance et de l'emploi, le DSCE est devenu, conformément à la déclaration de Paris l'outil de référence de l'action gouvernementale camerounaise ainsi que le lieu de

4

convergence de la coopération avec les partenaires techniques et financiers en matière de développement. Ce document vise principalement la recherche de la croissance et la redistribution des revenus de la dite croissance aux couches les plus vulnérables en mettant plus l'accent sur les jeunes et les femmes.

La stratégie d'intervention du FIDA au Cameroun couvrant la période 2007-2012 se positionne en appui à la réalisation des objectifs du DSCE et vise à améliorer les conditions de vie des populations rurales pauvres en s'articulant autour des deux objectifs suivants:

> renforcer la capacité d'organisation et le pouvoir de négociation des populations rurales pauvres et de leurs organisations;

> accroître durablement les perspectives d'activités rémunératrices agricoles et non agricoles des ruraux pauvres, notamment des femmes et des jeunes.

La micro finance constitue ainsi donc un instrument efficace s'insérant facilement dans le tissu socioéconomique et permet la création d'activités génératrices de revenu (AGR). Cet engouement s'inscrit parmi les nombreuses réflexions consacrées au lien entre finance et développement économique. La micro finance est alors vue comme un remède miracle pour lutter contre la pauvreté.

sommaire suivant