WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

L'éco-responsabilité des événements sportifs

( Télécharger le fichier original )
par Mael Besson
Institut de Management de l'Université de Savoie - Master de Gestion 2008
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

II. Contextualisation

II.1 L'événementiel sporti

« L'événement sportif est un lieu où des hommes et des femmes se rassemblent dans une sorte de célébration collective, pour assister à un spectacle sportif ou culturel »

Ferrand Alain

Il est important de rajouter à cette définition la dimension interactive. En effet, beaucoup d'événements sportif sont ouvert au grand public (marathons, raids...) ou mettent des activités en place pour tous (animation sportive...). Ces manifestations font passer le public du rôle de « spectateur » au rôle d' « acteur ». Certaines grandes manifestations sont d'ailleurs construites uniquement pour le plaisir des participants, et n'attache pas de grande importance aux résultats sportifs. C'est le cas de certains raids sportif, ou des rassemblements de passionnés (ballade roller à paris) qui regroupent des milliers de personnes. Il existe également tous les événements dont l'objectif est la communication de l'entreprise, le management d'une équipe de travail, la fidélisation d'une clientèle... . L'événementiel sportif devient alors un simple outil où le résultat sportif est souvent inexistant. La question de la dénomination de ces manifestations « sans résultat sportif » pourrait être posée étant donné l'absence de compétition théoriquement indispensable à la définition de « sport ». Cependant, pour ce mémoire, nous comprendrons par « sportif » l'aspect « activité ou effort physique » des animations ou activités. Cette notion d'interactivité du public acteur et non spectateur est relativement importante si l'on admet un impact sur le comportement du consommateur différent.

Nous pouvons également insister, toujours par rapport à la définition d'A. Ferrand, sur le caractère exceptionnel de la manifestation ou du moins sur l'impression des participants d'une expérience vécue unique. Même si l'événement se réédite régulièrement, l'aspect inhabituel se retrouve grâce aux innovations, aux nouveautés de la programmation ou de l'organisation. Les petits événements privés (séminaires d'entreprise) proposent souvent la même programmation. L'expérience vécue par le participant reste, malgré tout, unique pour lui car l'événement change de publique à chaque édition.

Il existe beaucoup de type d'événements sportif avec chacun leurs objectifs. Cependant nous pouvons identifier trois principaux critères de différenciation1 :

- Le lieu : il peut être privé ou public, destiné ou non au type d'événement organisé, couvert ou en plein air, localisé ou géographiquement étalé.

- La durée : elle varie de quelques heures à plusieurs semaines selon l'événement entrainant des contraintes logistiques plus ou moins lourdes.

- Le contenu : il peut être culturel (expositions de photos, conférences, concerts de musique...) où le public est uniquement spectateur ; sportif (tournois de tennis ou de foot, cross des écoles, raids aventure...) où se côtoient deux types de public ; ou encore commercial (braderies de rue, foires champêtre, journées portes ouvertes d'entreprises...).

1 Management de projet « Marketing événementiel » 2005 (sources internet).

11.1.1 Le secteur de l'événementiel

« L'événementiel a toujours existé »

Pourquoi avons-nous besoin de le préciser ? Pourquoi cette affirmation est-elle présente dans plusieurs ouvrages dédiés à l'événementiel ? Peut-être parce que la spécialisation, la professionnalisation et la structuration de ce secteur sont relativement récentes. Peut-être que notre société actuelle rend les atouts de l'événementiel ultra intéressant d'un point de vue marketing et économique. Peut être parce que le besoin de « vibrer », de « vivre une aventure » du moins émotivement est devenue de plus en plus rare dans nos sociétés ultra- sécurisées, et que l'événementiel est un moyen d'assouvir ce besoin... La question mériterait d'être étudiée. Nous nous contenterons d'accepter cette vérité puisque des joutes du moyen- âge aux jeux olympiques, l'événementiel a toujours existé et fait partie de notre histoire.

Les types d'événements

Les événements sportifs peuvent se classer selon la typologie des événements sportifs de Dresser et Bessy (1999). Nous intégrons une sixième colonne représentant les manifestations de loisirs sans résultats sportif à objectifs commerciaux ou non. Dans ce mémoire nous étudierons plus spécifiquement les problèmes organisationnels des petites manifestations (typologie 5 et 6). Nous prendrons comme exemple la compétition de l'Ultra Trail du Mont Blanc et le festival de loisirs Sun Festival. Ces deux éco-événements, l'un à ampleur international et l'autre régional, regroupent entre 3000 et 10 000 personnes.

Type d'événement

Critère de différenciation

1 Grands événements sportifs internationaux

2 Les événements sportifs nationaux

3 les événements type

spectacles et shows

4 les nouvelles manifestations sportives de masse

5 Raids ou défis

aventure

6 Manifestions de loisir

sportif

1 date de création

Ancienne

Ancienne

Récente

Récente

Récente

Récente

2 Origine et
temporalité

Institutionnelle, fédérale ou olympique

Calendrier international ou national

Marchande ponctuelle

Associative, territoriale ou marchande Absence de calendrier ou calendrier parallèle

3 participants / objectifs spectateurs organisation

Affrontements contre autrui, sport spectacle, être le meilleur, sport compétition, promotion d'une fédération

Spectacle / Identification, promotion

d'une marque

Exploration de soi même, rencontre avec les autres, découverte et promotion d'une région

Evasion, sensation extrêmes découverte et

promotion d'un

patrimoine

Événement de cohésion de groupe,

convivialité, célébration, découverte de nouveaux

sports, loisirs

4 Milieu

Standardisation, normalisation,
équipements sportifs classiques

Non standardisé

Non standardisé, milieu urbain ou naturel

Incertitude hostilité

Non

standardisé, milieu urbain ou naturel

5 mode de fonctionnement

Réglementation et codification stricte

Souple et variable -- Management adapté à chaque manifestation

6 motricité

Très codifiée par rapport à une performance maximale

Codifiée mais aussi de style libre et inventif

Aucune codification

7 Innovation

Dans le domaine de la mesure et de la gestion arrivée

 

Technologique mais en rapport avec différentes variables, temps espace participants

Concept, mise en forme,

8 Public

Acteurs sélectionnés, plus de spectateurs que d'acteurs

Elite sportive pour les participants, conçu pour les spectateurs

Acteurs non sélectionnés, plus d'acteurs que de spectateurs

Manifestation privé, acteurs sélectionnés par critères autres que sportif / Manifestation de loisirs ouvert au grand

public, pas de spectateurs

9 Partenaire

++++

+++

++++

+(+)

+(+++)

0 (un financeur)

10 Médiatisation

++++

+++

++++

+++

++++

0 (ou en interne)

Exemples

Jeux

olympiques,

coupe du monde de foot, tour de France, Rolland- Garros

Championnat de France par discipline

Tam Tam ski snow, open swatc de fun board à Bercy

Les 20 km de Paris, marathon de paris, le roc d'azur, la transjurasienne

Le raid Gauloise, le corsica

raid, le défi girondin

Séminaire d'entreprise, inauguration,/ Festival de

sport loisir,

Nous pouvons identifier deux grandes familles d'événements. Les événements spectacles et les événements participatifs. Les événements spectacles sont tous les événements dont la participation aux épreuves est réservée à l'élite et le public est là en tant que spectateur, pour admirer la performance et/ou la compétition sportive. Ce sont les événements du type Grands événements internationaux et nationaux et les événements du type spectacles et shows (typologie 1, 2 et 3). Les événements participatifs sont les événements ouverts au grand public en tant que participant. Même si, sur certains événements, l'intensité physique des épreuves sportives nécessite une sélection importante (raids, Ultra Trail du Mont Blanc), l'événement reste basé sur les valeurs intrinsèques des participants (dépassement de soi, participation à une aventure commune...). La dimension spectacle est bien moins présente (plus d'acteurs que de spectateurs). Ce sont les événements du type nouvelles manifestations sportives de masse, raids, défis aventure et manifestations de loisirs sportifs (typologie 4, 5 et 6).

Les organisateurs

De la commune organisatrice de sa fête votive, à l'entreprise privée organisatrice de salons, en passant par les associations organisant le tournoi sportif intercommunal ou les fédérations s'occupant des compétitions internationales ; les organisateurs sont souvent très variés. De plus, beaucoup d'événements ont la volonté de s'intégrer dans une politique locale. Cela se traduit par la constitution d'un comité de pilotage regroupant plusieurs institutions de natures statutaires différentes. Il n'est pas rare qu'une association ou un organisateur privé intègre certains élus dans l'élaboration même du projet. Inversement, une commune ou une association délègue souvent une partie de l'organisation à une entreprise spécialisée. Cela mène régulièrement à des coproductions d'événements. L'organisateur ou le co-organisateur peut être de nature institutionnel, associatif ou privé. Les objectifs, besoins, obligations et les droits ne sont pas les mêmes selon le statut de l'organisateur.

Institutionnel : Commune, département, Région, CRT, Etat...

Ces événements ont souvent un intérêt pour le territoire ou la communauté. Leurs objectifs sont d'utilité publique et ne peuvent servir un intérêt personnel. Les besoins sont plus de l'ordre du savoir faire. Les obligations sont les mêmes que les autres organisateurs mais la proximité des services administratifs et le suivit du projet par certains élus facilite une partie des démarches (subventions, autorisations...).

Associatif : association sportive ou culturelle, ligue, fédération, comité international.

Les associations sont à but non lucratif et parfois reconnuent d'utilité publique ou plus rarement délégataires. Elles ont le droit à tout types de financement (subventions, dons, autofinancement, commercial, sponsoring) et ont les mêmes devoirs que les autres. Elles ont l'interdiction de dégager à qui conque des bénéfices.

Privé : entreprise dédiée à l'événement ou non.

Les événements qu'une entreprise privé organise sont, la plus part du temps, d'ordre commercial, promotionnel, de motivation d'équipe... et n'ont pas le droit aux subventions. Certaines entreprises ont fait de l'événementiel leur spécialité.

Nous pouvons observer que quasi tous les types d'événements peuvent être organisés par tous les types d'organisateurs. De plus, il est rare qu'un organisateur d'un certain statut (associatif, entreprise ou institution) ne fasse pas appel à un organisme d'un autre statut.

Afin d'éviter toute confusion et pour plus de pertinence nous avons effectué un découpage par degrés d'implication des différentes partie prenante d'un événement.

Ingénierie

Prestation de
service

Événement
Clef en main

Porteur de
projet

ORGANISATEUR

Prestataire global,
assembleur

Prestataire de
service

Conseillée

Degrés d'implication des différentes parties prenantes dans l'organisation d'événement2.

2 Sun Festival, Besson Nial 2006

Les différents degrés d'implications représentés par les colonnes, peuvent être effectués individuellement ou conjointement par une ou plusieurs parties prenantes. L'ingénierie est la partie de conception de l'événement. C'est là où les grandes lignes et les choix stratégiques du projet sont définis. Cette fonction est souvent réalisée par un comité de pilotage composé quasi systématiquement de l'organisateur et/ou coorganisateur et de certaines institutions pertinentes à associer au projet (Elus, agence conseil, sponsor...). Il arrive également que cette partie soit partiellement déléguée à une agence conseil sous le contrôle d'un cahier des charges. Souvent à caractère commercial ou promotionnel d'une entreprise, ces agences font l'ensemble de l'étude et des choix stratégiques de l'événement. La prestation de service (restauration, sécurité, son & lumière etc ...) est en général faite par un prestataire de service. Quasi tout l'événement peut être découpé en prestations et de plus en plus d'entreprises se spécialisent sur un domaine d'activité événementiel.

Cependant beaucoup d'organisateurs ont la possibilité de s'auto-satisfaire sur une partie de l'événement (service technique d'une mairie, bénévoles...). Cela représente en général de grandes économies financières. L'événement clé en main représente l'achat global d'une manifestation ou de l'ensemble des prestations de services. Il est rare qu'une entreprise produisant des événements clé en mains ne fasse pas à son tour appel à des prestataires de services. Ces assembleurs construisent l'événement à partir d'un ensemble de prestations. Le porteur du projet est celui qui porte l'événement souvent financièrement et juridiquement. C'est l'organisateur principal.

11.2 Le rapport à l'environnement

11.2.1 Concept du Développement durable

« Un mode de développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs. » 1987.

Le concept du développement repose sur l'équilibre de trois sphères : sociale, environnementale et économique selon le schéma suivant :

Economique

Social

Environnement

Vivable

Viable

DURABL

Equitable

La naissance de l'idée de développement durable remonte à l'essor des mouvements écologistes à la fin des années 1960. « Le concept de développement durable a été formulé dès les années 1970, mais les impératifs stratégiques de la guerre froide puis le contexte de la crise de la dette l'ont mis sous le boisseau jusqu'au début des années 1990 » (Sylvie Brunel, 2004).

C'est en 1992, lors de la conférence de Rio que des engagements sont pris en faveur du développement durable. 173 pays ont adoptés Action 21 (communément appelé Agenda 21). Cet agenda reprend 27 principes (précaution, prévention, participation, pollueur/payeur, solidarité, rationalité, etc...) en 40 chapitres et formule 2500 recommandations et solutions à mettre en oeuvre. L'agenda 21 de Rio met par ailleurs en avant le rôle important que jouent les collectivités locales et les ONG dans la mise en oeuvre du développement durable.

D'autres réunions importantes ont fait avancer le débat et les engagements en faveurs de l'environnement. Citons le protocole de Kyoto de 1997 sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre, le traité d'Amsterdam qui fait du développement durable un objectif pour toute l'Union européenne ; et pour la France, La Charte de l'Environnement adoptée dans la Constitution Française le 28 Février 2005. Elle stipule dans son article 1 et 2 que « Chacun a le droit de vivre dans un environnement équilibré et respectueux de la santé » et que « Toute personne à le devoir de prendre part à la préservation et à l'amélioration de l'environnement ».

précédent sommaire suivant






Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy