WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Diagnostic nécropsique et causes bactériologiques de mortalité des lapins (Oryctolagus cuniculus) élevés au sud-Bénin

( Télécharger le fichier original )
par Raoufou DJIBRIL SALIFOU
Université d'Abomey-Calavi - Diplôme d'Ingénieur des Travaux en Production et Santé Animales 2007
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

1.2- Aperçu sur la biologie du lapin

1.2.1- Taxonomie du lapin

La position taxonomique du lapin (Oryctolagus cuniculus) est la suivante (GRASSE, 1949 ; LEBAS et al., 1984) :

- Classe des mammifères

- Super Ordre des Glires

- Ordre des Lagomorphes

- Famille des Léporides (lièvre et lapin)

- Sous-famille des Leporinae

- Genre Oryctolagus

- Espèce : Oryctolagus cuniculus

1.2.2 - Extérieur du corps et morphologie

Les principales parties du corps du lapin sont identifiées sur la figure 1. Pour la majorité des races, à l'exception des nains, l'allure générale du corps est différente selon le sexe. Une tête large et forte, un thorax développé, des membres relativement épais et une musculature bien extériorisée sont généralement caractéristiques du mâle. Les femelles présentent, toutes proportions gardées, plus de finesse générale avec une tête plus étroite, un corps paraissant plus allongé et une ossature un peu plus légère. Seul l'arrière-train est plus développé avec un bassin large.

Figure 1 : Différentes parties du corps du lapin:

Source : BARONE et al. (1973)

1.2.3 - Comportement alimentaire et alimentation du lapin

Le lapin est un rongeur monogastrique qui présente des particularités anatomophysiologiques (LEBAS et al., 1996). Par opposition aux autres monogastriques, le lapin est caecotrophe, bon transformateur tirant le maximum de profit de la cellulose.

1.2.3.1 - Comportement alimentaire

Le rythme des tétées est imposé par la mère aux lapereaux nouveau-nés, mais à partir de la troisième semaine, on note une modification extraordinaire du comportement. Le lapereau passe d'une seule tétée par jour à une multitude de repas solides et liquides plus ou moins alternés et répartis régulièrement le long de la journée: 25 à 30 repas solides ou liquides par 24 heures (LEBAS et al., 1996), soit plus de 3 heures de repas dont les 2/3 sont nocturnes. L'évolution des quantités de nourriture et d'eau ingérées est fonction de la nature des aliments présentés aux lapins, du type d'animal, de son âge et de son stade de production (LEBAS et al., 1996).

Chez un lapin adulte (4-4,5 kg) ou subadulte (2,5 à 3 kg), le tube digestif a une longueur totale d'environ 4,5 à 5 mètres. L'organisation des segments digestifs et leurs caractéristiques principales sont décrites sur la figure 2.

Figure 2 : Schéma des différents éléments du tube digestif du lapin

Source : LEBAS et al. (1996)

Figure 3 : Schéma général de fonctionnement de la digestion chez le lapin

Source : LEBAS et al. (1996)

Lorsque le lapin se trouve face à plusieurs aliments, il choisit en fonction de critère parfois difficilement prévisible. La répartition et la prise de repas n'est pas homogène au cours des 24 heures. La part de l'alimentation quotidienne consommée chaque heure en période d'obscurité est nettement plus importante que la part correspondante ingérée en période d'éclairement, tant pour l'aliment solide que l'eau de boisson. Au fur et à mesure que les lapins vieillissent, le caractère nocturne du comportement alimentaire s'accentue (LEBAS et al., 1996).

précédent sommaire suivant






Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy



La Quadrature du Net