WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Diagnostic nécropsique et causes bactériologiques de mortalité des lapins (Oryctolagus cuniculus) élevés au sud-Bénin

( Télécharger le fichier original )
par Raoufou DJIBRIL SALIFOU
Université d'Abomey-Calavi - Diplôme d'Ingénieur des Travaux en Production et Santé Animales 2007
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

3.2- Discussion

3.2.1- Critique de nos résultats

3.2.1.2- Résultats des enquêtes épidémiologiques

Au terme de cette étude, la plupart des élevages cunicoles prospectés ont un logement traditionnel avec une assez bonne situation sanitaire. Ces résultats sont en désaccord avec les travaux de KPODEKON (1988 a) qui avait remarqué en 1987 au Bénin des élevages de type fermier réalisés dans de vieilles cases en banco, au sol non cimenté et utilisant comme clapier, les caisses d'emballages aménagées et les clapiers en maçonnerie. Le même auteur a également constaté au terme de ses travaux que certains cuniculteurs laissent leurs lapins baigner dans un mélange de crotte, d'urine, et de reste d'aliments. La discordance entre ces deux résultats traduit la modernisation subie par les élevages cunicoles du Bénin depuis 1988.

Les principaux signes enregistrés au cours de nos travaux sur des lapins malades ou après leur mort sont la diarrhée et le ballonnement d'abdomen. Ces résultats sont en partie en accord avec ceux de KPODEKON (1988 a) qui a signalé la présence de coccidiose dans nos élevages et qui selon DJAGO et KPODEKON (2000) entraînerait un gros ventre et une légère diarrhée. Mais, le même auteur a signalé au cours de ses enquêtes la présence d'autres maladies comme la gale, la teigne favique, la cordylobiose et les abcès plantaires qui n'ont pas été remarqués lors de nos enquêtes. L'amélioration des conditions d'élevage et le suivi sanitaire dont font preuve la plupart des éleveurs de nos jours pourrait justifier la raréfaction des parasitoses et infections externes.

3.2.1.2- Les principales lésions et leur fréquence en fonction des organes

Les principales lésions enregistrées dans cette étude sont :

ü la congestion du poumon, du foie, de l'intestin et de la trachée ;

ü la dégénérescence du foie ;

ü l'accumulation de gaz dans le caecum ;

ü un contenu diarrhéique du caecum et de l'intestin ;

ü un écoulement sanguinolent par les naseaux.

Certaines des lésions constatées sont en accord avec les travaux de BOUCHER et NOUAILLE (2002) qui ont noté lors de l'entérotoxémie chez le lapin, causée par Clostridium perfringens la présence de gaz dans le caecum à contenu diarrhéique et à paroi hémorragique, ainsi que la dégénérescence du foie.

Ils ont par ailleurs noté lors de la colibacillose causée par Escherichia coli un contenu intestinal et caecal liquide avec une congestion généralisée de l'intestin et des points de nécrose hépatique.

En outre, ces mêmes auteurs ont signalé lors de la pasteurellose causée par Pasteurella multocida un poumon rouge foncé.

La congestion de la trachée et l'écoulement sanguinolent constatés au cours de ce travail pourrait être due à la pasteurellose dont les symptômes (respiration difficile, bruyante, rauque signalée, écoulement nasal) qui ont été signalés par DJAGO et KPODEKON (2000).

précédent sommaire suivant






Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy



La Quadrature du Net