WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Etude de la dynamique des aires pastorales dans le département de Gouré : apport de la télédétection et du SIG

( Télécharger le fichier original )
par LAWANDI Kanembou
Université de Niamey/Niger - DEA de Géographie 2006
  

précédent sommaire suivant

Appel aux couturier(e)s volontaires

Conclusion et perspectives.

Le Departement de Goure presente des unites paysagiques qui refletent l'image contraignante des conditions climatiques et edaphiques. Malgre la rudesse de son climat, il est une zone agro-pastorale par excellence. Aux secheresses recurrentes, se combine une demographie croissante, qui impose une demande en terre agricole, le tout aboutissant a une extension des fronts des cultures au detriment des aires de paturages et favorise la degradation du milieu naturel et de ses ressources. La gestion de ces dernieres necessite une connaissance sur leur distribution spatiale, leur evolution dans le temps et la faIon dont elles sont utilisees par les acteurs en presence. Une etude diachronique de l'occupation des sols permet ainsi de faire un inventaire precis et actualise des ressources naturelles, ainsi qu'une surveillance reguliere de l'environnement et des changements intervenus.

La presente etude porte sur l'utilisation de la teledetection haute resolution, associee a des Systemes d'Informations Geographiques (SIG), pour le suivi de la dynamique des aires pastorales dans le Departement de Goure. Pour atteindre les objectifs fixes, des photos Corona de 1964, des images satellitaires Lansat5 TM de 1986, Spot HRV de 1994 et Google Earth Pro de 2007 sont utilisees. Ceci a permis de retracer la dynamique de l'occupation des sols sur une periode de 43 ans (1964 a 2007), avec l'elaboration des cartes d'occupation des sols, celles des changements intervenus, ainsi que les statistiques s'y afferents. De l'etude, il ressort une extension des cultures au detriment des aires pastorales. En effet, celle-ci (zone de cultures) s'est accrue en superficie de 14,49% en 1964 a 15,82% en 1986 ; 27,09% en 1994 et 42,05% en 2007 par rapport a la superficie totale de la zone d'etude. La periode d'extension la plus notable des zones de cultures, au sortir des secheresses des annees 70 et 80 a commence a partir des annees 90, correspondant au retour des precipitations, avec une progression de 11,53%. Les aires pastorales, regroupant toutes les ressources vegetales s'est reduite, durant la meme periode. Les cartes d'occupation de sol des differentes periodes revelent une tendance generalisee de degradation de toutes ces ressources, hormis la steppe arboree qui, a augmente. Globalement, les aires pastorales ont regresse dans leur ensemble. La periode de forte regression des aires de paturages est celle de 1986-1994, correspondant non seulement a une phase de sortie des secheresses des annees 70 et 80, mais aussi a un retour relativement favorable des precipitations au debut des annees 90, qui a entraine une remise en culture des terres, et donc une extensions des fronts de cultures. Le croisement des couches des donnees d'occupation des sols fait ressortir neanmoins, une resilience aux changements intervenus sur 73% de sa superficie entre 1964 et 2007. La degradation concerne 21% de la superficie totale du secteur etudie, tandis qu'une restauration de 6% s'est operee.

Toutefois, la restauration écologique constatée au sortir des sécheresses des années 70 et 80, dans la zone d'étude ne traduit pas un reverdissement généralisé de la zone, mais plutôt une révégétalisation localisée, qui pourrait se généraliser si les conditions climatiques favorables se maintiennent, la pression anthropique diminue et que les efforts de restauration de l'écosysteme engagés par l'Etat, les ONGs et projets, notamment la préservation de la régénération naturelle se poursuivent. En terme opérationnel, la télédétection combinée aux systemes d'informations géographiques se présente comme un outil adapté et efficace pour la cartographie et le suivi a long terme des parametres de surfaces. L'intégration du SIG dans une étude mérite toute son importance, car il permet le stockage, l'analyse et la gestion de données issues du traitement des images.

Dans le cadre de cette étude, les résultats obtenus ne sont que des prémisses, préalables a une these. Les aspects traités pourront être approfondis, et ceux non étudié pourront l'être dans la these. C'est le cas de l'Indice de Végétation par la Différence Normalisée (NDVI), évoqué mais pas développé, ni appliqué a ce cas et qui est un bon outil de suivi des ressources végétales et des zones de parcours. Son application nécessite néamoins une surface beaucoup plus grande, pour bien cerner l'évolution de la végétation : échelle régionale, sous-régionale ou continentale. Cela permettrait d'étendre l'étude a une échelle couvrant le Sud-Est du Niger. Les perspectives sont a orienter alors vers l'utilisation des images a basse résolution par l'utilisation comparée des différents indices de végétation (NDVI, SAVI, PVI, MSAVI, TSAVI, etc.) pour le suivi des zones de parcours, mais aussi s'appuyer sur la tres haute résolution pour prendre en compte d'autres parametres concourant a appréhender la dynamique environnementale en générale, et celle des aires pastorales en particulier.

précédent sommaire suivant






Aidez l'hopital de Montfermeil




Moins de 5 interactions sociales par jour