WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Diagnostic nécropsique et causes bactériologiques de mortalité des lapins (Oryctolagus cuniculus) élevés au sud-Bénin

( Télécharger le fichier original )
par Raoufou DJIBRIL SALIFOU
Université d'Abomey-Calavi - Diplôme d'Ingénieur des Travaux en Production et Santé Animales 2007
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

3.2.1.3- Relation entre la situation sanitaire des élevages et les fréquences des microorganismes

La différence d'infection enregistrée au niveau des élevages ayant une même situation sanitaire pourrait s'expliquer par le nombre d'animaux autopsiés. En effet, un seul animal provenant de l'élevage [4] et [27] a été autopsié contre 30 pour l'élevage [8] et 25 pour l'élevage [6]. Toutefois, le niveau d'infection relativement plus élevé dans l'élevage [6] pourrait s'expliquer par les conditions d'élevage et d'hygiène plus précaires. La fréquence importante de bactérie pathogène au CeCuRI malgré les conditions d'élevage jugées satisfaisantes pourrait être dû au nombre relativement élevé de personnes qui accèdent aux locaux d'élevage.

3.2.1.4- Relation entre les principaux signes recensés chez le lapin (malade ou mort) et les principaux microorganismes identifiés.

Les principaux signes identifiés dans cette étude sont la diarrhée et le ballonnement de l'abdomen.

Les principaux microorganismes sont Escherichia coli, suivi de Clostridium spp et d'Enterobacter spp.

Ces résultats sont en accord avec ceux des travaux de BOUCHER et NOUAILLE (2002) qui ont signalé chez les lapins diarrhéiques un déséquilibre de la flore intestinale entraînant la multiplication de colibacilles dont Escherichia coli.

Ces mêmes auteurs ont imputé le ballonnement d'abdomen à la multiplication d'une bactérie anaérobie stricte : Clostridium perfringens. Le genre Enterobacter étant aussi un colibacille, sa présence importante pourrait entraîner des troubles digestifs.

Notons aussi que CAMGUILHEM (1985) a isolé chez les lapins diarrhéiques provenant d'un élevage, plusieurs souches d'Escherichia coli appartenant toutes au sérogroupe 0103. La présence de la diarrhée pourrait faire suspecter la présence de coccidies comme l'ont montré les travaux de BOUCHER et NOUAILE (2002). Mais en 1982, LICOIS et al cités par CAMGUILHEM ont réalisé une infection expérimentale per os à partir d'une souche d'Escherichia coli appartenant au sérogroupe 0103 qui provoque à la dose de 104 bactéries par animal, une diarrhée mortelle sur 100% des lapins de six semaines d'une souche indemne de coccidiose. Toutefois, étant donné que ce travail ne s'est pas intéressé à la coccidiose, certains cas de diarrhée peuvent être dus à des coccidies.

3.2.1.5- Fréquence des lésions et des microorganismes en fonction de l'âge

Les lapins en engraissement sont plus infectés par Escherichia coli et Clostridium spp que ceux sous mères. Ils ont aussi plus les lésions du foie, du caecum, des reins et des intestins que ceux sous mères.

Ces résultats sont en accord avec ceux de BOUCHEUR et NOUAILLE (2002) ; DJAGO et KPODEKON (2000) qui ont signalé chez le lapin un stress causé par le sevrage et le changement du régime alimentaire. Ceci se traduit par un déséquilibre de la flore caecale et favorise la multiplication des colibacilles entraînant une diarrhée très liquide. Les mêmes auteurs ont souligné que l'entérotoxémie causée par Clostridium perfringens attaque plus les lapins en engraissement et entraîne une accumulation de gaz dans le caecum de ceux-ci. Au cours de cette même maladie, le foie est dégénéré, les reins et les intestins congestionnés.

précédent sommaire suivant






Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy



La Quadrature du Net