WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Contribution d'une éthique de la discussion et de l'action à  la lutte contre la pauvreté à  l'échelle planétaire

( Télécharger le fichier original )
par Jean Barnabé Milala Lungala
Université de Kinshasa - Diplôme d'études supérieures(DES) 2005
  

sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

UNIVERSITE DE KINSHASA

Faculté des Lettres et sciences Humaines

Département de philosophie

La contribution d'une éthique de la discussion et de l'action à la lutte contre la pauvreté à l'échelle planétaire

Par l'Assistant

Jean-Barnabé Milala Lungala

Travail de fin d'étude présenté en vue de l'obtention de titre de Diplômé d'études supérieures.

Directeur : Professeur Mutunda Mwembo

Année académique 2003-2004

REMERCIEMENT

Je remercie Dieu notre Père Céleste, Père de Jésus-Christ Notre Seigneur et Sauveur.

Je remercie particulièrement le Professeur Mutunda Nwembo pour la direction de ce travail.

Que tous les Professeurs qui m'ont formé trouvent ici l'expression de ma profonde reconnaissance. Les Professeurs Gambembo Fumu Wa Utadi, Kinyongo Geki, Mutuza Kabe, Tshiamalenga Ntumba,Elungu Pene Elungu, Mbambi Monga, Okolo Okonda, Mbolokala Imbuli, Ngwessia, Nzege Alaziamina, N'kwasa Bupele, Mbongopasi, Ngoma Binda, Mayola Mavunza, Kamwuiziku Wonzol et Mpoyi.

DEDICACE

Je dédie ce travail à ma femme Arlette Bongondo Kumbi

Pour tant d'amour et de soutien

A mon frère Kanyambu Kalama

Grâce à qui j'ai reçu la parole de Dieu droitement divisée

Et connu le ministère de la Voie internationale.

A mon regretté grand frère Tshimuanga Kalama

Que je reverrai au retour du Christ

Qui nous a laissé Arely Ekole Ntumba.

INTRODUCTION

1. Problématique.

La validité rationnelle universelle intrinsèque du Programme de lutte contre la pauvreté et son acceptabilité rationnelle, sa légitimité de principe, ne peuvent être d'office acquises sans un examen attentif de sa justification et de l'analyse des conditions de son application. Une telle objection exige un examen des présupposés empiriques, liés au processus des « conditions modernes »générales d'une part, et d'autre part, des présupposés internes d'un Etat tel qu'il doit être, qui appellent des normes éthiques de justice politique et d'un choix motivé d'un Projet de vie commune obligatoire d'un Etat moderne et complexe.

Une telle problématisation s'impose tant que le Programme de lutte contre la pauvreté gît dans une conditionnalité exprimée dans une proposition telle : « Pour toute forme de coopération multilatérale et bilatérale, ce Programme s'applique ou rien d'autre ». Un Etat démocratique poursuit toujours déjà nécessairement les objectifs de lutte contre la pauvreté dans le sens très extensif de ce terme tel qu'il englobe tous les secteurs de la vie. Y a- t-il une différence principielle entre un Etat cabré sur un Programme de cette nature et un Etat traditionnel ? Quel est le contenu civique et moral d'un tel Programme ? Quels sont les fondements de la validité, sinon la justification d'une telle théorie de lutte contre la pauvreté ? Est-ce pour des raisons morales ou stratégiques ou même idéologiques ? Les conditions de partenariat sont -elles justes et équitables ? Sinon faut-il partir des conditions équitables d'un partenariat juste et inégalitaire ? Pouvons - nous avoir une interprétation légitime de la dynamique de l'évolution des sociétés préindustrielles comme les nôtres vers des sociétés post-industrielles ?

L'éthique de la discussion concerne l'acceptabilité rationnelle motivée et la validité justifiée de la nécessité de la mise en oeuvre d'un tel Projet de vie,étant donné l'existence supposée des projets de vie concurrentiels.

Par delà l'extension possibles des pressuposés d'une théorie de l'éthique de la discussion elle-même (la socialité, l'égalité des partenaires dialogaux en ce qui concerne tant le devoir, la recherche de la vérité, la nécessité, la conformité au bon usage des expressions linguistiques utilisées, i.e., la conformité impliquée par la composante performative ou illocutoire de tout acte de parole), nous allons nous astreindre et nous en tenir à ce minimum.

Les philosophes peuvent revendiquer une compétence spéciale pour l'analyse des problèmes de la justice politique et, en particulier, des questions de la marginalisation sociale et de l'exclusion culturelle. Dans ce cadre, l' « éthique de la discussion », une des grandes théories philosophiques de notre temps, dont Karl-Otto Appel et Jürgen Habermas ont contribué à construire, tente de reconstruire à la hauteur du contexte contemporain la morale et la philosophie politique depuis l'antiquité grecque.

La question doctrinale centrale de cette éthique n'est plus la question existentielle de savoir comment mener une vie bonne, mais la question déontologique de savoir à quelles conditions une norme peut être dite valide. Autrement dit, le problème de l'éthique chez Habermas, se déplace de la question du bien, vers la question de la justesse, de celle du bonheur vers celle de la validité prescriptive des normes.

Par conséquent, dans l'éthique de la discussion, c'est la procédure de l'argumentation morale qui prend le pas sur l'impératif catégorique.

Dans nos sociétés investies par les médias, ce n'est pas le prolétariat international tentant de se substituer au sujet de l'Histoire, mais l'opinion publique qui doit réaliser un Programme d'émancipation en tant qu'Humanité. Or, l'espace public qui doit être homogénéisé se différencie, c'est un tissu d'une grande complexité, ramifié en une multiplicité d'arènes qui se chevauchent, aussi bien internationales que nationales, régionales, municipales ou subculturelles. Il est différencié en niveaux en fonction de la densité de la communication, de la complexité de l'organisation et de l'ampleur de rayon d'action. Ces différents niveaux allant de l'espace public épisodique du bistrot, des cafés et des rues, de l'espace public abstrait créé par les mass media et composé des lecteurs, d'auditeurs à la fois isolé et globalement spécialisés et de l'espace public organisé, en présence des participants, qui est celui des représentations théâtrales, des conseils de parents d'élèves, des concerts de rock, des réunions de partis ou des conférences ecclésiastiques, doivent former un espace autonome par rapport et à l'Etat et à la sphère économique. Cet espace doit partager une même culture politique tout en sauvegardant les identités subculturelles particulières.

Au demeurant, la pauvreté socio-économique contre la quelle des Programmes sont mises en route, est une des formes de marginalisation sociale, et de « paupérisation anthropologique » (une expression d'Engelbert MVENG), une situation particulière subséquente à la perte pour des peuples de leur histoire, de leur langue, de leur dignité, de leur humanité,...telle la situation d'esclavage et de colonisation, qui sont des un cas atypique d'exclusion culturelle,qui restent une situation d`oppression persistante et d'injustice avérée.

sommaire suivant