WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Apport du système Feri dans le recette des entreprises publiques congolaises.


par Franck ZONGIA
UNIKIS - graduat 2013
  

sommaire suivant

INTRODUCTION

I. ETAT DE LA QUESTION

Le recrutement consiste à embaucher la bonne personne au bon poste dans le bon contexte, il n'est pas une science exacte, tout recrutement présente un risque, l'enjeu n'est pas de supprimer ce risque mais de le minimiser.

Les questions ayant traits à la gestion des ressources humaines sont parmi les aspects les plus difficiles à traiter et à mettre en oeuvre pour les gestionnaires d'entreprise.

J.R ISSAFO1(*) nous montre que les dirigeants d'entreprises, qui se veulent plus performants, ont intégré les ressources humaines dans leurs stratégies et leurs prévisions de croissance. Ainsi, les ressources humaines dans l'entreprise méritent donc une attention toute particulière, parce qu'elles en constituent l'essentiel du noyau dur, c'est-à-dire l'investissement le plus important.

Le Chef de Travaux SENGA2(*) soutient cette même idée en montrant que les ressources humaines, en tant que capital immatériel valorisable, sont la première richesse de l'entreprise. Elles contribuent à augmenter la compétitivité de l'entreprise, seule garante de sa pérennité et de sa croissance. Il affirme également que sans une bonne gestion des ressources humaines, il est impossible de créer les richesses nouvelles, de rendre efficaces les énergies des individus et de les transformer en réalisations utiles et efficaces.

En nous intéressant aux entreprises publiques au Congo, nous constatons qu'elles constituent, en effet, l'un des secteurs vitaux pour l'économie nationale. Elles détiennent l'infrastructure de base pour le développement économique et social du pays3(*).

Cependant, les entreprises en République Démocratique du Congo ont évolué avec plusieurs réformes. À titre d'exemple nous pouvons citer la politique de Zaïrianisation où la gestion des entreprises étaient transférées aux nationaux ; la politique de radicalisation où la gestion des entreprises se faisaient par les mandataires de l'État ; la politique de rétrocession où l'État associait les anciens propriétaires à la gestion de leurs anciennes propres affaires4(*).

II. PROBLEMATIQUE

Ainsi, notre préoccupation se résume par les questions ci-après :

Quelles sont les procédures adoptées pour procéder au recrutement à l'ONATRA?

III. HYPOTHESES

Il ne suffit pas, pour une entreprise, d'établir de bonnes structures en son sein et d'avoir des gros moyens matériels et financiers pour atteindre ses objectifs. Il faudrait aussi que la gestion des ressources humaines soit planifiée. Cette planification concerne la formation, le recrutement, la rémunération, la mise à la retraite, le remplacement et l'allègement des effectifs, ...

* 1 ISAFFO, I.R. La Gestion de ressources humaines : un nouveau défi pour l'entreprise Zaïroise, éd. CADICEC, Kinshasa, 1990, p.26.

* 2 SENGA, Cours de Séminaire Gestion financière II, 2e Licence FSG, UNIKIS, 2016-2017

* 3 EKWA, M., L'avenir des entreprises du portefeuille en RDC, éd. CADICEC, Kinshasa, 2001, p.27

* 4 Idem

sommaire suivant